Pierre Evrard, 22 ans, jeune cuisinier : "Sitôt formé, sitôt embauché!"

Pierre Evrard, 22 ans, jeune cuisinier : "Sitôt formé, sitôt embauché!"

Partager ce contenu sur :

Sa formation avec La Salle à manger, une chaîne de restaurants-écoles créée par Apprentis d’Auteuil en Auvergne-Rhône-Alpes, à peine terminée, Pierre Evrard a été embauché début juillet par un établissement grenoblois. Une belle victoire pour ce jeune, ravi d'avoir pu se lancer dans un secteur qui peine à recruter, et qui coïncide avec l'ouverture d'un troisième restaurant-école Salle à manger, installé sur le site de Fourvière à Lyon.

"Quelques jours avant la fin de ma formation, prévue le 7 juillet dernier, j’ai été appelé par un restaurant de Grenoble, engagé avec Apprentis d’Auteuil dans le cadre d’un contrat d’aide et de retour à l’emploi durable et j'ai été embauché. La personne bénéficiant d’un contrat CARED a le statut de stagiaire de la formation professionnelle. À ce titre, sa formation est gratuite et elle est rémunérée par la Région. En contrepartie, elle s’engage à respecter une charte qui l'oblige notamment à être assidu pendant sa formation et à honorer le contrat de travail qui lui est proposé.. Pour moi, cette proposition de poste, c'était l'occasion rêvée de mettre un premier pied dans le milieu, même si je n’avais pas tout à fait fini mon cursus !

Une formation intensive

La formation que j’ai suivie avec La Salle à Manger d'Apprentis d’Auteuil à Grenoble de mars à début juillet dernier (NDLR : il existe aussi deux restaurants-écoles sur Lyon) est accessible sans condition d'âge, le public cible étant des jeunes âgés de 18 à 30 ans. Très complète, elle délivre le titre professionnel "agent de restauration", qui permet d'acquérir des compétences à la fois en cuisine, en service et à la plonge. Et comprend des cours théoriques et de la pratique en situation réelle, en alternant une semaine en cuisine et une semaine en salle. Sans oublier trois stages, deux de deux semaines et un d’une semaine. Nous étions une promotion de 9 élèves, avec des formateurs très à l’écoute de nos besoins et de notre progression.

Le cursus était à la fois court et intensif - il fallait suivre le rythme et bien réviser le soir - et très porteur sur le plan  humain. On s’entendait bien et on était tous très motivés. Bref, j’ai beaucoup appris, les bases de la cuisine bien sûr, mais aussi la réception des livraisons ou encore le rythme à avoir, notamment en salle, même si j'étais moins à l’aise avec le service... J’ai choisi cette formation car à la base, j’aime les bons petits plats. Tout comme le côté partage de la cuisine, découvert plus jeune avec ma grand-mère et les recettes qu'elle m'apprenait...

Souvenir marquant de cette période, nous avons eu la chance, en tant que stagiaires, de pouvoir préparer des menus pour des sans-abris, en lien avec l’association Magdalena, qui va à la rencontre de personnes démunies dans la rue. Toute une partie de ma formation, j’ai, du coup, choisi de participer à la distribution des repas avec eux comme bénévole. Une expérience décapante...

De la chaudronnerie industrielle à la cuisine

À la base, comme beaucoup de mes camarades de promo, j’ai fait des études dans un secteur totalement différent. Après ma classe de troisième, je suis passé par un bac pro en chaudronnerie industrielle en Franche-Comté, avant de m’inscrire en BTS Négociation relation client.

J’ai arrêté ce cursus qui ne me passionnait pas vraiment au bout d’un an, en faisant le choix de chercher du boulot. On verrait bien. J’avais une réelle envie de me confronter au monde du travail. Résultat des courses ? J’ai fait de l’intérim pendant deux ans et demi, en déménageant entretemps à Grenoble. Des petits boulots pas forcément toujours passionnants, mais qui me permettaient de régler mes factures.

Au bout d’un moment, n’ayant plus aucune mission, je me suis inscrit à Pôle emploi. C’est à ce moment-là que mon chargé d’insertion m’a parlé de la possibilité de suivre une formation courte en cuisine. J’ai aussitôt sauté sur l’occasion !

Tartiflettes, fondues et raclettes

Proche de la gare de Grenoble, le restaurant dans lequel je travaille propose des spécialités régionales du Dauphiné. Il est ouvert sept jours sur sept, avec une capacité d'accueil de 68 places. Les patrons sont directeurs de 7 restaurants du même type sur la région.

Sur notre carte, nous proposons tartiflettes, fondues et raclettes, avec ou sans charcuterie, salades, avec notamment du fromage de la région, le bleu de Sassenage. Mais aussi plats de viande ou de poulet, sans oublier des ravioles artisanales et des desserts variés. Avec, nouveauté, de la vente à emporter. Beaucoup d’habitués reviennent... En cuisine, nous sommes 4, encadrés par un chef de cuisine, sans compter le plongeur, et ils sont 7 au service...

Cela fait presque deux mois que j'ai pris mon poste. L'ambiance est dynamique, les clients toujours nombreux malgré la mise en place du pass sanitaire et j'ai trouvé un travail qui me permet de continuer à monter en compétences. Je suis ravi !"

DES STAGIAIRES DE LYON TEMOIGNENT EN VIDÉO

    Les jeunes de la Salle à Manger Lyon témoignent en vidéo (mai 2021)

LA SALLE À MANGER, LES RESTAURANTS-ÉCOLES D'APPRENTIS D'AUTEUIL EN AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

  • Ils permettent à des jeunes de 18 à 30 ans, en situation scolaire, sociale ou familiale difficile, de se former aux métiers de la restauration.
  • Les Titres Professionnels préparés sont les suivants  : Titre Professionnel Cuisine à Lyon, Titre Professionnel Serveur en Restauration à Lyon, Titre Professionnel Agent de Restauration à Grenoble.
  • Un nouveau restaurant-école a ouvert le 17 août à Lyon Fourvière. Désormais, ce seront 70 jeunes qui seront formés chaque année en restauration par les restaurants-écoles d'Apprentis d'Auteuil. Sur les trois dernières années, 90% ont obtenu leur diplôme et 80 % sont à l’emploi.
La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.