Penser et agir ensemble, une dynamique à l'oeuvre à Apprentis d'Auteuil

Penser et agir ensemble, une dynamique à l'oeuvre à Apprentis d'Auteuil

Partager ce contenu sur :

Lancée en 2016 par Apprentis d'Auteuil, la démarche "Penser et agir ensemble" promeut l'échange, la prise de parole, la confrontation des points de vue pour que jeunes, parents et professionnels travaillent davantage ensemble et renforcent leur pouvoir d'agir. Le point avec Daniel Maciel, chef de projet.

Qu’est-ce que le « Penser et agir ensemble » ?

C’est une démarche qui vise à transformer notre accompagnement en mettant les jeunes et les familles au centre et en leur donnant la parole. La fondation en est convaincue : ce sont eux les mieux placés pour penser et prendre les décisions qui les concernent. Dans la dynamique du “Penser et agir ensemble”, nous partons des jeunes et des familles, construisons des propositions avec eux pour améliorer leur vie quotidienne. Pour le dire autrement, nous passons de la prise en charge à la prise en compte. Notre projet stratégique 2022-2026 a fait du “Penser et agir ensemble” sa première orientation.

Comment est née cette démarche ?

La première Maison des familles de la fondation a été ouverte en 2009, à Grenoble : la parole et la place des familles y sont devenues centrales. En 2014, Apprentis d’Auteuil a souhaité élargir cette démarche en travaillant à la transformation de ses politiques et de son organisation. À cela s’est ajoutée la rencontre avec d’autres mouvements ou associations qui avaient avancé dans cet esprit, comme ATD Quart Monde, connue pour son approche participative, mais aussi les communautés de l’Arche ou la démarche d'Eglise Diaconia (1). Au fil du temps et des rencontres, la volonté d’expérimenter et de multiplier des pratiques participatives s’est imposée comme une évidence. Le “Penser et agir ensemble” propre à la fondation était né. 

Pouvez-vous citer quelques projets nés de cette dynamique ?

La réorganisation des conseils de vie sociale de plusieurs de nos Maisons d’enfants. Inscrites dans la loi, ces instances de participation collective à destination des jeunes accueillis et de leurs familles se restructurent dans quelques-uns de nos établissements sous différents formats, permettant à de plus en plus de parents (même s'ils sont encore assez peu nombreux dans les faits) d’être partie prenante du fonctionnement du lieu où leurs enfants vivent. Et de mieux accepter leur placement. Des cafés-parents - qui donnent l'occasion d’échanger sur des questions d’éducation - et les règlements intérieurs de plusieurs lycées ont également été montés ou retravaillés avec des parents et/ou des élèves. Sans oublier l'implication de jeunes et de familles dans les différentes instances et temps de rencontres institutionnels d’Apprentis d’Auteuil. 

D'autres exemples ?

 

Des adolescents issus de différents établissements viennent de lancer un groupe de travail et de réflexion qui leur permet de prendre la parole sur des sujets qui les concernent ou de monter des projets dont ils sont à l'initiative. Comme le week-end des 25-26 juin prochains, un spectacle de théâtre-forum, formidable outil d’animation qui permet, grâce à la participation de chacun, de sensibiliser à des sujets de société en rendant les participants proactifs et d’imaginer collectivement des solutions. Ce projet a été imaginé et monté depuis le début de l'année par les jeunes eux-mêmes, appuyés par le Collectif Méta-Morphose et son responsable Sébastien Blache. L'occasion, pour les jeunes, de grandir en authenticité, et pour le public, d'en savoir plus sur les défis auxquels ils sont confrontés - lutte contre la violence, harcèlement scolaire, difficultés d’accéder à l’emploi, etc. Un grand moment ouvert à tous dans le cadre de Villeurbanne Capitale Française de la Culture 2022, en lien avec la troisième campagne de plaidoyer d'Apprentis d'Auteuil !

Y a-t-il des conditions pour mettre en oeuvre le « Penser et agir ensemble » ?

Il s'agit avant tout d'une posture à adopter au fil du temps avec beaucoup d'humilité. Pas d'une recette miracle ou d'une solution immédiate et toute faite... Selon les cas ou les sujets abordés, l'intervention d'une personne extérieure peut aider à sortir du schéma institutionnel classique pour redonner du sens. Des techniques d'animation adaptées peuvent également se révéler bien utiles pour casser les rôles habituels des adultes comme des jeunes. Il est également nécessaire d'avoir un cadre, même si c'est pour parfois en sortir. Et du temps... 

Cette manière d'agir a-t-elle des répercussions sur les professionnels ?


Je constate que la démarche enclenchée permet aux travailleurs sociaux de retrouver le sens premier de leur vocation professionnelle. Un grand nombre d'entre eux m'en font la confidence. Elle change leur regard et leur permet de retrouver l'élan et la créativité à l’origine de leur engagement premier. Mais cette manière de travailler ne s’improvise pas. Elle demande aux personnels de sortir de leurs zones de confort, de prendre des risques, de se former... Nous avons commencé à œuvrer dans ce sens depuis deux ans, en proposant des formations en interne aux éducateurs intéressés.

Votre prochaine étape ?

La préparation et l’animation d’un colloque de trois jours sur notre projet éducatif, prévu en octobre prochain à Angers et repoussé à cause de la situation sanitaire. Le “Penser et agir ensemble” est une vraie école de citoyenneté et d’apprentissage de la démocratie.

(1) Un appel lancé par l'Eglise pour appeler les communautés et mouvements à vivre davantage dans la réciprocité avec les personnes en situation de fragilité. Il en a résulté un rassemblement à Lourdes en 2013. 

TÉMOIGNAGE Hervé Pezant, chef de service, MECS La Providence Saint-Nizier, Caluire (69)

"Le Penser et agir ensemble bouleverse nos manières de travailler avec les jeunes et leurs familles. Habités par cette dynamique, nous avons ainsi décidé de revisiter le rendez-vous d'admission des enfants en nos murs en tenant davantage compte de la violence qu'elle peut signifier pour leurs parents, un journal pensé par les parents a été lancé, un atelier autour du pain monté avec notre psychologue pour permettre un travail sur la séparation, etc. Autant d'initiatives qui sont le fruit d’un processus au long cours, décliné à la fois dans l'organisation des emplois du temps des éducateurs (pour qu'ils puissent se rendre plus disponibles aux appels des parents) et dans un cycle de formation de toute notre équipe, assuré par des intervenants extérieurs. Nous constatons que ce positionnement fait évoluer plus rapidement les situations des jeunes que nous accueillons."

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.