Formation et insertion
09 août 2016

Maxime prend sa vie en main

Pris en charge par l'équipe d'éducateurs d'un foyer de jeunes travailleurs d'Apprentis d'Auteuil, Maxime, 19 ans, s’apprête à quitter le lieu de vie qui l’a accueilli pendant un an.

En 2009, Maxime (1), a 16 ans quand il décide de ne plus se rendre au collège où il est inscrit en classe de 3e. Peu scolaire, il en a assez d'étudier. Il souffre également d’une situation familiale compliquée depuis l’arrivée d’un beau-père au domicile de sa maman, séparée de son père quelques années auparavant.

Adolescent taciturne et désorienté, il est pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance qui le place dans différents foyers. La situation perdure deux ans, durant jusqu’à ses 18 ans.  

"À la recherche d’un logement stable, il arrive dans notre Foyer de jeunes travailleurs d’Apprentis d’Auteuil il y a un peu plus d’un an", souligne le directeur.

Maxime, 18 ans, vient d’être renvoyé de son logement précédent pour des faits de violence contre les animateurs du lieu qui l’hébergeait. Côté emploi, il a cumulé plusieurs petits jobs peu productifs, dans les espaces verts et le bâtiment. Il sait par ailleurs que le FJT pourra l'accueillir pendant au moins deux ans. 

Point positif, le jeune homme, qui n’a aucun diplôme, vient cependant de trouver, avec l’aide de l’association qui le prenait jusqu’alors en charge, un contrat d’emploi aidé dans un parc paysager. Le contrat est subventionné par l’État à hauteur de 75% du Smic pour une durée de trois ans. Distant de trois kilomètres, le parc paysager qui l'emploie vient d’être créé à côté d'un musée.

Un cadre de travail très motivant. Maxime embauche tôt le matin et se rend à bicyclette à son travail avant le lever du jour...  

Une aide à l'autonomie

Peu à peu, Maxime prend ses marques dans son nouvel environnement, s’apaise et adopte une attitude différente au travail. Il devient courageux, aussi bien physiquement que moralement. Et participe aux activités proposées par le FJT, se liant tout particulièrement avec l’animateur socioculturel qui l’aide à se prendre davantage en charge.

Fort de sa nouvelle stabilité professionnelle et plus sûr de lui, le jeune homme mûrit un nouveau projet au fil des mois : celui de pouvoir quitter le foyer pour vivre en totale autonomie dans un appartement du parc privé. Côté emploi, il a un peu de temps devant lui, le contrat d’emploi aidé ayant été signé pour trois ans. Maxime présente son projet aux professionnels du FJT. Un suivi personnalisé est mis en place pour l'aider à concrétiser son changement de vie.

"L’essentiel de notre mission avec ce jeune, d'une durée relativement brève mais intense, a consisté à l’accompagner dans sa maturation humaine et sa prise de décision, explique le directeur. Au départ bravache et fanfaron, il a eu quelques problèmes de discipline au foyer. La stabilité s'est installée au fil du temps."

Le départ de Maxime est prévu d’ici quelques semaines. "C’est un jeune qui n’a pas peur de travailler dur. Il va y arriver, même si le risque subsiste qu’une fois laissé à lui-même, il reprenne ses anciens travers. Ce risque, nous le prenons. Dans la confiance ! " conclut le professionnel.

(1) Le prénom a été changé, les lieux et les personnes restent anonymes

ILLUSTRATION : Frédérique Bertrand