Des Français généreux et solidaires dans la crise

Des Français généreux et solidaires dans la crise

Partager ce contenu sur :

Des Français généreux, mais dont les intentions d’une plus grande solidarité s’amenuisent, c’est ce qui ressort de la deuxième édition du baromètre annuel d’Apprentis d’Auteuil, « La solidarité à l’épreuve du coronavirus », menée avec l’institut de sondage Ipsos. Le détail sur cette enquête qui porte un éclairage sur la générosité des Français.

La crise sanitaire s’est installée depuis plus d’un an, provoquant une crise sociale aux répercussions mésestimées. Risque de décrochage scolaire accru chez les plus fragiles des élèves, du fait des confinements successifs. Précarisation des familles isolées, avec la chute des emplois dans le domaine de la restauration et les faillites d’entreprises. Difficultés des jeunes adultes à s’insérer dans la société dans cette période tendue. Les besoins des jeunes et des adultes en difficulté croissent de façon exponentielle. 

Une solidarité qui s'effrite ?

C’est dans ce contexte incertain que paraît la deuxième édition du baromètre d’Apprentis d’Auteuil consacré à la générosité des Français, et en particulier celle des hauts revenus. Lassitude, incertitude face à l’avenir ? Les chiffres montrent que le désir de se montrer plus solidaire existe toujours mais s’effrite, toutes catégories confondues. Les Français sont ainsi 52 % contre 65 % l’année dernière à se projeter ainsi. Ce tassement est également notable, mais dans une moindre proportion, chez les hauts revenus : ils sont 68 % à vouloir être plus solidaires, contre 75 % l’année dernière.

Des intentions de dons stables

Cependant, un élément positif : la stabilité des intentions de don. Un Français sur deux et plus des trois quarts des hauts revenus ont l’intention de donner d’ici la fin de l’année. Des chiffres assez stables par rapport à 2020.
En 2020, 49 % des Français ont effectué un don (- 2 points par rapport aux intentions exprimées). Du côté des hauts revenus, 77 % ont effectué un don, un chiffre stable par rapport aux intentions. Les montants moyens de dons ont globalement progressé en 2020 : il s’élève à 395 € (contre 300 € en 2019) en moyenne chez les Français donateurs et à 2 463 € chez les hauts revenus (contre 2 140 €).

« Nous avons pu craindre l’an dernier que la pandémie et le premier confinement ne provoquent un repli sur soi et ne freinent la générosité des Français, remarque Stéphane Dauge, directeur Communication et Ressources d’Apprentis d’Auteuil. Il n’en a rien été. La stabilité dans l’intention de donner reflétée par cette enquête est encourageante. L’impact économique et social de la crise sanitaire a décuplé la conscience qu’ils ont du rôle majeur que les associations et fondations comme la nôtre jouent auprès des plus vulnérables. Les Français affichent une volonté de soutenir nos actions. »
L’intention de don est en très légère hausse chez les Français (54 %) et reste stable chez les hauts revenus (81 %). 

La cause de la jeunesse en hausse

Quelles sont les causes plébiscitées par les Français ? L’aide aux personnes démunies préoccupe de plus en plus les Français. La cause de l’enfance, de la jeunesse et de l’éducation progresse de six points chez les plus aisés et arrive en troisième position, devant la santé et la recherche médicale. Elle est également au coude à coude avec la cause animale pour l’ensemble des Français.
« Bien que demeurant une des causes majeures pour les Français, le passage de la santé et de la recherche médicale en seconde position des préoccupations traduit probablement le soulagement occasionné par le développement et l’accès à des vaccins, poursuit Stéphane Dauge. Cependant, si ces vaccins représentent un espoir de mise à l’abri du virus, les Français ont bien conscience qu’ils ne prémuniront pas les personnes les plus démunies, ainsi que les enfants et les jeunes dans leur ensemble, des conséquences économiques et sociales de la crise sanitaire. Apprentis d’Auteuil agit depuis 155 ans auprès de ces publics. Nous pouvons attester que les besoins sont criants et que nous avons effectivement besoin du soutien du plus grand nombre pour leur venir en aide. »

Un manque d'informations sur les dispositifs fiscaux

Les Français disposent-ils d’informations suffisantes sur les dispositifs fiscaux leur permettant de maximiser leur don ? Alors que le plafond de déduction des dons permettant de bénéficier d’une réduction de 75 % sur leur impôt sur le revenu est passé de 552 € à 1 000 € en 2020, deux Français sur trois ne connaissent pas cet avantage et 38 % des hauts revenus.
Enfin, 84 % des Français ignorent que la mesure a été reconduite en 2021, et 58 % des hauts revenus.
Un effort d’information à fournir en direction de tous les publics est dès lors indispensable.  

Chloé Baunard-Pinel, responsable Philanthropie d'Apprentis d'Auteuil

"L’IFI (1) permet d’accomplir un geste généreux et de soutenir très concrètement Apprentis d’Auteuil, en participant au financement de multiples projets s’inscrivant dans les missions de la fondation : l’insertion des jeunes en grande difficulté, le soutien à la parentalité ou encore, la lutte contre le décrochage scolaire.

Je peux citer pour exemple le collège Sainte-Claire d’Assise, à Dieupentale dans le Tarn-et-Garonne, qui a ouvert à la rentrée dernière. Il accueille une centaine d'élèves, chacun accompagné au plus près de ses besoins Un dispositif spécifique est proposé aux élèves en risque de décrochage scolaire. Grace à des binômes éducateur-enseignant, ceux-ci sont pris en charge durant trois semaines pour travailler leur projet personnel et découvrir des métiers. Le collège propose aussi soixante places d’internat favorisant la mobilisation des élèves dans leurs études et un dispositif ceux qui ont des troubles de l'apprentissage.

Et aussi le collège Marcel Callo, dans l’Oise, qui accueille de nombreux jeunes en rupture avec l'école. La construction du nouvel édifice s'achèvera à la fin de l'année 2022, voire en 2023, contexte sanitaire oblige. Ce collège a fait du suivi personnalisé de l'élève sa marque de fabrique, en favorisant un climat de confiance et de bienveillance."

(1) Impôt sur la fortune immobilière

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.