Garçons et filles, comment apprendre à mieux se respecter ?

Garçons et filles, comment apprendre à mieux se respecter ?

Partager ce contenu sur :

Alors qu'un projet de loi contre les violences sexuelles est en préparation, quelle éducation donner à ses enfants en matière d’égalité homme-femme et de respect de l'autre sexe ? Les conseils de spécialistes en cinq points.

1. Parler à ses enfants dès le plus jeune âge

L’onde de choc provoquée par l’affaire Weinstein et le hashtag #balancetonporc n’en finit pas de faire des vagues. Une prise de conscience sociétale qui renvoie les parents à la manière dont les relations garçons-filles et le respect mutuel sont abordés à la maison.
"Apprendre à se faire respecter se prépare dès l’enfance, explique le docteur Thierry Delcourt, pédopsychiatre et psychanalyste. Il faut mettre des mots sur ces questions dès le plus jeune âge, donner des explications de base sur la découverte de son corps, la sexualité, le consentement, le respect du corps de l’autre… Cela va permettre aux enfants, garçons et filles, une fois arrivés à l’âge adulte, de savoir dire non ou qu’un rapport sexuel doit être désiré des deux côtés. Nous sommes tous concernés. Les conduites déviantes, comme le cyberharcèlement ou le sexting, qui se développent chez les adolescents, notamment via les réseaux sociaux, sont une nouvelle forme de criminalité. L’adolescence est une période cruciale pour dialoguer et mieux se comprendre."
Des ouvrages de plus en plus nombreux existent par ailleurs, même pour les tout petits, sans oublier que l’éducation passe aussi par l’exemple que donnent les parents et les adultes en général.

2. Une histoire de différence

"Quand j’aborde ces sujets au collège ou au lycée, les questions des adolescents tournent souvent autour du respect, plus que directement du harcèlement sexuel, souligne Edith Berlizot, éducatrice à la vie et conseillère conjugale et familiale au CLER Amour et famille, une association qui accompagne couples, familles et éducateurs et intervient en collège et en lycée. Lors de mes interventions, je fais réfléchir les jeunes sur les notions de différence homme-femme et je  m’efforce de relever ce qu’il y a de positif en chacun, fille ou garçon. Le but est de les aider  à avoir une assurance suffisante pour se défendre et développer une juste estime d’eux-mêmes. Apprendre à respecter l’autre de sexe différent, c’est avant tout le comprendre."
"Pour accompagner les jeunes à cet âge, il est important de rester attentif à leurs paroles et de dialoguer, précise de son côté le docteur Delcourt, qui rappelle régulièrement à ses jeunes patients et à leurs parents que le harcèlement entre ados est puni par la loi. Pour qu’ils puissent s’approprier des repères, des normes, des valeurs. Quand on parle dans une famille, on est mieux armé pour affronter les problèmes."

3. Que dire aux jeunes filles ?

De plus en plus de jeunes filles doivent faire face à une forme de harcèlement au quotidien, dans la rue - propos déplacés, regards, sifflements, gestes suggestifs -  et sur les réseaux sociaux. Pour les aider à gérer ces situations d’irrespect avéré, savoir qu’elles ont des droits leur donnera une sécurité. "Une fille avertie saura comment réagir face à un harceleur potentiel, demander de l’aide, appeler la police, etc. souligne encore Thierry Delcourt, de plus en plus consulté par des adolescents victimes de cyber harcèlement qui viennent parfois le trouver d'eux-mêmes sans passer par leurs parents. Il faut absolument les informer, tout comme les garçons, pour leur donner le courage de manifester leur désaccord. Beaucoup d’entre elles sont encore dans une attitude trop passive."

4. Et aux garçons ?

À l’adolescence, les garçons, maladroits, sont attirés par les filles dont ils ont en même temps peur. Un certain discours ambiant féminin, mal compris et trop réducteur, peut les faire s'interroger sur la conduite à tenir avec les filles de leur âge et impacter leur estime de soi, voire les inhiber.
"Les garçons manquent souvent de mode d’emploi pour savoir comment aborder les filles, soulignent les deux professionnels. Il faut que les pères, ou des hommes adultes, sans être didactiques ni moralisateurs, leur donnent des repères en leur parlant clairement de tact, de notion de consentement et de respect à avoir avec les filles, de tendresse et de patience, de manières courtoises, tout en leur apprenant à apprivoiser leur part d’impulsivité."

5. A tous

Pour tous, concluent les professionnels, la meilleure éducation reste celle "de l’écoute, du respect et de l’amitié entre garçons et filles." De l'apprentissage de l'égalité entre les sexes également, qui se joue dès le plus jeune âge, avec les questions du partage des tâches domestiques à la maison ou des émotions à apprendre à exprimer, qu'on soit garçon ou fille...

PROJET DE LOI CONTRE LES VIOLENCES SEXISTES ET SEXUELLES

Le gouvernement a présenté mercredi 21 mars son projet de loi contre les violences sexistes et sexuelles, qui doit notamment instaurer la verbalisation du harcèlement de rue et renforcer l'interdit de relation sexuelle avec un mineur de moins de 15 ans. Marlène Schiappa, secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, avait  annoncé peu avant un quatrième volet à cette loi, visant à "renforcer les condamnations" en matière de cyberharcèlement, dont sont particulièrement victimes les femmes. Annoncée début octobre,  la loi, qui a pris une résonance particulière après l'affaire Weinstein, doit être votée avant l'été par le Parlement. 

Source : AFP


POUR EN SAVOIR PLUS

  • Je suis ado et j’appelle mon psy 
    De Thierry Delcourt
    Éd. Max Milo                                                        
  • Elever un garçon aujourd’hui
    De Stéphane Clerget et Pascale Leroy
    Éd. Albin Michel
  • Les garçons (un peu) expliqués aux filles, les filles (un peu) expliquées aux garçons
    De Bernadette Costa-Prades
    Éd. Albin Michel
  • Respecte mon corps
    De Catherine Dolto et Colline Faure-Poirée
    Éd. Gallimard Jeunesse
  • L'amour est une belle histoire - Et le sexe aussi !
    En collaboration avec Teeenstar
    De Marie Beaussant
    Éd. Mame
La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.