À Apprentis d'Auteuil, la mobilisation pour l'Ukraine

À Apprentis d'Auteuil, la mobilisation pour l'Ukraine

Partager ce contenu sur :

Profondément bouleversés par la guerre qui fait rage en Ukraine, jeunes et adultes des établissements d’Apprentis d’Auteuil se mobilisent pour acheminer des colis dans les points de dépôt et mener des actions solidaires. La fondation se prépare également à accueillir et à accompagner des jeunes et des familles réfugiés.

Près de trois millions de personnes fuyant la guerre en Ukraine. 100 000 réfugiés qui pourraient être accueillis très bientôt en France, selon le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin. L'onde de choc est immense. Partout en métropole et dans les départements d’outre-mer, les équipes et les jeunes accompagnés par Apprentis d’Auteuil sont profondément bouleversés par la guerre déclenchée en Ukraine et ses ravages sur les civils.
« Depuis plusieurs décennies, Apprentis d’Auteuil s’est mobilisé pour l’accueil des réfugiés et des migrants, rappelle Nicolas Truelle, directeur général. La situation en Ukraine a provoqué un élan de générosité parmi les équipes et les jeunes accompagnés. Au-delà des secours d’urgence, nous savons qu’il faudra aussi des solutions d’accueil durables. Notre mission nous y conduit : nous saurons accueillir les réfugiés ukrainiens, jeunes ou familles, dans nos structures et, pourquoi pas, inventer de nouvelles manières de faire si le besoin s’en fait sentir. »

Des jeunes inquiets et attentifs

Anne Le Groumellec, animatrice pastorale aux établissements Jean-Marie-Vianney, à La Côte-Saint-André, entre Lyon et Grenoble, témoigne : « Quand j'ai su qu'une collecte était organisée par la mairie, j'ai sauté sur l'occasion et sensibilisé les éducateurs, qui ont informé les jeunes. » L’animatrice pastorale a proposé un temps de silence et la levée du drapeau ukrainien. « Les jeunes ont été très respectueux et attentifs, poursuit-elle. Certains ont sollicité leur professeur pour les aider dans les dons. Mardi 8 mars, avec six jeunes de la classe intervention en maintenance technique des bâtiments, nous avons parlé du conflit, de leurs craintes, nous l’avons replacé dans le contexte historique... Les jeunes que j'ai rencontrés sont assez inquiets. Ils se demandent comment ils se positionneraient dans ce contexte. »  Loan, 13 ans, accueilli à la Maison d'enfants Jean-Marie-Vianney, complète : "Ce sont des jeunes du foyer qui m'ont dit qu'il y avait la guerre en Ukraine. Alors, j'ai voulu aider les gens, j'ai aidé à charger les colis de médicaments, de couvertures et de produits d'hygiène dans le camion pour la mairie."
À Civrieux-d’Azergues, près de Lyon, le collège Notre-Dame de Lourdes a organisé une collecte auprès des familles. Le Sud-Est s’est également mobilisé autour de Mykola Kuzin des systèmes d’information, lui-même ukrainien.

En région, de nombreuses initiatives

La mobilisation a gagné toutes les régions. L’école Saint-Pierre et le collège Père-Jacques de Villeneuve-le-Comte (77) ont organisé une collecte de produits de première nécessité et de médicaments pour une association ukrainienne. Dans le Nord, le centre de formation professionnelle Sainte-Barbe de Loos-en-Gohelle (59) et le foyer de jeunes travailleurs Saint-Jean-Paul-II de Liévin (62) ont collecté des couvertures, des produits d’hygiène, des vêtements, des denrées alimentaires. La Maison d’enfants Don-Bosco de Charleville-Mézières (08) a participé à une collecte de dons avec le sculpteur Éric Sziezslack, des maires, des industriels, des restaurateurs et des enfants du foyer départemental de l’enfance.

Un élan de solidarité très rapide

Dans l'Ouest, Stéphane Aubry, animateur pastoral à l’école Saint-Martin du Mans, a lancé une collecte de vêtements et de jouets auprès des familles, en lien avec le Rotary Club de Mayet. « L’élan de solidarité a été très rapide et déjà de nombreux dons ont été reçus, souligne Christelle Rouzier, assistante administrative. Ces dons sont destinés aux réfugiés qui vont arriver sur le territoire français, à Mayet et Mamers, entre autres. »
Même chose à Bouguenais, près de Nantes, du côté du lycée professionnel hôtelier Daniel-Brottier. Ou encore à Priziac, en centre Bretagne. Juliette Gruyer, monitrice éducatrice de l’internat éducatif et scolaire et du lycée professionnel Saint-Michel, a initié une collecte en lien avec une association de Quimperlé et acheminé les colis aidée de quelques jeunes. Les collèges Sainte-Bernadette de Pau et Saint-Jean à Saint-Sulpice ont participé aussi à des collectes de dons, en lien avec des associations, établissements et institutions locales.

UN ACCOMPAGNEMENT ÉDUCATIF POUR LES JEUNES

La guerre, à quelques heures d'avion de la métropole, suscite l'inquiétude et les interrogations chez les jeunes accompagnés par Apprentis d'Auteuil. De nombreuses initiatives se sont mises en place pour revenir aux sources du conflit, le replacer dans un contexte historique et répondre aux questions. Exemples :

Le lycée professionnel hôtelier Daniel-Brottier de Bouguenais, près de Nantes, a organisé une heure d’explication du conflit en "vie de classe".

En Martinique, M. Louis, professeur d’histoire géographie au collège Saint-Jean-Paul-II, a fait un topo de la situation aux élèves sur les origines et les causes du conflit.

À Pau, une intervention a été faite au retour des vacances de février pour l'ensemble des classes du collège Sainte-Bernadette avec l'enseignant d'histoire géographie, Sylvain Larquier, qui a permis de recueillir le ressenti des élèves, de présenter les rapports entre les deux pays depuis l'URSS, de répondre aux questions des jeunes sur l'arme nucléaire et de dissiper les rumeurs qui courent sur les réseaux sociaux.

Le regard du père Marc Whelan, délégué à la tutelle et à la pastorale d’Apprentis d’Auteuil
« Aujourd’hui, nous sommes tous sous le choc de voir la guerre tout près de nous. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’Europe a connu la guerre et les conflits (plus d’une trentaine depuis 1945), mais cette fois-ci, notre peur est plus prononcée et les enjeux plus grands. Le père Daniel Brottier – « l’aumônier verni » comme il fut surnommé - a lui-même bien connu la guerre. « S’il me fallait recommencer ce que j’ai fait à Verdun et dans la Somme, je ne le pourrais plus, disait-il. Voyez-vous, tout cela, c’est quelque chose de surhumain. »
Mercredi des Cendres, le pape François a déclaré un jour de jeûne et de prière pour la paix en Ukraine : « Une journée pour être proche des souffrances du peuple ukrainien, pour se sentir tous frères et demander à Dieu la fin de la guerre. » Mais pourquoi prier ? Je crois profondément que Dieu entend et répond à nos prières. Souvent, la réponse n’est pas un changement brutal des événements, mais plutôt une conversion et une transformation de nos cœurs.
La deuxième raison pour prier aujourd'hui, c’est qu’en entrant dans le temps de carême, nous nous mettons en préparation pour célébrer la fête de Pâques, la résurrection du Christ. Le soir du dimanche de Pâques, les premières paroles de Jésus n’ont pas été « Je suis ressuscité », mais une prière pour ses disciples : « La paix soit avec vous » (Jn 20). Nous prions pour la paix, parce que nous sommes un peuple de Pâques.
Que ce temps de carême soit pour tous un temps prophétique où « de leurs épées, ils forgeront des socs, et de leurs lances, des faucilles. Jamais nation contre nation ne lèvera l’épée ; ils n’apprendront plus la guerre. » (Isaïe 2,4). Plus que jamais, le thème de notre orientation pastorale – choisir d’aimer - est d'actualité. »

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.