Sept ans après le séisme en Haïti, l'inépuisable espérance

Sept ans après le séisme en Haïti, l'inépuisable espérance

Partager ce contenu sur :

Un tremblement de terre a ravagé Haïti, le 12 janvier 2010. Sept ans après, le roman Ravine l’espérance, écrit à partir d'histoires vraies, raconte cette semaine-là à Port-au-Prince. Jean-Michel Defromont, l'un des auteurs, témoigne de l'inépuisable espérance des Haïtiens.

Qui sont les auteurs de ce livre ?

Nous sommes sept auteurs ! J’ai eu la chance de rencontrer six rescapés du séisme de 2010 en Haïti, qui m’ont demandé de les accompagner dans ce projet d’écriture. L’objectif : donner vie à des personnages à partir de personnes et d’évènements authentiques. Nous étions tous engagés à ATD Quart Monde. Deux sont originaires du quartier au cœur de cette histoire - des habitations précaires appuyées les unes sur les autres au flanc d’une "ravine". Un troisième est formateur en alphabétisation, un autre, ingénieur en travaux publics. Il y a également un citoyen britannique et son épouse guadeloupéenne.

Que voulez-vous nous dire ?

Nous voulons tous partager le cap que Joseph Wresinski, fondateur d’ATD Quart Monde, formulait ainsi : « Haïti doit pouvoir dire au monde la force d’un peuple, au-delà de la misère qui l’enserre. » Assez vite, un des auteurs m’a demandé : « Est-ce que notre parole d’Haïtiens va encore servir à quelque chose pour le monde ? » Nous voulions rendre compte de la résistance quotidienne des Haïtiens, ce peuple professeur de résilience, qui n’a pas attendu le séisme pour se manifester.
Au fur et à mesure de l’écriture, une autre évidence est apparue : les héros de ces pages ne baissent jamais les bras parce qu’ils puisent leur force dans "l’espérance", au sens de Péguy, « cette petite fille de rien du tout » qui, a priori, ne devrait justement pas avoir de force. Les Haïtiens affrontent, les unes derrière les autres, des calamités de toutes sortes, et en sortent avec une conviction : « Grâce à Dieu, je suis toujours vivant ! Avant, je ne savais pas qu’être vivant, c’était un cadeau », comme l’exprime Mickenson, qui n’a que la rue pour maison.
Ce récit n’est pour moi, ni un témoignage, ni un "livre-catastrophe". Il nous fait entrer dans l’intimité de chaque personnage qui se fraie un chemin vers les autres pour aimer, être aimé et devenir quelqu’un. Pour leur donner vie, chacun de nous a puisé dans sa propre existence et dans celle de ses proches.

Ravine l’espérance
Jean-Michel Defromont
Éd. ATD Quart Monde

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.