La Maison des familles de Marseille s'invite au grand débat

La Maison des familles de Marseille s'invite au grand débat

Partager ce contenu sur :

Des habitués de la Maison des familles Les Buissonnets, située dans les quartiers nord de Marseille, ont participé au grand débat les 5 février et 7 mars derniers. L’occasion de faire entendre leur voix sur le thème de la fiscalité. Les explications de Jeane Dufour, la directrice.

Pourquoi vous êtes-vous inscrits au grand débat ?

Lors de notre conseil de maison de janvier, nous avions parlé de la possibilité de participer au grand débat national initié par le président de la République. Malgré quelques réticences - s’exprimer et donner son avis est pour beaucoup inhabituel- nous nous sommes lancés dans l’aventure. Tout d’abord, il nous a fallu choisir le thème. Bien que peu familiers avec le domaine de la fiscalité et des dépenses publiques, nous voulions nous demander comment et grâce à quel argent le gouvernement français organise le fonctionnement du pays.

Comment l’avez-vous préparé ?

Avant de nous lancer dans le grand bain, Bernard, un bénévole, nous a expliqué le fonctionnement de la fiscalité, les recettes et les dépenses de l’État, en se servant de tasseaux de bois de différentes couleurs : un pour la santé, un pour l'éducation, un pour la police et la justice, etc. Puis nous avons planché sur nos questions. Les séances de préparation du Jour J ressemblaient au débat : certains jugeaient les questions peu claires, difficiles, voire choquantes. Nous avons alors tenté de les réécrire jusqu’à obtenir l’adhésion de la majorité. À plusieurs, nous avons imaginé une organisation qui implique tout le monde. Le jour J, la Maison bouillonnait d’activité pour que tout soit prêt. Chacun, doté d’un badge, savait exactement quelle était sa mission : mot d’accueil, service enfants, aménagement de la salle, animation d’une table ronde, prise de notes. Un délégué devait aussi rendre compte à l’assemblée des mesures proposées par son groupe de partage.

Comment s’est passé ce débat ?

C’était pour nous un exercice nouveau … C’est pourquoi il régnait à la Maison des familles une ambiance très sérieuse : nous n’étions pas sûrs de savoir exprimer nos opinions. À chacune des tables rondes régnait une atmosphère d’écoute.  Chacun souhaitait donner son avis. Une femme de nationalité algérienne a suggéré : « Pourquoi ne pas proposer aux nouveaux arrivants en France une sorte de service civique pour les intégrer ? » Une personne a proposé un système de contrepartie pour ceux qui reçoivent les minima sociaux. Une autre, une façon différente de s'impliquer à la fin de sa vie professionnelle. Maria, maman habituée de la Maison des familles, a animé pour la première fois un groupe de parole. Il lui a fallu tempérer les avis de chacun et passer le bâton de la parole. Un exercice pas toujours été aisé, qu’elle a parfaitement réussi…

Quel bilan en tirez-vous ?

Comprendre ce que la fiscalité implique exactement, apprendre à écouter l’autre jusqu’au bout, accepter des avis divergents et, malgré les incompréhensions, poursuivre l'échange pour comprendre ce qui se dit, sont autant de bénéfices de cette expérience. Les personnes étaient également fières d'avoir pu participer à ce grand débat. Par exemple, Patrick : « Je me suis senti important. Au moins autant que Macron ! ».  Ou Lynda : « C’est la première fois qu’on abordait de tels sujets à la Maison des Familles, j’ai appris plein de choses et ai même pu m’exprimer sur les impôts ! »
Pour Halima, sa fierté est d’avoir réussi à entendre et à comprendre un avis divergent : « On n’est pas tous pareils, mais échanger et apprendre des choses sur un sujet que je ne connaissais pas du tout et qui nous concerne tous est une réussite. »
Nous en avons conclu que nous sommes chacun des êtres de relation qui désirent s’investir dans une cause et s’impliquer dans les affaires du pays où nous vivons. Cela passe par du bénévolat, des actions solidaires et la participation à des évènements citoyens.
Les représentants d’élus politiques, présents lors de nos échanges, ont applaudi les mesures proposées. Ils ont déclaré que « redonner la parole aux habitants permet de faire remonter les désirs qui habitent nos quartiers et se mettre en mouvement vers des actions qui nous conviennent. » Pour clore cette journée, quelle n’a pas été notre surprise lorsque le délégué du Préfet des Bouches-du-Rhône nous a appris que nous étions la première initiative de grand débat dans le 15e arrondissement de Marseille ! Forts de cette nouvelle expérience, nous avons retenté une séance de grand débat le 7 mars, plus rôdés que jamais !

Les Maisons des familles d'Apprentis d'Auteuil

Situées dans des quartiers à forte mixité sociale, les Maisons des familles d'Apprentis d'Auteuil sont des lieux conviviaux, ouverts à tous, créés il y a dix ans afin de rompre l'isolement social des plus fragiles.
Ces maisons proposent des activités diverses (ateliers, groupes de parole, sorties), dans le cadre d'un accompagnement à la parentalité. Elles sont montées en partenariat avec d'autres acteurs du champ social et soutenues par de nombreux mécènes. Une étude d'impact social dévoilée en juin 2018 a démontré leur efficacité, en particulier sur les plans de la sociabilité et de la découverte de nouvelles réponses éducatives.

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.