Bien manger : conseils de grands chefs pour les ados

Bien manger : conseils de grands chefs pour les ados

Partager ce contenu sur :

Deux grands chefs, Guillaume Gomez, chef des cuisines de l’Élysée, et François Pasteau, chef de l’Épi Dupin à Paris, livrent leurs conseils et leurs expériences pour que les plus jeunes deviennent des consommateurs responsables et gourmets.

Privilégier la saison, le local, le bio

Enfant, Guillaume Gomez posait en cuisinier pour la photo de classe, parmi des pompiers, cow-boys et autres princesses. Quelque trente-cinq ans plus tard, chef des cuisines de la Présidence de la République, il régale les grands de ce monde. Il partage aussi sa passion de la cuisine avec sa brigade et les jeunes qu’il rencontre dans les écoles hôtelières et les concours Meilleurs Ouvriers ou Apprentis de France. "Mon message ? Vous êtes les consommateurs de demain. Consommez de préférence les fruits et légumes de saison, locaux et bio de plus en plus facile d’accès. Cela vous permettra de varier les plaisirs tout au long de l’année avec des produits goûteux dont le prix devient plus attractif. Manger n’est jamais sans conséquences. C’est ainsi que vous serez responsables de votre santé, de l’économie durable et de la sauvegarde de l’environnement."

Cuisiner simple et varié

Tout aussi convaincu, François Pasteau, chef de l’Épi Dupin à Paris, privilégie la qualité du produit et du lien social. "Acheter un légume, un fruit, une viande, un poisson au juste prix, à un agriculteur, éleveur, poissonnier, c’est soutenir un homme ou une femme dans un métier souvent difficile, et l’encourager à offrir de la qualité, plaide-t-il. La cuisine familiale ou gastronomique repose sur un bon produit cuisiné simplement. Aux parents (aux adultes plus généralement), la responsabilité d’enseigner aux enfants comment choisir le bon produit, le cuisiner. Et transmettre le bonheur de se mettre en appétit avant de passer à table. On peut être inventif, concocter une recette avec des fanes de légumes, une viande ou un poisson et sa parure, préparer un plat du lendemain avec les restes de la veille. Pour varier les plaisirs, on peut créer des contrastes sucré-salé, acidité-rondeur, croustillant-moelleux. Réduire le gaspillage alimentaire et faire de la cuisine un vrai passe-temps, avec la sensibilité, les compétences et les talents de chacun, cela s’apprend." 

Découvrir notre patrimoine culinaire

Aux parents ou adultes qui prétextent le manque de temps pour se mettre aux fourneaux, Guillaume Gomez rétorque : "Ce n’est pas une excuse ! Il suffit d’établir une liste de courses pour ne rien oublier et ne pas acheter à l’impulsion. Mieux vaut éviter, au début, de se lancer dans des recettes laborieuses et commencer par ce que l’on aime manger. Le monde entier nous envie la richesse de nos terroirs et de notre patrimoine culinaire. Il reconnaît aussi la technique des chefs français qui subliment les produits depuis des siècles sans rester figés dans le temps. Pourquoi s’en priver ?" 

A lire 

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.