Le 17 octobre, une Journée mondiale pour refuser la misère

Le 17 octobre, une Journée mondiale pour refuser la misère

Partager ce contenu sur :

« Cultivons nos liens, Partageons nos cultures » est le thème de la Journée mondiale du refus de la misère, organisée par ATD Quart Monde, le 17 octobre. Apprentis d’Auteuil y participe à Paris et en région.

La Journée mondiale du refus de la misère a été lancée en 1987 par ATD Quart Monde. L’objectif : faire connaître ce qu’est le combat quotidien contre la misère, en donnant la parole aux personnes qui la vivent et à ceux qui se mobilisent auprès d’elles dans tous les pays du monde.

Apprentis d’Auteuil est partenaire de cette journée mondiale à travers différentes initiatives. Aux côtés des responsables d’une quarantaine d’associations investies dans cette journée, Nicolas Truelle directeur général de la fondation, signe l’éditorial du journal "Résistances" qui paraît pour l’occasion. Celui-ci présente des actions menées avec les plus pauvres dans le domaine culturel (théâtre, musique film…), notamment un atelier Slam menée par Réussir Angers, dispositif d’Apprentis d’Auteuil pour l’insertion des jeunes.

Lutter contre les préjugés

Apprentis d'Auteuil a aussi apporté sa contribution à la troisième édition de l'ouvrage "En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté". Beaucoup de ces idées, à déconstruire, concernent particulièrement les jeunes en difficulté : « Les enfants pauvres sont moins aptes que les autres à l’école. » « Se loger et manger est plus important que la culture. » « La mixité sociale nuit à la réussite scolaire. » « Les élèves en difficulté doivent aller vers l’enseignement professionnel le plus tôt possible », etc.

Des initiatives à travers la France 

  • À Strasbourg, Anne Wérey, directrice d’Apprentis d’Auteuil en Alsace, interviendra à la journée internationale pour l’éradication de la pauvreté organisée par le groupe de travail "Extrême pauvreté et droits de l’Homme" au Conseil de l’Europe. Sur le thème « Les Jeunes face à la pauvreté et l’exclusion sociale en Europe : les réponses de la société civile », elle présentera les dispositifs d’insertion sociale et professionnelle des jeunes sans qualification, en particulier celui de La Touline.
  • À Nantes, le collectif nantais du Refus de la Misère organise un événement en deux temps : lundi 17 octobre, une caravane partira à la rencontre des personnes en situation de grande pauvreté. Départ de la caravane à 12h au restaurant social Pierre Landais. Samedi 22 octobre repas partagé et temps d'échanges, d'animations artistiques et musicales avec le chanteur Dominique A et le groupe Manafina. Rendez-vous place du Bouffay de 12h à 17h. Informations : refusmisere@gmail.com
  • À Lyon, un groupe de jeunes de la Résidence sociale Saint-Bruno participera aux ateliers mis en place par les associations partenaires de l’événement.
  • À Grenoble, la Maison des Familles participera localement à la manifestation.
  • À Toulouse, Apprentis d’Auteuil a co-signé une lettre, avec les associations partenaires de la journée, adressée aux 10 acteurs majeurs de la culture. Celle-ci les invite à recevoir le 17 octobre des personnes en difficultés et les interpelle sur les actions à mettre en place pour donner accès à la culture aux plus pauvres.
  • À Paris, au Trocadéro, Apprentis d’Auteuil donnera le témoignage d’un jeune ancien de la fondation, sur le rôle déterminant de la culture dans sa vie (à confirmer). Depuis 1987, la Journée mondiale de refus de la misère réunit tous ceux qui veulent connaître ou soutenir cette démarche sur le parvis du Trocadéro. À partir de 15 h, lundi 17 octobre, il y aura des ateliers d'arts plastiques pour tous, du chant, de la bibliothèque de rue, des expositions, et de 18 h à 19 h de la musique et des témoignages.

D'autres événements menés par les associations partenaires de cette Journée ont lieu à travers la France. Pour en savoir plus, cliquez ici.

 

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.