Une maison pour renouer le lien parent-enfant

Une maison pour renouer le lien parent-enfant

Partager ce contenu sur :

À La Réunion, des parents dont l’enfant a été placé sur ordonnance d’un juge à la Maison des familles Saint-Paul, peuvent lui rendre visite. Accompagnés par des professionnelles, ils posent de nouvelles bases, avant d’envisager un éventuel retour à la maison.

Vue de l’extérieur, la Maison des familles Saint-Paul (1) ressemble à n’importe quelle maison du quartier. De plain-pied, elle dispose d’un jardin et d’une cour. À l’intérieur, un cadre accueillant et chaleureux. C’est ici que des parents dont l’enfant est confié sur ordonnance d’un juge à une famille d’accueil ou à une Maison d’enfants (MECS), le retrouvent régulièrement lors de visites "médiatisées". En clair, cela signifie que des professionnelles - une éducatrice spécialisée, une psychologue et une assistante sociale - sont présentes lors de ces temps institués à la demande du juge. Car l’enfant n’habite plus le domicile en raison de carences éducatives et familiales, de négligences ou de maltraitances, auxquelles s’ajoutent parfois des problèmes d’addiction. « C’est le juge qui fixe le rythme, la durée et les objectifs de ces visites », explique Richard Mardemoutou, le directeur. L'objectif étant de faire évoluer les pratiques éducatives, les regards et d'envisager un retour à la maison.

Un îlot d’écoute et de bienveillance

Les professionnelles mettent tout en œuvre pour évaluer la relation parent-enfant, l’accompagner, la faire évoluer. Elles proposent des temps de parole parents-enfants ou entre familles confrontées aux mêmes difficultés, des activités extérieures (plage, musée, pique-nique...), des ateliers (jeux éducatifs, théâtre, prévention des accidents domestiques...). « Notre priorité est d’être attentives et disponibles, insiste Noëlle Boulangeot, la psychologue. À l’écoute d’une maman qui estime le placement de son enfant incompréhensible et injuste ; d’un papa peu enclin à parler de ce qui ne va pas ; de l’enfant souvent traumatisé par la séparation. » Ensuite, seulement, elles aident chaque parent - sans jugement et dans le respect - à retrouver confiance et estime de soi, en valorisant ce qu’il sait faire. Avant d’aborder les défaillances et les manques relevés par le juge. « Aucune situation n’est figée, souligne Noëlle Boulangeot. Toutes peuvent évoluer positivement et aboutir au retour de l’enfant chez ses parents... même si cela demande du temps. »
Le papa d’un garçon de 4 ans confie ainsi à la psychologue : « Je trouve ces visites très intéressantes. J’aimerais passer plus de temps avec mon enfant ». Une maman écrit au directeur : « Vous m’avez beaucoup aidée. Grâce à vous, mon enfant a pu revenir vivre chez moi ».

(1) Créée en 2010, elle est rattachée à la Maison d’enfants (MECS) La Trinité et financée à 100% par le conseil Départemental de La Réunion.

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.