Troubles du sommeil : comment aider son enfant ?

Troubles du sommeil : comment aider son enfant ?

Partager ce contenu sur :

Des premiers mois à l’adolescence, nombre de parents sont confrontés aux troubles du sommeil de leur enfant. Des difficultés qui se sont encore renforcées avec la crise sanitaire. Mais rassurez-vous des solutions existent ! Nos conseils en quatre points. Par Félix Lavaux

1-Des nuits agitées


Bébés en pleurs, enfants qui réclament des histoires sans fin ou qui se réfugient dans le lit de leurs parents à la moindre occasion... Les soirées et les nuits des jeunes parents peuvent être agitées !  « La majorité des consultations concerne les bébés qui se réveillent et n’arrivent plus à se rendormir tout seuls, les jeunes enfants qui ont systématiquement besoin d’un adulte à côté pour s’endormir et des préadolescents qui ne trouvent pas le sommeil, explique Lyliane Nemet-Pier, psychanalyste, spécialiste des troubles du sommeil. Les parents viennent me voir parce qu’ils sont à bout de nerfs. Ils pleurent au téléphone, ils n’arrivent plus à dormir ou à travailler. C’est une situation très difficile à vivre pour eux ! »
Des difficultés qui ont eu tendance à s’aggraver avec les confinements successifs et la crise sanitaire liés au coronavirus. Dans un sondage réalisé au mois de novembre par l’IFOP pour Consolab, plus d’un Français sur trois (38%) disaient souffrir de troubles du sommeil lors de l’entrée en vigueur du deuxième confinement. N’hésitez pas à consulter le site de l’Institut national du sommeil et de la vigilance qui regorge de conseils pratiques.

2-Creuser l’histoire familiale

Pour venir en aide à ces parents en souffrance, 
il faut d’abord en savoir plus sur leur histoire personnelle : «Comment s’est passée la grossesse? L’accouchement a-t-il été difficile ? Si la maman 
ou le bébé ont failli mourir, la séparation est naturellement plus délicate à gérer », explique la psychanalyste. D’une manière générale, c’est plutôt 
du côté des parents qu’il faut chercher la solution. « Dans les cas de troubles du sommeil, ce sont souvent les parents qui ont du mal à gérer la séparation. Si les parents sont anxieux, le bébé le sera aussi.» Rappelez- vous : « Les bébés sont des éponges à émotions », disait déjà Françoise Dolto.

3-Apprendre à jouer seul


Le principe de base pour régler les troubles du sommeil est d’apprendre à un bébé ou à un jeune enfant à rester seul avec lui-même. « Un bébé peut très bien rester dans son berceau à jouer avec ses mains et ses pieds. Mais certains parents ne le conçoivent pas, car ils ont l’impression de l’abandonner. Or, c’est cette capacité à jouer seul dans son couffin ou sur le tapis du salon pour les plus grands qui permettra à l’enfant de s’endormir sereinement sans aide extérieure. »

4-Ne négligez pas les rituels

Une histoire et au lit ! Ne négligez pas les rituels pour accompagner ce moment de séparation que représente le sommeil. Jeu calme dans la chambre, lecture, chanson, bisous... à chaque famille de trouver celui qui sera le plus adapté à son enfant. « Mais cela ne doit pas s’éterniser, prévient Lyliane Nemet-Pier. Certains parents restent à côté de leur enfant jusqu’à 23h ! Plus vous restez longtemps, plus vous lui indiquez, malgré vous, que la nuit est dangereuse.» Pour les plus grands, évitez les écrans (téléphone, ordinateur, tablette...) deux heures avant le coucher. La lumière bleue qu’ils diffusent perturbent la production de mélatonine, l’hormone du sommeil.

Pour en savoir plus

  • Cet enfant qui ne dort pas. Pour en finir avec les nuits sans sommeil Lyliane Nemet-Pier Éd. Albin Michel
  • Peur du noir, monstres et cauchemars. Comment rassurer votre enfant ? Lyliane Nemet-Pier
et Françoise Devillers 
Éd. Albin Michel
  • Le Sommeil du bébé. Pour que les parents fassent leurs nuits Lyliane Nemet-Pier Éd. Philippe Duval
La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.