Pentecôte : des jeunes en route vers le baptême témoignent

Pentecôte : des jeunes en route vers le baptême témoignent

Partager ce contenu sur :

Lundi 1er juin, nous fêtons la Pentecôte, qui, pour les chrétiens, célèbre l’Esprit-Saint. À Apprentis d’Auteuil, fondation catholique reconnue d’utilité publique, qui accueille des jeunes de toutes origines et religions, croyants ou non, des adolescents préparent leur baptême et découvrent cette fête. Ils témoignent de leur parcours de foi.

« L’Esprit-Saint, c’est difficile à définir… » reconnaît Lucas, 16 ans. L’adolescent, accueilli à la Maison d’enfants Les Lauriers, à La Roche-sur-Yon, est engagé dans une démarche de foi depuis l’année dernière. En préapprentissage au métier de menuisier, il apprécie la liberté retrouvée avec la sortie du confinement imposé par la crise sanitaire. Accompagné par Marie-France Violleau, animatrice pastorale à Apprentis d’Auteuil, il progresse dans les différentes étapes qui le conduiront au baptême le 21 juin, dans la paroisse du Sacré-Cœur à La Roche-sur-Yon. Lucas est aussi très impliqué dans le groupe des Bâtisseurs d’Espérance, une troupe musicale créée à Apprentis d’Auteuil dans le Nord-Ouest. 

Une démarche intérieure

 « Pour le moment, je m’instruis, j’apprends la vie de Jésus à travers les Évangiles, explique Lucas. J’ai eu envie d’être baptisé lors d’un pèlerinage d’Apprentis d’Auteuil à Lourdes, en 2018. Je me sens bien dans une église. J’ai l’impression que Dieu me parle. À Lourdes, je sentais qu’il était présent tout le temps. » Pour Lucas, une autre étape marquante dans sa foi a été un séjour à Taizé, lieu œcuménique où des jeunes de tous horizons se rencontrent et échangent. « On peut parler avec tous. Cela apporte de la connaissance et de l’ouverture, on comprend mieux les différences de religion, de culture. La démarche vers le baptême m’apporte du bonheur. C’est très important dans ma vie actuellement. »

Un accompagnement respectueux de chacun

Apprentis d’Auteuil, fondation catholique reconnue d’utilité publique, accueille et respecte la personne, jeune comme adulte, dans toutes ses dimensions, y compris spirituelles, religieuses et culturelles. La fondation accueille en effet des jeunes de toutes origines, croyants ou pas, et de toutes confessions. Conformément à son projet éducatif, qui vise à faire grandir chacun dans le respect de sa personne et de ses origines, la fondation veille à ce que chaque jeune accueilli puisse faire l’expérience de l’intériorité. Parmi les jeunes, quelques-uns souhaitent aller plus loin dans leur démarche de foi et demandent le baptême. Les animateurs pastoraux, avec les directeurs d’établissements responsables de la pastorale, les accompagnent dans leur parcours. 

Avec les paroisses et les mouvements de jeunesse

Jean-François Rousseau, coordinateur pastoral dans le Nord-Ouest, détaille : « Les jeunes sont de passage à la fondation. Une démarche de foi, c’est un parcours de toute une vie, c’est la raison pour laquelle nous les mettons en lien avec les paroisses et les mouvements de jeunesse de leur secteur. Le mois de juin, qui débute par la Pentecôte, est traditionnellement marqué par des sacrements, des baptêmes en particulier. »
Si la Pentecôte est moins fêtée dans les établissements que Pâques et Noël, elle reste une fête importante à la fondation. Comment expliquer ce qu’on célèbre ce jour-là ? Jean-François Rousseau poursuit : « La Pentecôte, c’est la force de l’Esprit qui se manifeste sur la Terre et en chacun de nous. C’est le mystère de l’invisible. Nous avons en nous cette force immanente et transcendantale qui nous invite à grandir au-delà de ce que nous sommes et de ce que nous voyons. Cela peut parler à toute personne sensible à une forme de spiritualité. »

Une décision mûrement réfléchie

Autre témoignage, celui de Tommy, 15 ans, accueilli à la Maison d’enfants Daniel Brottier, à Bouguenais (44) et lui aussi membre de la troupe des Bâtisseurs d’Espérance. Scolarisé en 4e, il souhaite devenir garde-forestier. Son baptême a été repoussé à l’automne, en raison de la crise du Covid-19. Il explique : « La première fois que j’ai dit que je voulais être baptisé, c’était à Lourdes, lors du pèlerinage en 2018. Mais j’y pensais depuis longtemps, depuis que je suis tout petit. Dès le début du pèlerinage, à la grotte, j’y ai repensé. La source m’a touché. Je pense que c’est Dieu qui nous demande d’être à ses côtés. Il nous laisse décider. Moi, j’ai décidé à Lourdes. Pour l’instant, je me prépare, avec Marie-France, et en lien avec ma paroisse. Je découvre la Bible en en lisant des passages. » 

Marie-France Violleau conclut : « Mon rôle d’animatrice pastorale est de faire découvrir aux jeunes que Dieu est proche d’eux, que l’Esprit-Saint peut les guider. Je pars de leur vécu, de ce qu’ils sont, pour les ouvrir à plus grand qu’eux. Les lectures de la Bible leur parlent et résonnent souvent particulièrement en eux. Eux aussi, me révèlent quelque chose de Dieu. » 

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.