Le pèlerinage d'Apprentis d'Auteuil à Lourdes : GÉANTISSIME

Le pèlerinage d'Apprentis d'Auteuil à Lourdes : GÉANTISSIME

Partager ce contenu sur :

Venus de métropole et des outre-mer, 4 300 jeunes, adultes, familles, anciens, salariés et bénévoles se sont retrouvés à Lourdes pour le 25e pèlerinage d’Apprentis d’Auteuil. Trois jours de rencontres, de ressourcement, d'expériences et de prière sur le thème « Viens, vis et partage ». En quelques mots et images.

Les pèlerinages organisés par Apprentis d'Auteuil tiennent du défi : il s'agit de rassembler des jeunes venus de tous les établissements, des adultes, des familles, des bénévoles, de créer des temps de partage, d'échange de recueillement pour que chacun y trouve sa place, d'où qu'il vienne, croyant ou non croyant. Défi relevé pour cette nouvelle édition 2021.
4300 personnes se sont rassemblées autour du thème« Viens, vis, partage ». Dans l’église Sainte-Bernadette, l'entrain de la troupe Family Team, venue du Nord-Ouest, emporte les participants dans un autre espace, un autre temps : le 25e pèlerinage d’Apprentis d’Auteuil à Lourdes.

Invités à témoigner devant l’assemblée réunie, Noëlie, 11 ans, et Lassana, 17 ans, du Mans communiquent leur bonheur d’être là. « Je n’avais jamais fait de pèlerinage, prévient Noëlie. Je voulais découvrir ce que c’était et prier pour mon grand-père décédé en 2017. Profitons, tous ensemble, de la chance que nous avons d’être là. »
Une chance que Lassana, MNA, saisit plus encore. « J’ai quitté mon pays le Mali en septembre 2018, avec ma sœur pour la protéger. Mes parents la malmenaient. Elle est décédée durant la traversée de la Méditerranée. Avec Apprentis d’Auteuil, j’ai compris ce qu’était la vie. Je sais, aujourd’hui, qu’il ne faut pas trop écouter le bruit du monde mais le silence de son âme. Quand on pense que tout est fini, c’est là où tout recommence. »

En aparté, Emma, 19 ans, de la MECS Sainte-Adélaïde de Bourgogne à Dijon, s’interroge sur l’attraction de Lourdes : « Je suis venue au pèlerinage en me disant que cela pourrait être un moment important de ma vie. Lourdes peut paraître étrange avec ces pèlerins, ces prières, mais il faut aller au-delà. Tout le monde s'accepte. Tout le monde est là pour vivre sa foi à sa manière. Lourdes ne se résume pas au sanctuaire mais s’enrichit de tout ce que les gens y apportent et de tout l’espoir qu’ils portent. Je trouve cela exceptionnel ! »

De son côté, Bernadette Diatta, maman d’Antoine-Moïse, 2 ans ½, d’Anna-Hélène, 13 ans, et de Françoise, 16 ans, de la crèche Des Premiers pas à Nantes, n’en revient toujours pas. « En cherchant l’histoire de mon prénom, j’ai découvert que Bernadette était une sainte aimée à Lourdes. J’ai la chance de pouvoir faire ce pèlerinage avec mes enfantsBernadette m’a beaucoup aidée dans ma galère. Elle a eu une foi extraordinaire. Ça m’a retournée. La comédie musicale de Bernadette de Lourdes, spécialement jouée pour Apprentis d’Auteuil m’a éclairée. »

En ouvrant la messe dominicale, Mgr Percerou, évêque de Nantes, prononce ces mots : « De religion catholique, d’une autre religion ou d’aucune, nous formons une grande et même famille. Notre vie est ouverte à plus grand que nous, à Dieu. Nous déposons devant toi tout ce qui détruit, abîme nos vies, en le regrettant. Nous désirons ton pardon, ta tendresse, ton amour. » 

Au dernier jour du pèlerinage, Manuel Gaiola, père spiritain, assistant du provincial de France, avance dans le chœur de l’église Sainte-Bernadette, une boussole en main. Par la remise symbolique de cette boussole à Nicolas Truelle, directeur général d'Apprentis d'Auteuil, il présente la nouvelle orientation pastorale de la fondation, baptisée "Choisir d'aimer".
« Élaborée par les jeunes et les adultes d’Apprentis d’Auteuil, elle indique une direction, souligne-t-il. Elle contient les joies, les peines, les difficultés et les priorités de chacun. En l'élaborant, tous ont cherché ce qu’ils avaient en commun et la meilleure façon de bâtir des relations de fraternité. Je vous confie cette boussole de la part des spiritains qui accompagnent la fondation depuis presque cent ans (1). »
« Nous allons suivre cette direction, conclut Nicolas Truelle. Ensemble, grandir et choisir d’aimer. Faisons le vœu de nous retrouver à Lourdes dans trois ans, dans l’amour qui nous aura fait grandir. » Le rendez-vous est déjà pris en 2024.

(1) Apprentis d'Auteuil est une œuvre d'Eglise du diocèse de Paris, confiée à la tutelle de la congrégation du Saint-Esprit depuis 1923, date d'arrivée du père Daniel Brottier à sa direction. Elle a été reconnue d'utilité publique en 1929.

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.