Pascale Guérin, professeure d'alto : "la pratique orchestrale ouvre les cœurs des enfants"

Pascale Guérin, professeure d'alto : "la pratique orchestrale ouvre les cœurs des enfants"

Partager ce contenu sur :

Porté par Apprentis d’Auteuil depuis 2015 à Marseille, Démos, dispositif d’éducation musicale et orchestrale à vocation sociale, ouvre la pratique musicale en orchestre à des enfants en difficulté. Retour sur une belle aventure avec Pascale Guérin, professeure d'alto, en ce jour de la fête de la musique !

Quel est votre rôle à l'école Vitagliano où vous intervenez auprès des élèves ?

J'initie les énfants à la pratique orchestrale. Un lent et patient travail d'appropriation avec, toute une partie de la première année de formation, un enseignement  fait de jeux musicaux, de jeux de rythme, de danse, d'écoute de morceaux, etc. Pour donner du goût, éveiller et exercer l'oreille des élèves avant de leur faire aborder l'instrument à proprement parler. Cette formation requiert beaucoup d’exigence de ma part pour que  les enfants de Vitagliano, encouragés, se sentent bien et arrivent, au fil du temps, à être heureux de  jouer ensemble...

J'interviens deux fois par semaine  en ateliers de 2h30 en binôme avec une collègue violoncelliste. Nous travaillons toutes les deux avec un groupe de 15 jeunes qui composent la moitié du pupitre des cordes de l'orchestre (violon, alto, violoncelle), deux autres collègues intervenant dans la classe a côté avec un deuxième groupe de 15 autres jeunes...

Comment le projet Démos s’organise-t-il à Marseille ?

Depuis son implantation à Marseille en 2015, le projet Démos, porté directement par Apprentis d’Auteuil, a entamé un deuxième cycle de trois ans en septembre 2018, qui s’est achevé comme chaque année avec un concert. Le spectacle a eu lieu jeudi dernier 17 juin, au théâtre Silvain... Outre les élèves de l’école Vitagliano, Démos Marseille et Apprentis d'Auteuil suivent des enfants de cinq autres centres sociaux ou écoles de la ville.

Nous nous retrouvons tous ensemble toutes les six semaines autour de notre chef, Victorien Vanoosten, ancien chef assistant de Daniel Barenboïm, un chef d'orchestre reconnu pour son engagement en faveur de la démocratisation de l'accès à la musique classique, pour travailler en orchestre complet (cordes, bois, cuivres, percussions).

Bref, c'est un parcours dans lequel les aptitudes artistiques de l’enfant s’épanouissent par la pratique en petit ensemble et grand orchestre. Un concert est donné chaque année au mois de juin et la pédagogie n'intègre ni  solfège ni travail à la maison. 

Qu’est-ce qui fait, selon vous, la force de Démos ?

D’évidence, le groupe ! Le fait d’apprendre la musique classique par la pratique collective en orchestre, donc de jouer ensemble. Et de s’écouter. Autre atout de taille, l’équipe éducative de l'école, entièrement partie prenante du projet. Dans mon atelier, une des enseignantes a débuté le violoncelle en même temps que les enfants. Elle connaît très bien ses élèves, les recadre elle aussi pendant les cours, fait le lien avec nous sur leur progression individuelle semaine après semaine, etc. C'est très aidant !

Quels sont les bienfaits pour les enfants ?

Une attention facilitée, l’expérience de la puissance du groupe, le calme que la pratique instrumentale procure, l'accès à ses émotions... Sans oublier une réelle sensibilité artistique que l’on voit poindre chez certains. Des études ont également souligné l'impact de ces temps de pratique sur les apprentissages scolaires. De fait, je suis très touchée par les transformations intérieures qui permettent à quelques enfants de poursuivre leur formation, une fois les trois ans avec Démos passés...

Et pour vous, qui enseignez ?

De toute évidence, le fait d'enseigner la musique à ces enfants là me fait bouger et a fait bouger ma pratique. Avec ce public, il faut innover en permanence, trouver des astuces, se mettre à la portée des élèves… Ce qui nécessite de sortir de ses habitudes, de prendre des risques, de s'intéresser différemment à l'autre... J’y laisse beaucoup d’énergie, mais j’en ressors en même temps le cœur tellement rempli, reconnaissante de la dynamique qui se construit au fil du temps...

Pourquoi avoir adhéré au projet Démos ?

C’est un choix très personnel, pas forcément partagé par tous mes pairs... À la fois concertiste et prof de musique, j'’ai étudié l’alto et la musique de chambre au Conservatoire National à Rayonnement Régional (CNR) de Marseille et je joue dans un ensemble de musique contemporaine et au sein de différents orchestres de la région. Un parcours très classique.

Pour moi pourtant, un artiste doit s’engager socialement. Un défi que je me lance toutes les semaines avec les enfants d’Apprentis d’Auteuil ! Il faut dire que l’enseignement que je ne pratiquais pas du tout en début de carrière a été pour moi une très belle découverte (je suis également prof à la cité de la musique)...

Qu’apporte la musique à nos vies ?

C'est un langage universel, un moyen de se retrouver, de se comprendre…  La musique est pour moi synonyme de plaisir, de rythme, de vibration, de bonheur, de communion, de créativité… Elle encourage aussi, transcende, aide à aller plus haut… Et ce d'autant plus, à mes yeux, quand elle est jouée à plusieurs !
 

PROGRAMME DU CONCERT DE FIN DE CYCLE DE DEMOS MARSEILLE
  • Le concert a eu lieu ce jeudi 17 juin 2021
    Théâtre Silvain
    Chemin du Pont
    13007 Marseille
  • Au  programme : deux extraits de la pièce « L’incroyable épopée de Ferdinand le goéland », une création pour l'Orchestre Démos Marseille de Laurent Elbaz, professeur au CNR (Conservatoire national de région) de Marseille, pianiste et compositeur contemporain, créateur de contes musicaux pour enfants et de musique de films.
  • Direction : Victorien Vanoosten
La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.