Comment dépasser nos hontes ?

Comment dépasser nos hontes ?

Partager ce contenu sur :

À partir d’un récit autobiographique paru en septembre dernier, Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste, invite chacun d’entre nous, en particulier les parents, à dépasser nos hontes pour éviter de les transmettre à nos enfants. Décryptage.

Comment définir la honte ?

Éprouver la honte, c’est être convaincu qu’aucune réparation n’est possible. C’est pourquoi les images qui viennent sont de rentrer sous terre, de disparaître, d’échapper à tout regard. La honte est une émotion complexe, assez répandue à des degrés divers, qui fait craindre de perdre toute manifestation d’intérêt de l’ensemble de la société humaine, et,du coup, de basculer dans le non humain. Elle ne mine pas seulement l’estime que nous nous portons à nous-mêmes, mais aussi notre confiance dans notre appartenance au monde... Très intéressé par cette question, je me suis employé à montrer depuis le début des années 90, à travers mon travail clinique et plusieurs ouvrages, que beaucoup de hontes que nous éprouvons comme personnelles relèvent en fait d’une dynamique beaucoup plus complexe, pouvant avoir une autre origine que dans sa propre vie et ses propres comportements. Il existe ainsi des hontes familiales transgénérationnelles transmises par nos parents et nos ancêtres, et des hontes sociales, qui ont pu nous être imposées sans même parfois que nous nous en rendions compte. Mais bonne nouvelle, on peut travailler dessus !

En quoi la honte diffère-t-elle de la pudeur et de la culpabilité ?

La pudeur et une attitude par laquelle nous protégeons notre intimité du regard de l’autre : elle contribue à l’estime de soi. La culpabilité fait, quant à elle, craindre de perdre l’affection de nos proches, voir même de l’ensemble de nos concitoyens. Mais il existe toujours une façon de racheter sa culpabilité en purgeant une peine afin de retrouver sa place dans la société...

Pourquoi revenir sur ce thème que vous explorez depuis longtemps ?

La honte est une émotion à mes yeux encore insuffisamment prise en compte. Pourtant, elle est à l’origine de nombreux comportements problématiques. Comme le repli sur soi bien entendu, la résignation ou certaines formes de masochisme, qui consistent à rechercher les agressions et les humiliations parce qu'elles sont devenues les seules attitudes que le sujet blessé imagine pouvoir susciter parmi son entourage. Certains honteux passent ainsi leur vie entière à faire en sorte qu'on leur fasse honte, jusqu'à finir souvent par oublier qu'une honte première, profondément enfouie en eux, est à l'origine de leur destin tragique... Mais la honte peut aussi se transformer en rage ou en risque d’imposer sa honte à autrui par la violence...

Comment parvenir à sortir de sa honte ?

D’abord, il faut la reconnaître, ce qui n’est pas si facile, car elle se cache derrière de nombreux masques qui témoignent des processus de défense psychique mis en place. L'ambition ou l'humour en font partie. La seconde étape consiste à identifier sa cause de façon à ne plus se dire "J’ai honte", mais "J’ai eu honte pour telle raison dans telle situation". La troisième est d’identifier les émotions qui l’accompagnent toujours, comme l’angoisse, la peur, et bien sûr, la rage, à l'instant évoquée, cette émotion qui fait qu'on veut détruire le monde en s'y détruisant soi-même. Une autre façon de rentrer sous terre...

Et ensuite ?

Il nous reste à positiver notre honte et reconstruire, à partir d'elle, ce qui a été détruit en faisant de la conscience que nous en avons, une fierté. Car la honte est un signal d’alarme qu’il nous faut apprendre à identifier pour continuer à vivre et à se battre malgré tout. C'est le rôle du psychothérapeute que de rendre ce travail possible. Ou de l'écriture, de l'art, de groupes de paroles... En ce qui me concerne, j'ai commencé à sortir de ma honte grâce au dessin, avant d'entamer, plus tard, une analyse.

En quoi cette émotion vous touche-t-elle particulièrement ?

J’ai longtemps vécu une honte diffuse sans savoir pourquoi, mais ce n’est que très récemment que j’ai trouvé le courage de franchir un nouveau pas, en replongeant dedans. Ce que je raconte dans mon dernier livre, plus autobiographique.  A l’occasion du don de mes archives à la Bibliothèque nationale de France, j'ai retrouvé des textes et dessins qui m’ont permis de comprendre de quelle façon j’avais, depuis tout petit, intimement vécu les formes de cette émotion, des hontes familiales héritées de mes parents et grand-parents, voire plus loin dans mon ascendance. Jusqu'à finir par par retrouver la honte première à l'origine de toutes les autres. Un travail que je souhaite à toute personne interpellée. Même si je sais bien que, quelque part, nous n'en n'avons jamais totalement fini avec la honte. Nos blessures d'enfance restent des plaies cicatrisées qu'on apprend à gérer en se soignant au jour le jour...   

POUR EN SAVOIR PLUS :

Mort de honte
De Serge Tisseron
Ed. Albin Michel

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.