Enfants des rues au Congo : renforcer le lien parents-enfants

Enfants des rues au Congo : renforcer le lien parents-enfants

Partager ce contenu sur :

Dans le cadre de la Journée internationale des enfants des rues ce 12 avril, Apprentis d'Auteuil se mobilise pour mieux défendre leurs droits. C'est aussi l'occasion pour la fondation de mettre en lumière les actions menées avec ses partenaires à travers les monde, notamment au Congo avec le REIPER qui agit auprès des familles pour renforcer les liens parents-enfants. Objectif : sécuriser les enfants afin d’enrayer ce phénomène. Interview de Christophe Beau, responsable du programme Accompagnement des familles à Apprentis d’Auteuil.

12 avril : Journée internationale des enfants des rues

Aujourd’hui à travers le monde, des millions d'enfants vivent et travaillent dans les rues de grands centres urbains. La plupart sont victimes de violences et n’ont pas accès aux droits les plus élémentaires. Apprentis d'Auteuil, la Fondation Apprentis d'Auteuil International et ses partenaires se mobilisent au sein du réseau international « Consortium for Street Children (CSC) » pour défendre leurs droits auprès de leurs Etats en organisant chaque année depuis 2011 une Journée mondiale qui leur est consacrée le 12 avril. Ainsi, aux quatre coins du monde, ces enfants et ces jeunes ont la possibilité de s’exprimer, de parler de leur quotidien, de leurs besoins et de leurs rêves.


Pourquoi avoir choisi d’agir directement auprès des familles des enfants des rues au Congo ?

Christophe Beau : Les associations membres du REIPER (Réseau des Intervenants sur le Phénomène des Enfants en Rupture), notre partenaire au Congo, accompagnent dans leurs dispositifs, foyers ou orphelinats, des enfants qui se retrouvent à la rue pour des motifs économiques, familiaux, sociaux, culturels…. le phénomène est loin de s’enrayer, de nouveaux enfants y arrivant sans cesse.

Ces associations se sont interrogées, comme Apprentis d’Auteuil quelques années auparavant, sur la possibilité d’agir en amont avec les familles. Mais leurs efforts de médiation afin que l’enfant regagne le domicile familial, n’aboutissaient guère. Nous avons donc inscrit un projet d’accompagnement des familles dans notre programme soutenu par l’Union européenne (voir encadré). L’objectif : rétablir et consolider les liens parents-enfants, afin que ces derniers grandissent dans un climat sécurisé et porteur pour leur avenir.

En quoi consiste ce projet ?

Il touche neuf structures membres du REIPER à Brazzaville et Pointe-Noire. Si leurs compétences sont indéniables concernant l’accompagnement des enfants et la capacité à travailler en réseau, elles manquaient de formation pour accompagner les familles avec qui elles établissaient uniquement des contacts individuels. Or, nous l’avions découvert à Apprentis d’Auteuil avec les Maisons des familles, celles-ci ont plus de facilité à accorder leur confiance à d’autres familles qui vivent la même chose. Il a donc fallu d’abord former ces travailleurs sociaux à l’accompagnement des familles, sous forme d’ateliers d’échanges de pratiques.

Chaque structure a ensuite proposé à des familles de participer à des entretiens, des causeries-débats sur l’éducation au quotidien, des moments de plaisir partagé, des sensibilisations sur les droits et devoirs des enfants et des parents… Puis très vite, les équipes ont proposé à ces familles de se retrouver, non pas dans les structures, mais chez elles, en s’invitant à tour de rôle. Une innovation ! Cela leur a permis de les accompagner au plus près de leur situation concrète, et pour les familles, de se rendre compte combien leurs situations sont similaires. Aujourd’hui elles continuent à se voir.

Quel premier bilan établissez-vous ?

Un véritable lien s’est créé entre les familles et les structures. Un certain nombre d’enfants et de jeunes ont pu retourner dans leur famille de façon plus durable qu’avant et être rescolarisés. Les familles ont travaillé à la manière de prendre soin de leurs enfants malgré les contraintes dans lesquelles elles vivent. Les fruits sont là !

Ce qu’ils en disent

Les professionnels :
« Avant, nous étions des guides, devant. Aujourd’hui, nous accompagnons, à côté des parents. »
« Nous sommes tellement proches avec les familles que maintenant nous sommes les premiers à être appelés. »

Les familles :
« Je veux avoir une vision plus lointaine, pouvoir me projeter, avoir une vie meilleure pour mes enfants. »
« J’ai de la joie à retrouver mes enfants qui sont maintenant à l’école. »
« J’ai aimé les conseils pour ne plus taper mon enfant, je me sens mieux. »
« Quand un enfant vient me dire quelque chose, je l’écoute. »

Apprentis d'Auteuil et le REIPER sont partenaires depuis 2003, date de la création du réseau. De nombreuses actions communes ont été mises en œuvre depuis la création du partenariat. Le programme « Promotion, respect et mise en œuvre des droits de l’enfant en République du Congo » est cofinancé par l’Union européenne.

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.