Lauryl, la force de l'engagement

Lauryl, la force de l'engagement

Partager ce contenu sur :

Accueillie durant ses années lycée à la Maison d’enfants Don-Bosco, dans les Ardennes, Lauryl Tulpin, tout juste 21 ans, vient de créer une association de soutien aux sortants de l’Aide sociale à l’enfance. Rencontre avec une jeune femme décidée.

"Crois en toi, en tes projets, ton avenir et ton destin. La réussite est entre tes mains !" Ces mots-là, Lauryl Tulpin, ancienne enfant placée par les services de l’Aide sociale à l’enfance (ASE), un temps accueillie à la Maison d’enfants Don-Bosco d’Apprentis d’Auteuil, ne cesse de les répéter. Aux jeunes qu’elle rencontre dans le cadre de Repairs ! 08, l’association de soutien aux anciens enfants placés qu’elle a créée, mais aussi partout où elle est invitée. Histoire de changer le regard sur les jeunes de la protection de l’enfance. "Je n’ai pas choisi de vivre en foyer. Pourtant, je suis fière de mon parcours. Entre jeunes de l’ASE, on peut tous s’entraider. C’est important de faire évoluer le regard de la société sur nos situations d’enfants placés. Il est temps ! Nous sommes des personnes comme les autres."

En Picardie

Née en 1999 à Sedan, dans les Ardennes, la jeune fille grandit dans un petit village de Picardie avec sa sœur jumelle, une petite sœur de huit ans sa cadette, sa maman et son beau-père. Elle a trois frères aînés. Fin décembre 2013, en dernière année de collège, l’adolescente perd brusquement sa maman. "Je serais volontiers restée avec mon beau-père dans l’Oise, où j’avais mes repères, confie la jeune fille, mais ce n’était légalement pas possible. "Le temps de finir son année de 3e, elle est placée l’été suivant à la Maison départementale de l’enfance et de la famille des Ardennes, département où vit toujours son père. Un lieu qui accueille en urgence des enfants confiés au titre de la protection de l’enfance.

La force du groupe

Six mois plus tard, en janvier 2015, Lauryl intègre la Maison d’enfants Don-Bosco. Sur  le plan scolaire, elle est inscrite depuis la rentrée précédente en bac pro métiers de la mode. À Don-Bosco, Lauryl apprécie rapidement la force du collectif, qui lui permet de trouver sa place. "Les premiers jours, j’étais tendue, raconte-t-elle. Au bout d’un mois, c’était fini !" La jeune fille est également curieuse, avec une grande soif de connaître les autres. Elle garde le souvenir d’une ambiance très conviviale et d’un réel soutien.

"Avec des voyages à l’étranger, des discussions sur des questions existentielles, des cours de danse, des soirées à thème... Avec le recul, je peux dire que ce temps en maison d'enfants m’a beaucoup apporté, j’y ai acquis une grande force intérieure et le sens de l’autonomie." Fière et reconnaissante, la jeune fille se souvient aussi avec émotion de la disponibilité du directeur d'alors, Patrice Lejeune, de la cheffe de service, de son éducatrice référente et des veilleurs de nuit "présents si on avait besoin de parler, tout comme les maîtresses de maison, qui nous apprenaient à cuisiner et à faire nos lessives… Tous me faisaient confiance, à tel point qu’on m’a rapidement surnommée “la petite meneuse” !"

    SUJET ANCIENS de l'ASE : Lauryl témoigne vers min 1.48 (Conseil départemental des Ardennes) 

Se faire entendre

 Forte de ce qu’elle a vécu en foyer, Lauryl consacre aujourd’hui l’essentiel de son temps à militer pour la cause des jeunes sortants de l’ASE, pour leur permettre de partager leur expérience et mettre en commun leurs compétences et leurs idées. "Notre parti pris est simple. Avoir vécu en famille d’accueil ou en foyer durant son enfance ne représente ni un stigmate ni un statut dans lequel il faudrait s’enfermer ! Quelles que soient les difficultés rencontrées durant l’enfance – et cela ne concerne pas uniquement les enfants de l’ASE – l’adversité a nécessairement créé en nous des choses positives : combativité, capacité d’adaptation, empathie, force de résilience… Notre but, c’est de faire comprendre aux jeunes qu’ils ont à accepter leur histoire et leur passé. Et à en devenir fiers et forts."

Vive la fraternité

L’association n’a pas de local, mais se déplace à la demande de structures et d’établissements pour des temps de partage avec les jeunes, souvent en sous-groupes pour faciliter la parole. Les éducateurs sont eux aussi très demandeurs. Ces rencontres, actuellement ralenties, confinement oblige, leur permettent d'ajuster, si besoin, la manière d'exercer leur suivi. Lauryl et son équipe proposent également des soirées avec des témoins inspirants. Enfin, l'association participe aux débats et consultations en cours, en lien avec l'antenne Repairs75 de Paris et La Touline d'Apprentis d'Auteuil des Ardennes (qui accompagne des jeunes majeurs) pour réformer la protection de l’enfance

Après une première expérience professionnelle dans le domaine de la couture, la jeune femme se réoriente, en se lançant prochainement dans une formation du secteur social. Elle conclut : "J’ai appris à m’assumer, à me battre, à aller plus loin que je ne le pensais, à mon tour de redonner ce que j’ai reçu. Sans la fraternité, on ne construit rien. "

BIO EXPRESS

1999 : Naissance à Sedan (Ardennes)

2013 : Décès de sa maman

2015 : Entrée à Apprentis d’Auteuil

2017 : Bac pro métiers de la mode, mention AB

2019 : Création de l’association Repairs 08 ! à destination des jeunes sortants de la protection de l’enfance

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.