Les crèches d'Apprentis d'Auteuil à l'heure de la réouverture

Les crèches d'Apprentis d'Auteuil à l'heure de la réouverture

Partager ce contenu sur :

Un peu partout en France, les établissements de petite enfance ont rouvert leurs portes le 11 mai, après deux mois de fermeture dus à l'épidémie de Covid-19. Illustration avec deux crèches d'Apprentis d'Auteuil, ravies de retrouver leurs marques malgré le petit nombre d'enfants présents.

Ce mardi 26 mai, à la crèche de l’Envol, située dans le quartier des Poètes de Pierrefitte, en Seine-Saint-Denis, un lieu d’accueil pour tout-petits doté d'un jardin extérieur, il flotte comme un parfum  de rentrée dans l’air, dix jours après la réouverture officielle.

Une réouverture progressive

En cette troisième semaine de reprise post confinement, Lucille Allouis, responsable des lieux, et Sylvie Descamps, sa collègue qui dirige la crèche voisine l’Arche de Noé, font le point sur la réouverture. "Vu le petit nombre de familles souhaitant nous confier leurs enfants dès le 11 mai, nous avons décidé, par souci d’économie, de mutualiser à la fois nos locaux et nos équipes en ne rouvrant, pour l’instant, qu’un seul de nos deux établissements", expliquent les directrices.

Dans cette structure à vocation d'insertion professionnelle qui accueille en temps ordinaire une vingtaine d’enfants âgés de 0 à 3 ans, à peine la moitié sont revenus. "Essentiellement pour une question d'organisation, les frères et soeurs plus âgés n'ayant pas repris l'école. Notre but, c’est de répondre à l'ensemble des besoins des familles, précisent les directrices. Or, il se trouve que les plus en difficulté, par définition prioritaires, n’ont pas encore décidé de revenir. Nous continuons donc, plus que jamais, à les suivre à distance, pour maintenir le lien et la dynamiques enclenchées." 

Professionnelles préparées

"Ce qui nous importait tout autant à la réouverture, complètent les responsables, c’était le soutien de nos salariées. Car depuis le 11 mai, elles sont tenues à des contraintes supplémentaires dans l'exercice de leurs fonctions. Comme le port de masque et la désinfection régulière des espaces de jeux et des jouets. Nous leur avons proposé un temps de préparation à la reprise le vendredi précédant l'ouverture, avec l’aide d’un professionnel." 

Une  initiative saluée par Laurie Boniface, éducatrice de jeunes enfants, un peu anxieuse à l'idée de reprendre. "Cette journée  m’a permis de me décontracter, raconte la jeune femme. La reprise s’est finalement bien passée, même si je ne connaissais pas tous les enfants. Il faut dire que ces derniers, très à l'aise, m'ont beaucoup facilité la tâche !"

Parents enchantés

Quant aux parents présents le 11 mai, ils attendaient avec impatience la réouverture de la crèche. Linda Saddam, mère de 3 enfants, dont Assil, 2 ans et demi, raconte : "L'équipe est top, souligne-t-elle. Nous avons été très bien accompagnés pendant le confinement, période que j'ai personnellement vécue comme un cauchemar, avec mes trois garçons âgés de 7 mois à trois ans et demi en permanence à la maison. Je n'avais personne autour pour m'aider et mon mari a dû continuer en partie à travailler. J'étais épuisée. Alors quand l'équipe m'a proposé de reprendre mon fils, j'ai bondi de joie. Et lui aussi !"  

Même écho chez Madame Beloubas, maman de Djenna, 18 mois. "La directrice nous a bien rassurés. Ma fille a très vite retrouvé ses habitudes sans faire du tout attention aux masques portés en permanence par les professionnelles. C'est une crèche très agréable et je me se sens en totale confiance avec l'équipe. "    

Au service des familles

Reprise semblable à La Boussole, une crèche multi-accueil de 45 places du quartier des Minimes à Toulouse, où une dizaine d'enfants ont repris leurs habitudes comme si de rien n’était. "Impatients de revenir, ils ont très vite retrouvé leurs marques, comme si nous nous étions quittés la veille, s’enthousiasme Irène Bykovski, la directrice. Le 11 au matin, nous n’avons noté aucun pleur, ce qui n’arrive quasiment jamais. "

Comme la plupart des établissements de petite enfance, la Boussole rouvre progressivement, avec une montée en puissance au fil des semaines. "À Toulouse comme dans l’ensemble de nos 14 crèches, nous nous adaptons au fil des jours, avec un effectif réduit au départ, conclut Valérie Moulinier, qui coordonne l’ensemble des crèches d’Apprentis d’Auteuil. L’accueil se fait en groupes de 10. Tous les enfants habituellement accueillis vont reprendre leur place, en tenant compte des pères et des mères prioritaires. L’objectif est de maintenir la dynamique qui ne nous a  jamais quittés, tous ensemble au service des familles. "

LES CHIFFRES CLÉS DU SECTEUR EN FRANCE

  • Avant le 16 mars 2020 : environ 850 000 enfants de 0-3 ans étaient accueillis régulièrement dans un des 14 000 établissements que compte la France (mobilisant environ 150 000 professionnels) ou auprès d’un des 296 000 assistants maternels actifs. 
  • Pendant le confinement : le secteur a fonctionné à très bas régime : 15% des établissements étaient ouverts, accueillant essentiellement de petits effectifs d’enfants de professionnels prioritaires (personnels soignants ou travaillant en Protection de l'enfance)

Lire les autres articles sur Apprentis d'Auteuil pendant la crise sanitaire

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.