Des vacances constructives et ressourçantes

Des vacances constructives et ressourçantes

Partager ce contenu sur :

Du 19 au 31 juillet, 5 jeunes et 3 adultes de la Maison d’enfants La Valbourdine à Toulon ont participé à un chantier collaboratif, parlé citoyenneté ou écologie et plongé dans des activités nature. Le temps pour eux de connaître des jeunes du monde entier, d’agir et de se faire plaisir au hameau de Vaunières dans les Hautes-Alpes.

Anaïs, 17 ans, et Lorenzo, 15 ½ ans, ignorent tout ou presque du hameau de Vaunières où ils séjournent. Il fut fondé au XIIe siècle, abandonné par ses habitants au début du XXe, racheté en ruines par des éducateurs venus de Marseille dans les années 60 et rénové par des jeunes, des professionnels du bâtiment, des compagnons du devoir et des bénévoles. L’essentiel pour eux est de s’y sentir bien, de l’améliorer avec leurs compétences et leurs talents et d’y faire de belles rencontres. 
« Je conseillerai à tout le monde de venir ici, s’enthousiasme Lorenzo. L’ambiance est super bonne. Je m’éclate dans le chantier, je me sens utile et nous formons une bonne communauté ! » « Nous avons choisi ce hameau géré par l’association Les Villages des jeunes car il accueille tous les publics : jeunes, familles, groupes, artistes, touristes de tous âges, de tous statuts, de tous horizons, explique Cassandre de Nève, éducatrice spécialisée et responsable du séjour. Avec l’idée de travailler, de vivre ensemble, de partager nos expériences et nos savoirs pour construire un monde ouvert à la différence et respectueux de chacun. »
Ce concept réjouit les jeunes et les adultes car il est dans la lignée du projet qu’ils voulaient mener cet été en Colombie, avec Oasis By Fondacio, le mouvement international pour une monde plus humain et plus juste. Projet qui, en raison des contraintes sanitaires, a dû être annulé et reporté en 2022.

Motivés et heureux

Au hameau de Vaunières, les 3 filles et les 2 garçons âgés de 13 ½ ans à 17 ans et les 3 adultes accompagnateurs de la Maison d’enfants La Valbourdine ont le matin, au choix, rénové le plancher des chalets qui, à terme, accueilleront des groupes d’enfants autistes, entretenu le potager, nettoyé le site ou préparé le déjeuner pour plus d’une centaine de personnes accueillies à l’hôtellerie, dans le gîte ou au camping. « Les jeunes m’ont surpris, confie Cassandre. Chaque jour, ils avaient une nouvelle envie de chantier. Ils étaient dans l’entraide, dans la coopération, toujours très motivés. » « J’ai appris à faire des plans, à mesurer, scier, poncer, lisser, glisse Lorenzo, à déconstruire un pont qui devenait dangereux pour en faire une passerelle plus sûre. À casser aussi un mur de pierres pour en faire un nouveau. En cuisine, mon futur métier, j’ai préparé des tajines, des ratatouilles, des steaks végétariens. À chaque fois, j’ai transmis aux nouveaux venus ce que j’avais appris. »
L’après-midi était réservé aux activités de loisirs : baignade, canyoning, laser game en forêt, accrobranche. En soirée, les jeunes français, espagnols, italiens, allemands, russes, hongrois se retrouvaient autour de spécialités culinaires et de musiques actuelles. « J’ai beaucoup aimé la soirée feu de camp avec chamallows grillés, avoue Anaïs. L’accrobranche aussi même si, au début, j’avais peur. Et puis j’ai appris à faire la vaisselle avec très peu d’eau et à prendre des douches-minute. » « Moi, conclut Lorenzo, j’ai beaucoup aimé cette campagne, la nature et son calme. »
L’an prochain, si tout va bien, Anaïs, Lorenzo et d’autres jeunes de la Maison d’enfants partiront pour de nouveaux horizons en Colombie, avec la même envie de découvertes, d’apprentissages et de rencontres

Un séjour solidaire et interculturel
Ce séjour entre dans le parcours d’Éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale (ECSI) co-construit et co-financé par Apprentis d’Auteuil et l’Agence française de développement (AFD). Pour permettre des mobilités collectives ou individuelles sur des chantiers internationaux en France et en Europe, et vivre ensemble l'engagement et l'interculturalité.

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.