Quand les enfants découvrent le plaisir de lire

Quand les enfants découvrent le plaisir de lire

Partager ce contenu sur :

À l’école Notre-Dame de Lourdes, au nord de Lyon, les enfants de CP les plus fragiles dans l’apprentissage de la lecture sont accompagnés après la classe grâce à une méthode qui éveille au plaisir de lire. Résultats garantis.

École Notre-Dame-de Lourdes, Civrieux d’Azergues, 16 h 30. Pause goûter animée pour les enfants. Comme tous les soirs de la semaine après la classe, dans une salle-bibliothèque récemment aménagée, un petit groupe d'élèves de CP, assis en rond sur un tapis, s’initie au plaisir de lire. En commençant par partager biscuits, bananes et autres bonbons, première étape de leur aventure du jour...

Goûter-parler, lecture surprise et mot du jour

 

Mis en place au retour des vacances de Toussaint précédentes, sur le temps périscolaire, le club de lecture-écriture de l’association Coup de pouce a démarré. Selon les jours, il est animé tour à tour par deux salariées de l'école, une AESH (accompagnant d’élèves en situation de handicap) et une enseignante, toutes les deux formées à la démarche.

Pionniers dans le domaine de la prévention du décrochage scolaire précoce en France, les ateliers Coup de Pouce proposent depuis vingt ans des programmes de prévention de l’échec scolaire à destination des enfants du primaire, en partenariat avec l’Education nationale et les municipalités.  

Chaque séance d’une heure trente est rythmée par une série d'activités brèves : 15 minutes de "goûter-parler," 3 minutes de "mot du jour" (un nouveau mot à découvrir, comme "transparent" ou "carnivore"), un temps de "lecture-surprise" (une phrase écrite au tableau ou sur un ruban de papier que le groupe cherche à déchiffrer), des "petits jeux avec la langue", des "jeux de son", etc. Des conditions optimales pour entretenir et maintenir l’attention des enfants. Encouragés, ils prennent confiance en eux.

"Pour certains élèves, souligne Sylvaine Devaux, AESH animatrice du jour, l’apprentissage de la lecture peut s’avérer fastidieux. Ils n’ont pas les conditions réunies à la maison pour mettre en place cette envie d’apprendre, indispensable à l’acquisition des savoirs de base. Les enseignants les repèrent en début d'année et leur proposent cet atelier, en lien avec leurs parents. Les enfants découvrent qu’ils peuvent y arriver en l’espace de quelques semaines. C’est bluffant !"

Virginie Hirsch, institutrice en CP et coordinatrice du club Coup de pouce pour l’école, se montre, elle aussi, conquise : "J’avais très envie de pratiquer cette méthode avec certains de mes élèves, note-t-elle. Une fois lancés, ils progressent de manière fulgurante !"

Une démarche scientifique

 

À l’origine de la démarche, les travaux d’André Inizan, chercheur en psychopédagogie, qui a montré l’importance du concept du  "temps fécond" dans l’apprentissage de la lecture, celui où l’élève est concentré et actif face à l’écrit et qu’il convient d’augmenter pour les petits lecteurs.

Des travaux repris dans les années 80 par Gérard Chauveau, chercheur à l’INRP (Institut National de Recherche Pédagogique), qui a ainsi élaboré le prototype de l’actuel club Coup de Pouce Clé, conçu pour augmenter le temps fécond des enfants qui en ont le moins en classe et en dehors de l’école.

Le chercheur a également misé la réussite des petits lecteurs sur l'importance du temps d'apprentissage périscolaire. Un temps réduit à 0 minutes dans certaines familles. C’est là que se creusent les écarts et que le dispositif Coup de pouce se propose d’agir.

Des parents impliqués

 

"La réussite de ces clubs lecture est d'autant plus au rendez-vous que les parents sont impliqués dans la démarche, s'enthousiasme à son tour Axelle Cecille, directrice de l'école, elle aussi inconditionnelle des ateliers. Nous les invitons à regarder chaque soir le cahier de leur enfant, à passer un minimum de temps avec lui à parler de sa journée et à trouver, si besoin, une personne-ressource qui puisse le faire lire à la maison."

"Mon fils ressort de ses séances avec les yeux qui brillent, se réjouit Madame Carteron, maman de Marcus. Je me considère comme privilégiée. Il est tellement plus à l’aise et en confiance en classe !"

"Mon enfant a énormément progressé. Ces ateliers sont pour lui un vrai bonheur", renchérit Madame Karmaoui, maman de Sohan.

Forte de ce succès, l’école compte proposer, dès la rentrée prochaine, un autre club, consacré à l’acquisition du langage cette fois, à destination d'enfants de grande section. 

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.