Élisabeth-Reinaud, l’immeuble marseillais au service des familles

Élisabeth-Reinaud, l’immeuble marseillais au service des familles

Partager ce contenu sur :

À Marseille, l’immeuble Élisabeth-Reinaud réunit sous un même toit une crèche, un internat éducatif, une Maison des familles et une résidence sociale. Des dispositifs variés pour que les jeunes, comme les familles, reprennent leur souffle et construisent leur avenir. Visite guidée, étage par étage.

Un air de famille, la crèche du vivre-ensemble

Rez-de-chaussée. À la crèche Un air de famille, les enfants sont bien occupés à construire des maisons, écouter des histoires, jouer ou dormir. « Ici, nous nous adaptons en permanence aux besoins des enfants et des parents, tout en développant cinq valeurs : autonomie, bienveillance, disponibilité, ouverture et singularité, souligne Nancy Reboul, éducatrice de jeunes enfants. Et ce, quelle que soit l’origine sociale et culturelle des parents. Ensemble, nous trouvons nos points communs pour nous comprendre, vivre en harmonie et, au final, accompagner au mieux ces petits âgés de 0 à 3 ans. »
Un air de famille, c’est une grande amplitude horaire pour répondre aux besoins des parents (7h30–18h30), une équipe de direction et des professionnelles de la petite enfance à l’écoute, des parents qui sont invités à participer au quotidien de leur enfant et aux diverses activités (ateliers de cuisine, activités manuelles, sorties théâtre, bibliothèque, nature…). « Tout cela crée une atmosphère chaleureuse et rassurante, un grand et bon air de famille », conclut Nancy Reboul.

Pour les familles, La Halte des parents

Premier étage. La Maison des familles, baptisée La Halte des parents, permet aux papas et aux mamans isolés et en situation financière précaire de créer des liens, de partager les soucis et les questionnements liés à l'éducation, ainsi que leurs expériences parentales. Et plus encore, d’imaginer des projets (atelier d’écriture, de cuisine, organisation d’une sortie, d’un spectacle, des vacances…). Salariés, bénévoles, familles, tous œuvrent et réfléchissent ensemble.
« Nos activités tournent autour du lien parent/enfant, précise Sylvie Davieau, la directrice. Notre but est de permettre à chacun de reprendre confiance en soi, de révéler ses capacités et ses talents. D’entrer plus facilement en relation avec l’autre, que ce soit ici ou à l’extérieur. »
« À La Halte des parents, j’ai trouvé avec ma fille de 8 mois une maison où toutes les générations se retrouvent et une famille où l’on apprend à faire des choses ensemble, où on partage les bonheurs et les malheurs de la vie, pour être plus fortes encore, confie Khadija. Ce n’est que de la chaleur humaine ! "

La résidence sociale, une protection et une renaissance

Deuxième et quatrième étages. La résidence sociale accueille des familles monoparentales fragilisées dans leur parcours, souvent en situation de grande exclusion, la plupart parents pour la première fois. Ce sont majoritairement des femmes victimes de violence , avec des enfants de 0 à 12ans. « Nous mettons les mamans en sécurité dans nos logements, avant de construire avec elles un projet de vie, et travailler leur insertion sociale et professionnelle, résume Sylvie Davieau, la directrice. À leur demande, elles peuvent être reçues par une psychologue. Les enfants peuvent être confiés à la crèche Un air de famille, au rez-de-chaussée, ce qui est très pratique d'un point de vue matériel et social."
Une équipe sociale est présente pour les soutenir dans leurs démarches d’insertion et assurer un travail éducatif de proximité avec le parent et l’enfant accueilli. Grâce à des partenariats, des tuteurs, anciens dirigeants d’entreprise (association EGEE), sont aux côtés des familles pour rechercher une formation ou un emploi. « Notre réussite est de voir ces mamans devenir actrices de leur vie », reconnaît Sylvie Davieau. « J’étais seule avec mon fils, sans famille, sans amis, se souvient Sabrina. Ici, je discute de mes blessures, je respire, j’apprends à tout gérer, je prends le temps de me reconstruire solidement et de construire mon enfant. »

Un internat éducatif en alternative au placement

Troisième étage. Monté en partenariat avec le conseil départemental des Bouches-du-Rhône, l’internat(Unité éducative de prévention ou UEP) accueille des garçons et des filles âgés de 6 à 16 ans. « Ces enfants vivent des situations familiales douloureuses, explique Serge da Cunha, le directeur. L’UEP offre un placement à la semaine avec l’accompagnement éducatif et personnalisé d’une équipe pluridisciplinaire, en lien avec les familles. Le jeune retourne chez lui le week-end et pour les vacances.Quand ce n’est pas possible, une autre solution est trouvée. »
La classe terminée, les éducateurs ou des bénévoles aident les jeunes dans leurs devoirs. Le mercredi, ils participent à des activités sportives ou culturelles, s’informent sur leur orientation scolaire. « Peu à peu la confiance se rétablit entre les jeunes, les éducateurs et les familles, constate Serge da Cunha. Le jeune peut enfin reprendre goût aux apprentissages, se découvrir des talents, des envies et envisager plus sereinement son avenir. »

L’immeuble Élisabeth Reinaud en résumé

Le 12 février 2009, Apprentis d’Auteuil inaugurait dans le 4e arrondissement de Marseille l’immeuble Élisabeth-Reinaud, avec le soutien de la Fondation Vitagliano, propriétaire du terrain. Un lieu unique en France par la complémentarité des prestations sociales proposées sous un même toit. Des partenaires, tels EGEE soutiennent la résidence sociale.

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.