L'éducation par le théâtre

L'éducation par le théâtre

Partager ce contenu sur :

La pratique du théâtre à l'école a des vertus éducatives indéniables. Entretien avec Jean-Luc Gesquière, directeur de la compagnie Le Butor à Paris et intervenant en milieu scolaire.

Quelle forme de théâtre pratiquez-vous avec les jeunes ?

Nous nous y installons avec mes collègues comédiens pendant une semaine dans les établissements qui nous en font la demande, trois à quatre fois dans l’année. Nous menons des projets exigeants avec les élèves et peaufinons en même temps notre travail de création artistique sur les pièces que nous produisons pour notre compagnie.

Comment vous y prenez-vous ?

De manière générale, nous commençons par une série d’échauffements, de jeux de réactivité ou de jeux de souffle et d'espace, avec des exercices sur la voix répétés d’une fois sur l’autre selon des règles précises. Ces entraînements permettent aux enfants de se rendre réceptifs et de travailler sur leurs émotions.

Ensuite, nous faisons place à l’improvisation. Avec certaines classes et des jeunes en grande difficulté sociale, notamment en région parisienne, notre travail s’arrête là. Avec d’autres, le niveau d’exigence monte. Nous pouvons monter un vrai travail d’écriture et de mise en scène, avec une présentation en fin d’année.  Le théâtre n’est pas seulement un divertissement. C’est un vecteur essentiel pour permettre aux jeunes de s’équilibrer et de trouver leur place au sein d’un groupe. Il aide à la construction de l’enfant et lui apprend à exister autrement. 

Quel est le but recherché ?

Tous ces exercices permettent de ressentir d’autres manières d’être au monde. Ils invitent les enfants à sortir d’eux-mêmes et à accepter de construire avec l’autre, de partir à la découverte de la richesse des interactions humaines. Peu à peu, ils découvrent leur souffle, leur voix, leur corps, apprennent à parler pour être compris… 

Tout ceci sans aucun objectif de performance ou de réussite. Eux et nous sommes en chemin, pas question de reproches ou de jugements. Par moments, nous piétinons tous… Même des enfants qui n’ont pas du tout l’âme scolaire apprécient cette belle expérience humaine.

 

Les enfants jouent-ils le jeu ?

Le théâtre et les arts permettent aux jeunes de se construire, d’apprendre à s’exprimer, de se découvrir et de prendre confiance en eux. Au fil du temps, la plupart d'entre eux  arrivent à se concentrer, surmonter leurs peurs et dépasser leurs blocages. Certains sont même complètement retournés par l’expérience. J’ai le souvenir d’un gamin qui cherchait en permanence à entrer en conflit avec les autres, ce qui finissait la plupart du temps en bagarres. Sa classe ne le supportait plus ! Nous lui avons fait faire un travail corporel sur des combats imaginaires, activité qui l’a énormément calmé. Il n’est plus allé chercher les autres pour se faire battre. Et il a même fini par dire qu’il était battu à la maison. L’année suivante, il était totalement transformé !

Quel est le retour des enseignants ?

Ils sont parfois très étonnés par leurs élèves qu’ils se mettent à percevoir autrement, l’ambiance dans les classes change, le rapport à l’adulte également, aux camarades de classe… Les enfants entrent dans la notion de plaisir et se mettent à apprendre plus vite en classe, mémorisent mieux, écrivent autrement…

Personnellement, qu’est ce que le théâtre vous apporte ?

Je réfléchis depuis longtemps au rôle de l’artiste dans la société. Pour moi, la mission d’un comédien consiste à jouer devant le public certes, mais aussi à se mettre à son service, qu'il soit classique, handicapé, en difficulté, différent... pour qu’il s’intègre encore mieux au monde.

Plus prosaïquement, pour bâtir de nouveaux spectacles, j’ai besoin de voir des personnes évoluer autour de moi. Répéter en public, chercher et piétiner avec lui, être disponible à ses suggestions me stimule énormément.

Toutes ces résidences que je vis me donnent l’énergie nécessaire pour continuer à exercer au mieux mon métier. Bref, le théâtre est pour moi un laboratoire vivant, plein de jeux et d'interrelations qui me sont indispensables pour avancer dans la vie ! 

LA PRATIQUE DU THEATRE A APPRENTIS D'AUTEUIL : 
à Saint-Paul sur Isère (73), Festiv'Arts le rendez-vous des arts de la scène en Tarentaise !

Le collège Saint-Paul organise ce vendredi 1er juillet 2016  la première  édition de son festival Festiv’Arts ouvert à la fois aux jeunes scolaires et au grand public, à Saint-Paul sur Isère (73).

  • Le début de la journée est ouvert au public scolaire (spectacles et master-class). Dès 17h, le festival accueille le grand public, avec des spectacles de  théâtre, de musique et de  danse et une  exposition artistique.
  • Depuis plusieurs années, le collège Saint-Paul a créé une section « Théâtre », en faisant intervenir à la fois une professionnelle et la Compagnie du Butor auprès des jeunes, lors de ses résidences au collège. Les élèves se rendent aussi régulièrement à des spectacles des scènes alentours pour explorer des domaines d’expression et de représentation.

Un projet soutenu par la Fondation Foujita et la Fondation Casino.

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.