Apprentis d’Auteuil accueille (aussi) des tout-petits

Apprentis d’Auteuil accueille (aussi) des tout-petits

Partager ce contenu sur :

Apprentis d’Auteuil accueille un millier d’enfants âgés de 0 à 3 ans dans ses différents établissements : crèches, Maisons d'enfants, écoles maternelles, centre maternel... Un accueil très spécifique, à la fois sur les volets de la prévention et de la protection, pour sécuriser ces enfants et leur offrir toute l’attention possible afin qu’ils se développent sereinement.

Des modes d'accueil adaptés


Dans ce foyer aux couleurs pastel, ce tout-petit n’a pas encore trois ans : il est accueilli exceptionnellement dans la Maison d’enfants à caractère social (MECS) au titre de la protection de l’enfance, placé par le juge des enfants avec ses frères et sœurs. La MECS est en effet habilitée pour les plus de trois ans, mais, dans l’intérêt des enfants et pour préserver les liens familiaux, la fratrie est hébergée dans le même établissement.
Cet autre enfant, lui, vit avec sa maman depuis sa naissance dans une résidence sociale, le temps qu’elle trouve un logement, un emploi, et puisse voler de ses propres ailes.
La crèche de ce quartier, en périphérie d’une grande ville, accueille des petits jusqu’à leurs trois ans. Elle propose aussi aux parents un accompagnement vers l’insertion.

Ce bébé, lui, vit au domicile d’une assistante familiale, le juge pour enfants ayant décidé son placement dans ce cadre plus adapté à ses besoins. Quant à cette petite fille, sa maman mineure a été accueillie enceinte au centre maternel Samarie, le seul de la fondation à accueillir ces très jeunes femmes isolées et en rupture familiale.

Autant de modes d’accueil adaptés à la grande variété de situations des enfants confiés à Apprentis d’Auteuil. « L’accueil des 0-3 ans est directement lié à notre mission de soutien des parents dans leurs responsabilités éducatives, précise André Almeyer, directeur de la stratégie à la fondation. La plupart des jeunes enfants que nous accueillons ont été confrontés très tôt à de grandes difficultés. Il est primordial de pouvoir accompagner leurs parents dans les gestes élémentaires dont leurs enfants ont besoin pour se construire. »

Adapter l'école au rythme des plus petits


Certaines écoles maternelles de la fondation sont dotées de toutes petites sections, des classes qui accueillent les 2-3 ans. Celle de l’Immaculée Conception (Gaudechart,60) scolarise cette année dix élèves. « Le plus important pour ces petits enfants, c’est d’apprendre à vivre ensemble et à s’exprimer, soulignent Nathalie Heu, la directrice, et Arnaud Mézeray, enseignant. Tout est prétexte à développer le langage. Certains arrivent à deux ans en parlant à peine et en quelques mois, ils parlent. En toute petite section, on apprend à vivre avec les autres, à partager. Dans cette petite société qu’est la classe, on apprend aussi les règles de vie, à être plus autonome, très progressivement. C’est aussi le lieu pour développer sa psychomotricité, être plus à l’aise avec son corps et dans l’espace. »

Pour ces professionnels, la scolarisation avant 3 ans est un atout : « Plus on commence petit, mieux c’est, précisent-ils. Les enfants sont ouverts, avides de connaissances, on peut leur apprendre plus de choses. Tous les apprentissages passent par le jeu et par la verbalisation. »

À l’école Saint-Etienne (Saint-Estèphe, 33), les temps sont aménagés pour répondre au mieux aux besoins de ces très petits enfants : « L’inscription en très petite section est un choix personnel des familles. Nous mettons alors tout en œuvre pour accueillir les enfants dans les meilleures conditions, explique Emmanuelle Barsot, la directrice. Une éducatrice est présente tous les matins sur le temps de classe pour permettre à l’enseignant de travailler en petit groupe d’âge. Le temps de sieste est long pour respecter le rythme des plus jeunes. »

Accueillir les fratries


Depuis plus de 20 ans, Apprentis d’Auteuil a développé des établissements et des dispositifs qui permettent d’accueillir les frères et sœurs sur un même lieu, afin de préserver le lien familial, essentiel pour la croissance et le développement des enfants. « Pour les enfants, il est important de pouvoir se situer par rapport à une famille et à une filiation, affirme André Altmeyer. Ils apprennent à être solidaires, à s’entraider. Dans nos établissements, nous leur offrons une communauté de vie sécurisante et bienveillante où chacun est pris en compte dans toutes les dimensions de sa personne. Où chacun peut faire l’expérience de l’ouverture à l’autre, du don de soi, du bien commun. »
Dans le cadre de la protection de l’enfance, il arrive que des très petits soient placés en Maison d’enfants, à la demande du juge, comme l’explique Isabelle de la Taille, directrice de la MECS Saint-Charles (Le Vésinet, 78) : « L’accueil des enfants de 3 ans est pour nous exceptionnel. Il se réalise toujours dans un contexte d’accueil de fratrie, pour éviter une rupture avec tout l’environnement familial et limiter ainsi les troubles de l’attachement du fait de la séparation avec le ou les parents. »
Pour autant, le placement d’un enfant aussi jeune n’intervient que dans des circonstances graves. Jean-Mathieu Nauleau, directeur de la MECS Saint-Esprit (Orly, 94), précise : « Si les parents se sont montrés défaillants, voire maltraitants, jusqu’à abuser sexuellement de leur enfant, celui-ci doit être protégé donc mis à distance. La prise en charge doit toujours tenir compte de l’intérêt supérieur de l’enfant : à 3 ans, un enfant doit vivre dans un cadre chaleureux, bienveillant et porteur, pour être sécurisé physiquement et psychologiquement. »

Apprendre à devenir mère


Au sein d’Apprentis d’Auteuil, le centre maternel Samarie (Coulommiers, 77) est un lieu bien particulier, comme l’explique Marie-Françoise Zerbonne, sa directrice : « Nous accueillons ici des jeunes filles enceintes ou avec leur enfant. Les plus jeunes qui nous sont confiées par l’Aide sociale à l’enfance ont 14 ans. Samarie est un endroit pour souffler et apprendre à devenir mère. Notre mission consiste à entourer et à aider ces jeunes filles à tisser le lien mère enfant. »
Âgées de 14 à 22 ans, souvent mineures, ces jeunes femmes ont des parcours compliqués. Elles restent à Samarie 18 mois en moyenne. L’équipe travaille avec la maman l’arrivée de l’enfant avec le soutien d’une sage-femme extérieure. « Le retour de la maternité est un moment fondateur, tant pour l’enfant que pour sa maman, poursuit la directrice. Nous travaillons ensuite avec des partenaires extérieurs pour le bien de l’enfant : un réseau d’assistantes maternelles, « l’Orée », un lieu qui ressemble à la maison verte de Francoise Dolto où les jeunes femmes peuvent rencontrer d’autre mamans. »

Une auxiliaire de puériculture veille également au bien-être des bébés. Elle assiste les mères dans les gestes des premiers soins, donne des conseils concernant l’hygiène, l’alimentation, le sommeil, les points de relais en PMI… La maman, ici, est pleinement responsable de son quotidien et de son tout petit. « Quand ils deviennent un peu plus grands (on peut les accueillir jusqu’à leurs 3 ans révolus), je les éveille, avec les mamans présentes à leurs côtés, par le biais d’ateliers, explique Marjorie Loisel, auxiliaire de puériculture, peinture à doigt, comptines, mouvements, pâte à modeler, etc. Une ouverture au monde indispensable et salutaire pour que ces tout-petits puissent sourire, communiquer, découvrir le Beau, bref, commencer l’apprentissage de la socialisation. Une mission magnifique ! »

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.