« Être bénévole, une expérience riche et intense ! »

« Être bénévole, une expérience riche et intense ! »

Partager ce contenu sur :

A l’occasion de la Journée mondiale du bénévolat du 5 décembre, interview de Jean-Philippe Priam qui intervient depuis deux ans en tant que bénévole au sein des établissements Sainte-Thérèse à Paris. Une mission intense et humainement riche qui permet à ce jeune retraité de mieux cerner l’action d’Apprentis d’Auteuil auprès des jeunes.

Quelles missions de bénévolat menez-vous à Apprentis d’Auteuil ?

J’interviens depuis deux ans deux fois par semaine auprès des jeunes du lycée professionnel Sainte-Thérèse à Paris où je fais du soutien scolaire pendant l’heure d’étude. J’accompagne également Djibril, un ex mineur non accompagné du Service Oscar Romero. C’est un jeune Malien qui a d’abord eu besoin de soutien en français. Maintenant qu’il se débrouille bien, je lui donne aussi des cours d’anglais qu’il doit mieux maîtriser dans le cadre de sa formation en CAP restauration.

Comment avez-vous découvert les missions d’Apprentis d’Auteuil ?

Lorsque je travaillais, je faisais en sorte que mon entreprise verse sa taxe d’apprentissage à Apprentis d’Auteuil. J’appréciais déjà la mission de la fondation auprès de ces jeunes en difficultés sociales, scolaires et familiales.

Quels contacts avez-vous avec les jeunes ?

Il faut se laisser du temps pour que la relation de confiance s’installe entre jeune et bénévole.  Moi, j’aime bien utiliser l’humour pour détendre l’atmosphère. Au-delà du travail scolaire, nous échangeons aussi sur d’autres sujets, plus personnels, mais je m’attache toujours à ne pas être intrusif et à rester à ma place de bénévole. Je ne suis ni prof, ni éducateur. Les jeunes sont très attachants même s’ils ne sont pas toujours faciles à gérer.  Certains ont des difficultés scolaires, d’autres sont démotivés. Il faut savoir s’adapter à leurs besoins. Au fil des semaines, une relation humaine forte s’installe entre nous. Les éducateurs, qui font d’ailleurs un travail formidable auprès de chaque jeune, sont aussi là pour nous aider, nous épauler.

Qu’est-ce que cela vous apporte personnellement ?

C’est une mission humainement très intéressante et très enrichissante. C’est un moyen aussi pour moi de découvrir une réalité sociale que je ne connaissais pas. J’avais une idée globale de ce que faisait la fondation, mais en côtoyant ces jeunes toutes les semaines, je comprends mieux désormais les difficultés scolaires, familiales ou sociales qu’ils rencontrent dans leur vie. Et j’étais loin de m’imaginer de leur ampleur ! En tant que bénévole, on donne du temps, on donne un peu de soi mais on reçoit aussi beaucoup ! C’est ça qui me plaît finalement.

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.