Aurélie Piet, chercheuse : "Prendre soin de la nature, c'est prendre soin de soi"

Aurélie Piet, chercheuse : "Prendre soin de la nature, c'est prendre soin de soi"

Partager ce contenu sur :

En cette Semaine européenne du développement durable, Aurélie Piet, diplômée en économie et chercheuse, donne plus que jamais envie aux jeunes de réfléchir et d'agir dans le respect de l'environnement. Une incitation réaliste et vivifiante à retrouver dans son livre Quand l’Homo economicus saute à l’élastique... sans élastique.

Pourquoi proposez-vous de réinventer l'économie ?

En 2015, avec la menace du réchauffement climatique, la disparition des espèces naturelles et la montée des inégalités, j'ai compris qu'il n’y avait plus de temps à perdre. Je devais mettre à profit mon expérience dans l’enseignement et dans le monde de l’entreprise pour me lancer dans la recherche et l’écriture d’un livre sur les alternatives à notre économie hyper-matérialiste. Une économie qui veut produire toujours plus de biens – sans conditions ni respect de quoique ce soit - pour satisfaire des besoins qu’elle considère comme illimités.    

Comment les jeunes peuvent-ils agir pour l'environnement ?

Avant tout, grâce aux infos qu’ils peuvent glaner via leurs parents, leurs professeurs et les médias sur les économies de demain (sociale et solidaire, collaborative, circulaire, créative, bleue, etc.) plus globales, plus humaines, plus éthiques. Dans cette nouvelle conception du monde, l'homme gagne en humilité face à la nature à laquelle il n'est pas supérieur et dont il accepte de faire partie intégrante. Une nature complexe, subtile, intelligente, dont il doit prendre soin, car prendre soi de la nature, c'est prendre soin de soi.
Les jeunes peuvent se servir de ces informations dans leur vie quotidienne et les insuffler dans leurs établissements scolaires ou le monde du travail. Un vrai atout pour cultiver leurs différences, leurs compétences, leurs talents, leurs potentialités. 

Comment les adultes peuvent-ils les y aider ?

Parents et enseignants doivent faire prendre conscience aux jeunes de leur potentiel, de ce qu’ils aiment et savent faire, de ce qui les inspire, de ce en quoi ils aspirent. Et les accompagner sur une voie épanouissante. Ils peuvent aussi leur expliquer qu’il existe de multiples formes d’intelligence (spatiale, corporelle, interpersonnelle...), pas seulement manuelle et intellectuelle. Le jeune trouve alors un sens à sa vie, devient à la fois apprenant et enseignant. Il dessine les contours d’une société plus harmonieuse, plus à même de faire cohabiter les hommes entre eux et avec leur environnement. Il commence à croire qu'un monde enthousiasmant, épanouissant est possible.

À lire
Quand l’Homo economicus saute à l’élastique... sans élastique
Aurélie Piet
Éditions Plon 

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.