Nos actions

Nos actions

Partager ce contenu sur :

Pour donner vie à nos convictions dans le domaine de la protection de l’enfance, nous développons des dispositifs qui nous permettent d’accompagner au mieux les jeunes qui nous sont confiés et leur famille.

Les maisons d'enfants à caractère social (MECS)

Apprentis d’Auteuil dispose d’un réseau de 56 MECS accueillant des enfants, des adolescents dont les familles se trouvent en difficulté et ne peuvent, seules ou avec le recours de proches, répondre pleinement à leurs besoins. Les enfants nous sont confiés par l’Aide sociale à l’enfance et/ou par le juge des enfants pour des durées variables. Ils peuvent être accueillis  au sein des établissements 7 jours /7 et 365 jours/an.

Les MECS répondent à deux grands objectifs : 

  • Protéger les mineurs qui ne peuvent demeurer provisoirement dans leur milieu de vie habituel et dont la situation requiert un accueil à temps partiels ou complet.
  • Accompagner et aider les familles, sous réserve des dispositions judiciaires, afin que le lien avec l’enfant soit maintenu.

Certaines MECS offrent des accueils et des prestations diversifiés tels que :

  • L’accueil modulable et périodique qui peut se comparer à une modalité de garde alternée entre la famille et la MECS.
  • Le placement à domicile. Sur décision judiciaire ou administrative, l’enfant ou l’adolescent  est accueilli dans sa famille et bénéficie d’un accompagnement éducatif assuré par la MECS à son domicile (le droit de visite et d’hébergement quotidien de l’enfant ou de l’adolescent au domicile du ou des parents, peut être modulé en fonction des circonstances, le jugement laissant au service de la protection de l’enfance la possibilité d’un repli en structure d’accueil si la situation le nécessite.)
  • Le placement familial, chez des assistants familiaux dans le cadre d’un accueil permanent ou intermittent.
  • Les visites médiatisées. Pour assurer la protection physique et psychologique d’un enfant en danger ou qui risque de l’être lorsque celui-ci rencontre ses parents et pour respecter les droits de l’enfant et des parents, Apprentis d’Auteuil accompagne l’exercice du droit de visite lors d’un placement judiciaire. Cela permet à l’enfant d’entretenir un lien protégé avec sa famille dans un cadre protégé, ou le maintien/la reprise de la relation parents/enfant.

"Je ressens le sentiment d’être écouté. Pour moi, c’est fondamental. Pour les enfants, c’est rassurant. Ça nous donne confiance d’avancer dans nos vies". Jean-Claude, père d’enfants placés à la MECS Saint-Charles (Le Vésinet, 78).

La maison sainte-Odile

Ce dispositif situé près de Strasbourg (67) permet aux parents dont les enfants sont accueillis dans le cadre d’un placement d’exercer leur droit de visite ou d’hébergement dans un environnement agréable. Les parents peuvent réserver gratuitement un appartement le temps d’un après-midi ou d’un week-end pour y accueillir leurs enfants. Des professionnels d’Apprentis d’Auteuil sont présents pour les accompagner et les conseiller durant ce temps dans leur rôle éducatif.

L'accueil des enfants à l'international : l'exemple de The Smile of the Child

Partenaire d’Apprentis d’Auteuil, The Smile of the Child lutte en Grèce contre les problèmes quotidiens que les enfants en danger rencontrent. L’organisation défend les droits des enfants, et fournit un service aux enfants 24 heures sur 24, 7 jours par semaine, 365 jours par an. Ils œuvrent sur les champs de la protection de l’enfance, de la prévention et de la santé avec notamment :

  • des interventions d’urgence quand un enfant est en danger
  • un centre national pour les enfants victimes d’abus, de violence, d’exploitation ou de trafic
  • 11 maisons d’enfants
  • des accueils de jour pour les enfants et leurs familles
  • des unites mobiles de santé
  • des programmes de prévention en santé pour les enfants, les parents et les professeurs
  • un accompagnement psychosocial pour les enfants et leurs familles

Les actions de prévention

L’aide éducative en milieu ouvert (AEMO)

Dans le cadre d’une mesure judiciaire, lorsque le placement d’un enfant n’est pas requis mais qu’une mesure d’assistance éducative est ordonnée par le juge des enfants, l’aide éducative peut être menée au domicile. C’est l’aide éducative en milieu ouvert. Selon les cas, elle peut être renforcée et accompagnée d’un hébergement.

Apprentis d’Auteuil accompagne alors l’enfant et sa famille à domicile afin de leur permettre de surmonter les difficultés qu’ils rencontrent et offre la possibilité d’un hébergement périodique ou exceptionnel pour l’enfant en cas de tensions et/ou de crise au sein de la famille.

L’action éducative à domicile (AED)

Dans le cadre d’une mesure administrative et s’inscrivant dans une démarche de prévention, Apprentis d’Auteuil propose l’aide éducative à domicile aux parents confrontés à des difficultés éducatives.

Vu dans le manifeste "Prendre le Parti des Jeunes"

Mesure #4 : Le renforcement des alternatives au placement. En savoir plus sur cette mesure.

En cette année d'élections présidentielles, Apprentis d'Auteuil publie un manifeste intitulé "Prendre le Parti des Jeunes" dans lequel 20 mesures concrètes sont énoncées, en faveur des jeunes et des familles.

Si vous aussi, vous souhaitez faire "changer les choses", votez pour cette mesure sur Jeunesse2017.fr !

L'accueil éducatif de jour (AEJ)

Les enfants et les adolescents qui font l’objet d’un suivi de l’Aide sociale à l’enfance sont bien souvent en difficulté scolaire. Ils peuvent se retrouver en situation de décrochage scolaire et en difficulté d’insertion. L’accueil éducatif de jour les accompagne, sans hébergement, pour un nombre déterminé de journées ou demi-journées.

Il s’agit d’une prise en charge éducative globale, en lien avec la famille, qui mobilise des supports variés (prise en charge thérapeutique, formation professionnelle) visant à améliorer leur développement personnel, leur intégration sociale et leur insertion professionnelle. L’objectif est de leur faire peu à peu reprendre goût à l’apprentissage et de leur redonner confiance en l’avenir.

Un partenariat pour les enfants des rues de Kinshasa

Le REEJER est une association congolaise, partenaire d'Apprentis d'Auteuil depuis 2002, qui a pour but de développer un système de soutien approprié aux enfants des rues de Kinshasa.

Aujourd’hui à Kinshasa, plus de 20 000 enfants, âgés de 0 à 18 vivent dans la rue. Exclus de leur famille, marginalisés socialement, confrontés à l’extrême pauvreté (malnutrition, insalubrité, maladies…) et à l’insécurité (violence, viol, racket…), ces enfants ne sont soumis qu’à une seule loi : celle de la survie. Pour prévenir ce phénomène, le REEJER a, entre autres, mis en place dans les 14 communes de la ville les plus à risque une « communauté protectrice ». Ces dernières, composées de représentants de mouvements de jeunes, de groupes de femmes, de communautés ecclésiales, ainsi que de représentants de la commune ont pour mission de :

  • sensibiliser la population aux droits des enfants
  • signaler, avec leur accord, les familles à risque auprès du REEJER. Ce dernier effectue alors une enquête et s’il le juge nécessaire oriente la famille vers une structure capable d’assurer l’accompagnement et/ou le soutien économique de la famille. 
  • alerter de manière très précoce la fuite d’un enfant dans la rue 
  • accompagner la dénonciation de toute forme d’abus sur les enfants auprès des autorités compétentes.

Les relais d'accompagnement personnalisé (RAP)

L’insertion sociale et professionnelle est cruciale pour les jeunes issus de la protection de l’enfance. Pour ces jeunes qui peuvent rencontrer des difficultés en la matière - fréquentant un établissement d’Apprentis d’Auteuil ou non - les relais d’accompagnement personnalisé proposent un accompagnement sur mesure.

Destiné aux moins de 22 ans le relais d'accompagnement personnalisé travaille sur le savoir-être et le savoir-faire. La signature d’un contrat, basé sur la confiance mutuelle, responsabilise les jeunes et définit leur suivi.

Vu dans le manifeste "Prendre le Parti des Jeunes"

Mesure #15 : L'assouplissement de l'accès aux contrats jeunes majeurs. En savoir plus sur cette mesure.

En cette année d'élections présidentielles, Apprentis d'Auteuil publie un manifeste intitulé "Prendre le Parti des Jeunes" dans lequel 20 mesures concrètes sont énoncées, en faveur des jeunes et des familles.

Si vous aussi, vous souhaitez faire "changer les choses", votez pour cette mesure sur Jeunesse2017.fr !

Le Christliches Jugenddorfwerk Deutschlands Gemeinnutziger Ev (CJD) en Allemagne

Acteur de la protection de l’enfance, de l’éducation et de la formation, le CJD accueille plus de 155 000 jeunes et adultes dans plus de 150 établissements partout en Allemagne. Apprentis d’Auteuil soutient son action depuis sa création en 1993.

Le CJD leur offre une formation assurée par des professionnels, un travail de développement personnel et un soutien adapté à la situation de chacun.

Le CJD développe de nouveaux projets. Ainsi, Start est une expérimentation de raccrochage scolaire qui a pour objectif d’amener à l'équivalent allemand du brevet des collèges, des jeunes de la protection de l’enfance, ayant des problématiques perturbant leur apprentissage. Le parcours global est proposé sur 4 ans. Les enseignements, qui alternent entre apprentissages théoriques et "l'école de motivation" avec différents ateliers (peinture, menuiserie, maçonnerie, mécanique auto, armature de béton,…), sont assurés par des éducateurs.

Les dispositifs en faveur des mineurs non accompagnés

Pour Apprentis d’Auteuil, qui en accueille plus de 1 500, un mineur non accompagné (MNA) est tout d’abord un enfant, un adolescent, qui a des besoins d’accompagnement, de soutien, d’aide, au même titre que tous les jeunes que nous accueillons.

En tant que mineurs, ils ont le droit à une protection, une aide telle que nous la proposons aux jeunes de leurs âges en France. En raison de leur culture, de leur éducation, des conditions de leur migration, ce sont des mineurs qui ont développé des compétences mais aussi des fragilités particulières. Les MNA ont donc divers besoins d’accompagnement similaires de ceux de tous les jeunes que nous accueillons, avec néanmoins des particularités. Nous devons être capables de prendre en charge toutes ces particularités, qui sont selon nous les incontournables d’un accompagnement éducatif global de qualité :

  • prise en charge éducative, notamment sur la vie quotidienne : apprentissage des savoirs et codes de base pour vivre dans notre société ;
  • hébergement/nourriture : pour des conditions de vie sécurisantes et de qualité, comme chaque enfant y a droit ;
  • santé : bilan global et poussé afin que le jeune puisse avancer dans son parcours sans être gêné par des problèmes de santé, au-delà de la seule obtention administrative de la CMU ; suivi quotidien de la santé, en termes également de prévention (y compris sur la sexualité) ; prise en compte des problèmes dentaires.
  • prise en charge des traumas psy : cette problématique peut d’abord être envisagée de manière collective pour donner un espace de parole au sein d’un groupe, d’un atelier. Cet espace permettra aussi potentiellement de détecter les jeunes ayant besoin d’un accompagnement psy en externe. Le rapport avec les psychologues n’est pas simple surtout pour les jeunes qui ont une faible maîtrise du français. Il serait intéressant, au-delà des accompagnements éthnopsy de travailler cette dimension d’accessibilité à des prestations psy de langues étrangères. Nous y oeuvrons pour proposer des outils et modalités pratiques.
  • français langue étrangère, scolarité et formation : la maîtrise de la langue française est un incontournable pour engager une scolarité et à fortiori une formation. La démarche de régularisation, si elle est souhaitée par le jeune, aura plus de chances d’arriver à un résultat positif si le jeune est inscrit dans une démarche de formation efficiente.Pour mieux appréhender le niveau scolaire du jeune une évaluation en langue maternelle est possible auprès du rectorat. Cela permet de distinguer si le jeune est allophone, analphabète, illettré….
  • régularisation administrative : démarches de recherche de papiers au pays, puis démarches consulaires à anticiper (une équipe de bénévoles au siège peut assurer les accompagnements sous certaines conditions), puis démarches d’obtention des titres de séjour adéquats en préfecture lors du passage à la majorité ; accompagnement à l’obtention des autorisations de travail ; accompagnement au récit de vie dans le cadre d’une potentielle demande d’asile ;
  • accompagnement à l’insertion sociale et professionnelle, notamment par le logement (recherche de bailleurs etc.), l’apprentissage des notions de budget, la gestion d’un logement (courses, cuisine, hygiène, factures etc.) ; le travail et la construction de réseaux locaux avec des partenaires les plus diversifiés possible ;
  • apprentissage de la citoyenneté, aspects interculturels, dans un accompagnement socio-éducatif irriguant l’ensemble des problématiques ; Insertion dans la vie associative, engagement bénévole, visites culturelles, séjours de découvertes en collectif ou en famille. Les bénévoles et parrains doivent avoir des rôles complémentaires de l’équipe éducative de professionnels. Ces apprentissages doivent également se faire dans une posture interculturelle. La fondation élabore par ailleurs des outils à visée interculturelle qui permettront d’enrichir la relation. 

Nous accompagnons les MNA dans des dispositifs différents selon leurs besoins et leurs profils :

  • Accueil collectif au sein d’une MECS non-dédiée aux MNA (dite « mixte »)
  • Accueil collectif dédié MNA, sur un même site, avec un encadrement 24h/24, 365 jours par an
  • Accueil en diffus, avec une plateforme d’accueil de jour et un hébergement en diffus (studios ou appartements partagés), sans accompagnement 24h/24, et préparation à l’autonomie, plutôt pour les plus âgés (16/17 ans et plus)

MNA : un statut spécifique

Chaque année, plus de 15 000 mineurs non accompagnés (MNA) arrivent en France dans une situation d’extrême dénuement et d’isolement. Ils sont pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance de chaque département dans le cadre de la protection de l'enfance.

L’Union européenne définit le mineur non accompagné comme "un ressortissant d’un pays tiers ou apatride âgé de moins de dix-huit ans". Elle considère comme mineur non accompagné "un mineur qui entre sur le territoire des états membres sans être accompagné d’un adulte qui est responsable de lui, de par le droit ou la pratique en vigueur dans l’Etat membre concerné".

La loi du 14 mars 2016 relative à la protection de l’enfant a rappelé qu’ils entrent dans le droit commun de la protection de l’enfance et relèvent donc à ce titre de la compétence des départements.

Les jeunes se présentant comme mineurs et isolés sur le territoire français doivent d’abord être mis à l’abri et évalués par l’Aide sociale à l’enfance, officiellement dans un délai de 5 jours. En cas de reconnaissance de la minorité et de l’isolement par l'Aide sociale à l'enfance, un signalement est effectué auprès du procureur, qui prend une ordonnance de placement provisoire. Les MNA rentrent alors dans le champ de la protection de l’enfance classique, comme tout enfant, français ou étranger, en situation de danger sur le territoire français.

Le dispositif de répartition nationale (dit Taubira) prévoit une clé de répartition par département, sur lequel s’appuie le procureur pour indiquer dans quel département le jeune sera pris en charge. La mesure de protection définitive doit être prononcée par le juge des enfants, sur la base de l’article 375 du code civil. Le juge les confie alors à l'Aide sociale à l'enfance. Les MNA, qui arrivent en plus grand nombre dans certaines villes frontalières ou particulièrement attractives (Marseille ou Paris par exemple), sont alors souvent envoyés dans un autre département que celui ayant effectué la mise à l’abri et l’évaluation.

Le conseil départemental qui doit les prendre en charge de manière pérenne les garde à sa charge et les place à l’hôtel ou dans un foyer départemental ou bien les confie à une association, telle qu’Apprentis d’Auteuil. 

Vu dans le manifeste "Prendre le Parti des Jeunes"

Mesure #17 : La création d'un titre de séjour spécifique pour les jeunes majeurs (anciens MNA) afin de sécuriser et faciliter leur insertion sociale et professionnelle. En savoir plus sur cette mesure.

En cette année d'élections présidentielles, Apprentis d'Auteuil publie un manifeste intitulé "Prendre le Parti des Jeunes" dans lequel 20 mesures concrètes sont énoncées, en faveur des jeunes et des familles.

Si vous aussi, vous souhaitez faire "changer les choses", votez pour cette mesure sur Jeunesse2017.fr !

Le centre maternel

Le centre maternel propose un accompagnement aux jeunes femmes de 14 à 21 ans, enceintes ou avec un très jeune enfant, en rupture familiale et isolées, qu’elles soient mineures ou majeures. Elles relèvent alors de la protection de l’enfance.

Dans ce centre, Apprentis d’Auteuil offre à ces jeunes femmes, souvent en situation de grande précarité, un environnement stable et serein, un soutien éducatif, psychologique et matériel pour leur permettre de se construire un projet de vie avec leur enfant et d'accéder à l'autonomie.

Apprentis d'Auteuil est une fondation reconnue d'utilité publique en charge de la protection de l'enfance. Grâce à plus de 150 ans d'expérience, notre fondation a pu assumer un rôle important dans l'accueil de jeunes en difficulté et la protection de l'enfance. Avec l'aide de dispositifs d'accueils comme l'action éducative en milieu ouvert , l'accueil éducatif de jour ou le centre maternel, Apprentis d'Auteuil a développé un ensemble d'accompagnement pour répondre au mieux aux difficultés rencontrées par les jeunes et leurs familles. Une maison d'enfants à caractère social (MECS) est également mise en place afin de protéger les mineurs qui ne peuvent pas habiter dans leur milieu de vie habituel car ils sont mis en danger ou risque de l'être. Outre ces dispositifs de protection de l'enfance, une mission d'accueil des mineurs étrangers isolés permet de prendre en charge les jeunes en danger du fait de l'absence d'un représentant légal en France et bénéficiant d'une mesure de protection judiciaire. Pour soutenir notre association protection de l'enfance, n’hésitez pas à faire un don. Apprentis d’Auteuil – fondation protection de l’enfance. Fondation reconnue d'utilité publique par décret N°47743 du 19 juin 1929 (Journal Officiel) - N° Siren 775.688.799. Vous pouvez déduire 75 % de votre don à hauteur de 537 € par an. Au delà, votre don est déductible à hauteur de 66 % dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable. Vous recevrez un reçu fiscal.