Des petits plats en bocaux et des emplois sauvés

Des petits plats en bocaux et des emplois sauvés

Partager ce contenu sur :

À Grasse, dans les Alpes-Maritimes, l’Atelier chantier d’insertion Le Mas du Calme propose des plats cuisinés en bocaux. Et remobilise des jeunes et des adultes précaires à la recherche d’un emploi, tout en régalant les gourmets.

Pour cette fin d’année, le chef Stéphane Rugoletto propose un menu spécial en bocaux consignés, à emporter ou bien livrés : velouté de butternut aux éclats de châtaignes, mijoté de saumon au lait de coco, marmelade de kakis aux zestes de citron. « En mitonnant ces mets de saison et du territoire, je mets mon cerveau en ébullition, s’enthousiasme-t-il. Mais plus que tout, je redonne confiance à chaque salarié en insertion. » Cette activité qui se lance est effet avant tout destinée à remettre en selle des jeunes et des moins jeunes en grande difficulté d’insertion, souvent en situation de précarité. Actuellement, 14 salariés s’activent en cuisine.
« L’activité de conserverie du restaurant Le Mas du Calme résulte du premier confinement, explique Sabine Fialon, directrice adjointe. Nous avons été contraints de fermer et de mettre au chômage partiel nos salariés en insertion. Mais nous ne pouvions pas les laisser dans des conditions de vie précaires, alors qu’ils sont allocataires du RSA, demandeurs d’emploi ou chômeurs de longue durée. » Une idée germe : des repas en bocaux avec des fruits et légumes de saison. Dans cette première phase du projet, ils sont vendus au Bois de Grasse, la zone d’activités toute proche. 

Traiteur solidaire et engagé

Chargée d’insertion socioprofessionnelle, Marlène Renaut veille à ce que chacun reprenne goût au travail, acquière des compétences, s’ouvre aux cultures et aux cuisines du monde. « Nous souhaitons que tous se saisissent de cette opportunité, qu’ils la voient comme un tremplin vers un emploi ou une formation, dans ce secteur de la restauration ou un autre. »
La démarche d’économie sociale et solidaire et de développement durable produisant 0 déchet, a déjà séduit les salariés comme les habitués du restaurant et ouvert les appétits. Elle va permettre de recruter quatre personnes en insertion.
Tout à la préparation et à la stérilisation des bocaux, Estabraq, 35 ans, mesure le chemin parcouru : « En six mois, j’ai appris le français, découvert la cuisine provençale et italienne, partagé les recettes de mon pays, l’Irak, et trouvé une seconde famille. Un jour, j’aurai un petit food-truck pour régaler les gens. »

Des partenaires engagés
L’Atelier chantier d’insertion (ACI) Le Mas du Calme bénéficie des financements de la Direction régionale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités (DREETS), du Conseil départemental des Alpes-Maritimes et de fonds privés dont la Fondation Carrefour.  

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.