Accompagnement des parents
05 janvier 2015

Émotions des enfants : comment les accompagner ?

Il n’est pas toujours facile d’écouter les émotions des enfants et de leur apprendre à les gérer. Points de repère.

Afficher le résumé facile à lire et à comprendre
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Maecenas porttitor dolor ut augue accumsan, quis convallis augue dictum. Aenean in lobortis metus. Vivamus ipsum elit, egestas ac mollis ut, bibendum in lectus. Sed rhoncus nisl ut nisl laoreet, vel rutrum risus consequat. Aliquam ornare nisl vel ex faucibus, non blandit eros tincidunt. Fusce commodo aliquam nibh, vitae ultricies augue eleifend in. Nam tellus leo, scelerisque eu urna at, feugiat pretium nisl. Donec non libero lorem. Quisque vitae porttitor risus, ac vulputate est. Nunc eget tincidunt ligula. Maecenas tempus ipsum vitae iaculis condimentum. Sed pulvinar elementum justo, in dapibus diam maximus ac. Nulla sed varius velit, sit amet rhoncus leo. In eleifend, mi quis convallis malesuada, erat magna facilisis mi, sit amet egestas ipsum sem eu massa. In sodales aliquet turpis, non ultricies lorem maximus eu.

Une émotion, c'est quoi ?

un enfant en colère
un enfant en colère

Selon Isabelle Filliozat, psychothérapeute, chantre de la parentalité positive, les émotions – colère, tristesse, peur, joie, etc. – découlent d’une réaction saine qui se déroule en trois phases : charge, tension et décharge, phase la plus visible. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises émotions, elles ont toutes leur utilité.

Les pleurs soulagent quand on est triste. Crier, trembler ou se mettre en colère sont des réactions de protection. Se retenir engendre la douleur : quand la décharge reste impossible, la tension demeure. La personne peut alors exploser sur d’autres ou face à de situations de moindre importance. Ce qu’on appelle une réaction parasite.

Colères et peurs 

Réaction saine et normale, la colère doit être respectée et entendue : garante du respect de soi, elle est nécessaire pour défendre son territoire. On peut inviter l’enfant à taper sur un coussin ou à respirer lentement et profondément en regardant vers le haut. Si besoin, lui proposer un espace d’intimité, sans mise à l’écart. Les peurs ont leur raison d’être.

Les enfants dont on méprise les peurs ne deviennent pas des adultes ouverts et courageux. N’obligez pas non plus l’enfant à faire face à ses peurs trop directement. Donnez-lui les moyens de les affronter à son rythme et de ne les dépasser que si c’est son choix.

Comment faire ? 

Plus l’enfant est petit, moins il possède de mots pour exprimer ce qu’il ressent. Montrez l’exemple en identifiant vous-même vos émotions : dites lui que vous êtes de mauvaise humeur ou déçu. N'hésitez pas non plus à passer votre votre bras autour de lui en lui expliquant que vous comprenez sa réaction à la situation.

Lorsqu’il se sera calmé, verbalisez avec lui son ressenti : "Ton frère t’a enlevé ton jouet et tu n’as pas aimé ça ?" Bref, avant tout, faire savoir à l’enfant que ses réactions émotionnelles sont normales et l’aider à mettre des mots sur son ressenti.

Rôle de l'adulte

La présence rassurante d’un adulte un minimum informé et armé permet à l'enfant d’identifier ce qui se passe en lui et de s’en libérer.

Respecter les émotions des enfants et accompagner, si elles viennent, leurs larmes, sans tenter de les arrêter, c’est leur épargner bien des difficultés dans la vie. Ainsi, ils pourront grandir émotionnellement autant qu’intellectuellement et physiquement.                   

En quoi est-ce difficile ?  

Les émotions des enfants nous remuent, nous insécurisent, ou menacent notre sentiment d’être un bon parent. Alors que nous savons qu’elles ont un sens et une intention. En tant qu’adulte, avoir pris conscience de la réalité des manques et des blessures relationnelles de notre enfance nous permet de mieux accompagner les plus jeunes.

Pour autant, l’écoute respectueuse de leurs émotions n’implique pas automatiquement la satisfaction de toutes leurs demandes. Désirs et besoins ne sont pas à mettre sur le même plan. La frustration est nécessaire. Le rappel des règles de la vie en société aide aussi nos enfants à grandir.

À LIRE

Au cœur des émotions de l’enfant 
Il me cherche
Isabelle Filliozat, éd. JC Lattès

Émotions mode d’emploi
Christel Petitcollin, éd. Jouvence

L’intelligence émotionnelle
Daniel Goleman, éd. J’ai Lu