Annabelle, une maman ambassadrice d'Apprentis d'Auteuil

Annabelle, une maman ambassadrice d'Apprentis d'Auteuil

Partager ce contenu sur :

En un an, Annabelle, une maman ancienne enfant placée, est sortie de l’isolement et d’une forme de culpabilité, en nouant de vraies relations avec une Maison d’enfants d’Apprentis d’Auteuil. Mieux, elle témoigne de ses bienfaits.


2013. Annabelle (1), jeune maman de cinq enfants, se voit signifier par l’Aide sociale à l’enfance un choix contraint : "Soit vous acceptez un accueil administratif (2) de vos enfants dans une Maison d’enfants car nous estimons que les conditions de leur développement sont compromises, soit nous transmettons nos informations au procureur de la République. Et ce, du fait d’importants problèmes de voisinage, explique le directeur de la Maison d'enfants d'Apprentis d'Auteuil. Annabelle, elle-même enfant placée, appréhendait le placement de ses enfants, se souvient-il. L’univers qu’elle avait connu était assez fermé. De son temps les parents n’étaient pas consultés, pas impliqués."

De vraies relations

Quelque peu forcée, la maman confie trois de ses enfants (deux filles et un garçon) à la Maison d’enfants dans le cadre d’un accueil administratif. Les deux plus jeunes prennent la direction d’une pouponnière. Très vite, Annabelle se sent prise en considération car le personnel de la Maison n’hésite pas à lui demander son avis chaque fois que cela est nécessaire. L’élément clé de cette mise en confiance est, sans nul doute, le Café des parents organisé, une fois par mois, autour d’un café et de gâteaux apportés par les parents, sur un thème (les vacances, le week-end, l’autorité…) ou dans une discussion à bâtons rompus. "Annabelle a pu y rencontrer d’autres parents, échanger sur la manière dont ils vivaient le placement et dont ils assumaient la responsabilité parentale, explique le directeur. Annabelle s’est rendue compte qu’elle n’était pas seule dans cette situation. Elle a noué de vraies relations qu’elle entretient aujourd’hui encore. Elle a repris confiance en elle."
Tant et si bien que la jeune maman devient l’ambassadrice de la Maison d’enfants. "Avec son expérience d’un placement bien vécu, Annabelle défend la Maison d’enfants, notamment lors de colloques sur le travail avec des familles."
En juin dernier, elle rencontre, avec l’une de ses filles, les membres du Conseil d’administration d’Apprentis d’Auteuil, pour leur partager son parcours. "C’est pour le personnel de la Maison d’enfants, la plus belle des reconnaissances, souligne le directeur. La preuve qu’un lien très fort a été noué." Et ce même si Annabelle a retrouvé la garde de ses enfants en 2014… il y trois ans déjà.

Une vie plus paisible

Aujourd’hui, quand une invitation est lancée aux anciens parents pour qu’ils participent au Café des parents actuels, Annabelle l’accepte volontiers. "Elle veut soutenir les parents, notamment dans la préparation du retour des enfants. Ce n’est pas parce que l’enfant rentre à la maison et que le papa et/ou la maman le désire vraiment, que tous les problèmes sont réglés" reconnaît le directeur.
Si les enfants d’Annabelle rencontrent encore quelques difficultés dans leur scolarité, ils ne gardent aucun mauvais souvenir du placement. Leur vie à la maison est beaucoup plus paisible. "Lorsque je vois cette maman prendre sa place chez elle comme à la Maison d’enfants, je me dis qu’il n’y a pas de meilleur accompagnateur d’un parent qu’un autre parent, conclut le directeur. À un moment donné, les parents d’enfants placés ont pris l’eau car ils ont dû faire face, seuls, à des difficultés qu’ils auraient sans doute surmontées s’ils n’avaient pas été isolés. À cet isolement s’ajoute la culpabilité, conséquence immédiate du placement. Un sentiment qu’ils effacent peu à peu en s’épaulant les uns les autres, en créant entre eux un vrai réseau de solidarité. Et pourquoi pas, un jour, des parrainages entre anciens parents et jeunes parents !" 


(1)    Les prénoms ont été changés, les lieux et les personnes restent anonymes.

(2)    L’accueil dit administratif proposé par l’ASE se fait avec l’accord des parents qui conservent la possibilité d’organiser le déroulement de l’accueil et le retour de l’enfant chez lui dès que possible.


 

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.