Comment raccrocher les élèves perdus avec le confinement ?

Comment raccrocher les élèves perdus avec le confinement ?

Partager ce contenu sur :

Comment les enseignants d'Apprentis d'Auteuil parviennent-ils à faire travailler les élèves à distance et à maintenir le lien avec eux dans ces circonstances exceptionnelles ? Exemple avec le collège Marcel Callo à Nogent-sur-Oise où la mise en place des classes virtuelles a permis de raccrocher une grande partie des élèves.

« Le collège Marcel Callo est fermé depuis le début du mois de mars, explique Manuel Marseille, directeur de l'établissement situé à Nogent-sur-Oise. Nous devions reprendre après les vacances de février, mais l'Oise étant l'un des premiers "clusters" de France, les élèves ne sont pas revenus dans l'établissement. Depuis, nous assurons une continuité pédagogique avec les élèves mais nous avons dû adapter notre mode de fonctionnement.»
Les premières semaines, les enseignants déposent cours, photos et exercices sur la plateforme numérique de l'établissement. La plupart des élèves s'y connectent mais au fil des semaines le décrochage se fait sentir. « Au début, 80% d'élèves étaient connectés puis nous sommes tombés à 50% au bout de trois semaines, précise Manuel Marseille. Certaines familles saturaient. Nous avions peut-être envoyé trop d'exercices à faire au début. D'autres ne maîtrisant pas suffisamment le français ne pouvaient pas accompagner leurs enfants ou devaient s'occuper de plusieurs enfants en même temps. Nous avons donc décidé de réduire un peu "la voilure". » L'équipe enseignante décide donc de réagir.

Le plus important, garder le lien avec les élèves

« Ces circonstances exceptionnelles nous ont obligé à revoir notre manière de travailler avec les élèves, surtout pour ces jeunes qui étaient déjà en difficulté avant, précise Aude Vecchuitti, enseignante de français et d'histoire-géographie dans le même établissement. Nous avons varié les supports, fait des QCM, raccourci les séquences... Nous avons également décidé d'appeler tous les élèves par téléphone au moins une fois par semaine. Le véritable déclencheur, ça été la mise en place des classes virtuelles. Nous n'étions pas sûrs du résultat, mais cela a eu un véritable impact ! Les élèves ne se sont plus sentis seuls devant leur écran. Ils ont pu s'aider les uns les autres. Ils étaient même demandeurs des cours... ce qui n'est pas vraiment le cas habituellement.  Surtout, ils ont retrouvé le contact humain qu'il leur manquait tant.» 

"Seul devant mon ordi, j'étais découragé"

« Le matin, seul devant mon ordinateur, j'étais un peu découragé en voyant tout le travail qu'il y avait à faire, explique Yassine 12 ans, en classe de 5e au collège Marcel Callo. J'avais peur de ne pas pouvoir y arriver. D'autant que je dois partager l'ordinateur de la maison avec mes deux frères. Et puis nous avons commencé les classes virtuelles. Le fait de suivre les cours à distance avec les autres élèves m'a beaucoup aidé. J'avais l'impression de retourner en classe ! »

Résultat. « Depuis la mise en place des classes virtuelles et des coups de fil hebdomadaires nous avons raccrocher la quasi-totalité des élèves, conclut Manuel Marseille. Nous devons aujourd'hui avoir 95% des élèves qui suivent. Un résultat qui reste à nuancer car environ 80% des élèves travaillent régulièrement. C'est déjà beaucoup compte tenu des circonstances et des difficultés des élèves de l'établissement. »

Lire les autres articles sur les actions d'Apprentis d'Auteuil pendant le Covid-19

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.