Avec nos ados, entre bienveillance et fermeté

Avec nos ados, entre bienveillance et fermeté

Partager ce contenu sur :

Comment aider nos adolescents à grandir et rester connectés avec eux ? Repères avec l’aide de deux spécialistes.

1. Des humeurs en montagnes russes

Dès 13-14 ans chez les garçons, et 10 ans chez les filles, l’enfant se transforme physiquement et grandit à vue d’œil. Il ne maîtrise guère ses réactions émotionnelles, provoquant du coup celles des adultes. Ses humeurs en montagnes russes peuvent inquiéter son entourage. "L’adolescence survient à partir du moment où le jeune commence à affirmer sa liberté à tous les niveaux", souligne Thierry Delcourt, psychiatre et psychanalyste. Il a besoin de notre amour inconditionnel pour y puiser les ressources nécessaires pour grandir."

2. Poser des limites sans blesser

À partir du début des années collège, l’ado teste les adultes et les met à l’épreuve. À travers eux, il interroge la vie, la loi, le sens de la justice. « Tout adolescent pense que pour être heureux, la vie ne doit lui apporter que des plaisirs immédiats. La tâche des parents est de l’aider à sortir de cette illusion», précise encore Thierry Delcourt. « Il ne faut pas hésiter à poser des limites qui guident, protègent et rassurent et ne rien lâcher, sans pour autant blesser. » Des contraintes indispensables - heures de sorties et de retour, travail scolaire, respect… - qui permettent de poser un cadre à partir duquel le jeune va construire ses propres valeurs et son autonomie.

« Il ne faut pas hésiter à poser des limites qui guident, protègent et rassurent ». Thierry Delcourt, psychiatre et psychalanyste spécialiste des adolescents.

3. Rester connecté

En même temps, le rôle du parent d’adolescent réside aussi dans le maintien de la connexion avec son enfant.  « Faire des courses ensemble, aller voir un film ou une expo, écouter sa musique avec lui (y compris du rap, de la techno…) et partager la sienne, regarder les vidéos qu’il aime, rire ensemble sans donner de conseils, autant de manières d’être à cultiver », rajoute le médecin. Apprendre aussi à discuter au moment juste, recadrer pour regarder la situation autrement, valoriser avec tact ou remercier…

4. Se ressourcer pour rester disponible

Ceci étant posé, exercer son autorité sur un adolescent n'est pas facile. « Il faut trouver le ton juste, en considérant nos enfants comme des adultes en puissance et en étant présent à eux autrement, souligne de son côté Armelle Six, conférencière et thérapeute, à l’origine d’un programme d’accompagnement pour parents et enseignants en ligne. Leur comportement nous oblige à bouger. » Elle précise : « Je conseille aux parents d’apprendre à se connecter davantage à eux-mêmes, en se ressourçant ou en méditant, ce qui leur donne la disposition intérieure nécessaire pour accueillir leurs ados comme ils sont. » Bref, prendre un recul salutaire parfois !

5. Que faire en cas de conflits ?

Et en cas de conflit ? « Mis face à leurs blessures, les parents apprennent peu à peu à réagir autrement. Et reviennent à l’essentiel, le maintien du lien et les valeurs à inculquer. » Selon la thérapeute, le premier obstacle à franchir pour le parent, c’est lui-même. « Une vraie école de vie ! Le parent d’ado a un vrai deuil à faire - dire adieu à son sentiment d’utilité - et en même temps, il doit se réajuster en permanence. En allant, si besoin, soigner ses blessures d’enfance.» Ces précautions prises, « l’accompagnement d’un adolescent réserve des moments de complicité magnifiques », concluent les deux spécialistes. « C’est même une expérience passionnante à vivre ! »

À LIRE :

  • Je suis ado et j’appelle mon psy
    Thierry Delcourt
    Éd. Max Milo
  • Les Enfants d’aujourd’hui font les parents de demain
    Armelle Six
    Éd. Leduc
  • On ne se comprend plus
    Isabelle Filliozat
    Éd. JC Lattès
La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.