Benjamin, 19 ans, raconte son bac pro

Benjamin, 19 ans, raconte son bac pro

Partager ce contenu sur :

Benjamin, 19 ans, raconte son bac pro aménagements paysagers au lycée horticole et paysager Saint-Antoine de Marcoussis (91). Une formation au grand air, à la fois technique et artistique, qui lui a permis de se révéler. Témoignage.

 

"C’est ma quatrième année au lycée horticole et paysager Saint-Antoine. Je suis arrivé ici d'abord pour préparer en deux ans un CAP de jardinier paysagiste. J’avais besoin d’un cadre pour me remotiver après des années collège difficiles. Le lycée est doté d’un internat qui permet d’être soutenu dans ses études. Mon CAP en poche, j’ai choisi de poursuivre dans la même filière, qui me plaisait, en préparant, cette fois, un bac pro. Je ne me voyais pas du tout dans un bureau, j’aime travailler de mes mains et je suis sportif. Cette année, je suis en classe de première. La formation est variée, on bouge beaucoup et on est souvent dehors. Côté matières, j’ai une base de cours théoriques en enseignement général et professionnel, comme l'agroéquipement ou la technologie paysagère. Sans oublier la fameuse reconnaissance des végétaux qui nous demande de connaître différentes plantes avec leur nom français, latin et leur espèce. Le reste, c'est de la pratique.

Penser un jardin, c'est passionnant !

Ce qui me plaît surtout dans cette formation, c'est cette partie pratique du métier, avec l’entretien du végétal, mais plus encore tout ce qui tourne autour de la création paysagère, une de nos épreuves du bac, que nous commençons à travailler cette année. On aura, à ce propos, une première évaluation au printemps d’une scène paysagère, qu’on invente de A à Z, en commençant par l’élaboration d’un plan et la préparation du sol. Suivent la création de parterres de fleurs et/ou de massifs d’arbustes et des travaux de maçonnerie, comme la pose de pavés, dallage ou autres murets. Penser un jardin, c’est passionnant ! Il faut à la fois posséder des compétences techniques - en plantant le bon végétal dans le bon sol et selon l’exposition adéquate - et artistiques. Sinon, pour préparer ce bac, on part aussi pas mal en stage. Avant les vacances de Noël, j’ai ainsi eu la chance de passer deux super semaines dans une petite entreprise tenue par deux anciens élèves du lycée.Très intéressant. On apprend à s’adapter, comprendre le client, être à son écoute, savoir échanger, etc. J’ai beaucoup reçu, notamment en matière de création paysagère.

Le plaisir d'aller jusqu'au bout

Et je vais y retourner deux semaines en février. Plus deux semaines dans une entreprise en Irlande. Ce qui va me permettre d’apprendre des méthodes de travail différentes et d’améliorer mon anglais. Je suis ravi ! Pour en revenir au bac que je prépare, c’est un diplôme assez difficile mais même s’il faut pas mal travailler, c’est vraiment une super formation. Je ne regrette pas du tout mon choix. Du coup, comme je ne me débrouille pas trop mal en cours, je participe à un maximum de concours pour m’améliorer. J’ai déjà deux médailles d’argent - une départementale et une régionale - au concours "Un des meilleurs apprentis de France". Et je vais retenter l’or en départemental, un peu plus tard dans l’année. Pour le plaisir d’aller jusqu’au bout et de donner le meilleur ! Après mon bac, je pense poursuivre en BTS dans la même filière, puis, une fois en poste, évoluer vers le métier de chef de chantier ou de conducteur de travaux. Sinon, pourquoi pas, monter ma propre entreprise."

Les bacs pro à Apprentis d'Auteuil

A Apprentis d'Auteuil, de nombreux établissements scolaires forment garçons et filles à des métiers techniques recherchés dans le cadre du lycée. Des baccalauréats professionnels, mais aussi des CAP ou des BTS. Le bac pro se préparant en 3 ans après la 3e (ou après un CAP ou une 2de générale et technologique). Il permet la poursuite en études supérieures, notamment en BTS.
Ces formations sont réparties en grandes filières : Agriculture-horticulture, mais aussi Fleuristerie, Hôtellerie-restauration-alimentation, Bâtiment, Comptabilité-gestion-informatique, Commerce-vente, Industrie-mécanique, Électronique-électrotechnique, Service à la personne ou encore Industrie graphique-artisanat et Métiers d'art.
A noter que la voie professionnelle est actuellement en cours de rénovation, avec  une mise en place progressive de la réforme.

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.