Journée du refus de l'échec scolaire : interview d'Eric Fottorino de l'hebdomadaire Le 1

Journée du refus de l'échec scolaire : interview d'Eric Fottorino de l'hebdomadaire Le 1

Partager ce contenu sur :

A l'occasion de la 10e Journée du refus de l'échec scolaire ce 20 septembre, nous avons donné la parole à Eric Fottorino, directeur de l'hebdomadaire Le 1 qui vient de consacrer un numéro à ce sujet. Interview express.


Vous avez consacré à la rentrée un numéro du 1 à l'échec scolaire. Pourquoi ?

Pour attirer l'attention du public sur la souffrance que représente cette situation pour les élèves et leurs familles. Pour mettre en lumière les difficultés du système scolaire classique à adapter son enseignement et son organisation aux jeunes décrocheurs. 

Qu'est-ce qui vous a le plus surpris au cours de cette enquête ?

La violence ressentie par les jeunes face à une école qui ne sait pas toujours prendre en compte leurs différences.

Le point commun entre tous ces jeunes semble être le mal-être généré par l'institution scolaire. Comment expliquez-vous cette situation en France ?

Notre système sélectionne par l'échec. Les moins forts sont aussitôt dépréciés, sans que soient valorisées leurs qualités.

Des solutions sont décrites dans ce numéro. Lesquelles vous ont semblé les plus pertinentes ?

Détecter très tôt les jeunes à risque et leur offrir des cours de soutien en continu, les insérer dans un réseau serré d'enseignants, de psychologues, d'interlocuteurs capables de les valoriser. Ecouter leur parole aussi.

Peut-on réellement "En finir avec l'échec scolaire" comme vous l'avez titré dans ce numéro ? 

Le nombre de décrocheurs a diminué, même si on en compte presque 100 000 par an. La révolution serait de mettre en avant le bien-être à l'école avant la réussite à tout prix.

L'enfance est très présente dans votre œuvre d'écrivain : Caresse de rouge, Korsakov, Le dos crawlé... Pourquoi ?

L'enfance est le moment de tous les possibles, puis on voit les portes se refermer. J'ai voulu saisir ces moments de bascule à travers ces romans. Avec ces questions posées autour de l'identité, de la construction de soi, du passage à l'âge adulte.

Pour en savoir plus

Lancé en avril 2014, l'hebdomadaire Le 1 consacre tous les mercredis ses 16 pages (à déplier) à un sujet unique. Un journal au ton à part qui propose de croiser les regards d'écrivains, de scientifiques, d'économistes, de poètes ou d'artistes. Le numéro du 30 août dernier était consacré à l'échec scolaire.

Les actions d'Apprentis d'Auteuil en matière de scolarité

Pour permettre aux élèves que nous accompagnons de se construire un projet, Apprentis d'Auteuil propose des solutions alliant approche éducative et scolarité. Nos écoles, collèges, lycées et dispositifs spécialisés offrent une réponse personnalisée et globale aux problématiques d'élèves et familles peuvent rencontrer. En savoir plus sur les actions d'Apprentis d'Auteuil.

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.