Ecoutez les bébés

Ecoutez les bébés

Partager ce contenu sur :

Dans son dernier ouvrage, Écoutez-moi grandir, la psychologue et psychanalyste Sophie Marinopoulos se met dans la peau d’un bébé, de sa conception jusqu’à l’âge d’un an. Cela donne des pages pétillantes d’humour sur les besoins des tout-petits ! Par Amicie Rabourdin

 

Sophie Marinopoulos, d’où vous est venue l’idée de donner la parole à un bébé ?

Cela répond à une observation de longue durée, en maternité et dans un lieu d’accueil de parents que j’ai créé à Nantes pour les parents, Les pâtes au beurre. Il y a un véritable paradoxe aujourd’hui entre la médecine de pointe autour de la maternité et la dégradation de l’état psychologique des futurs parents.

Les mères ont totalement perdu confiance en elles. Elles ont le sentiment de n’avoir pas de capacités personnelles à répondre aux besoins de leur bébé, et sont sans cesse à la quête de réponses extérieures pour savoir comment être une "bonne mère". Elles font face aux idéaux véhiculés par une société exigeante, qui cherche à rationaliser toute relation humaine et laisse à penser qu’il y a une seule manière d’être une bonne mère.

Dans cet ouvrage, il y a beaucoup de tendresse dans la façon dont ce bébé dit à sa mère : "Tout va bien, je fais ma vie de bébé. Tu pars travailler, ne t’inquiètes pas, tu m’as mis en sécurité…"

Les parents d’aujourd’hui ont-ils des difficultés différentes des générations précédentes ?

Nous vivons dans une société de consommation, de saturation et de vitesse. Pour que le bébé soit heureux, il faudrait sans cesse consommer : à trois mois, certains sont déjà en cours d’anglais ou de musique ! Cela donne une culpabilité très envahissante et anxiogène si on ne correspond pas à cette image qui est pourtant un leurre.

Auparavant, l’enfant était autour de la constellation familiale, maintenant il en est le point central, tout converge vers lui.

De quoi un bébé a-t-il besoin ?

Il a besoin de sentir la présence de ses parents dans ses besoins fondamentaux. Il a aussi besoin d’avoir des temps d’autonomie, d’expérience personnelle. Si vous mettez toujours le hochet dans la main du bébé, jamais il n’aura le désir de tendre le bras pour aller le chercher. L’enjeu pour un bébé, c’est d’exister un tant soit peu par lui-même, ce qui est possible s’il sait qu’il peut toujours compter sur l’autre.

Écoutez-moi grandir
Éd. Les liens qui libèrent, 105 p., 10 €

Les pâtes au beurre
57, rue Charles MONSELET, 44000 Nantes
pates.au.beurre@wanadoo.fr 02 40 16 06 52
(également à Vannes, aux Mureaux et Paris)

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.