Une journée consacrée aux talents des jeunes en Outre-mer

Une journée consacrée aux talents des jeunes en Outre-mer

Partager ce contenu sur :

Le 17 novembre, Apprentis d’Auteuil, les Compagnons du devoir, le Service militaire adapté (SMA) et le Secours catholique organisaient, pour la première fois, une rencontre nationale consacrée aux Outre-mer. Intitulée « A l’école des Outre-mer - Partageons nos talents », cette journée avait pour objectif de mettre en valeur les richesses de ces territoires en matière d’éducation, de formation et d’insertion.

La jeunesse d’Outre-mer compte 1,2 million d’habitants âgés de moins de 30 ans et représente près de la moitié de la population ultramarine. Retards scolaires, taux de chômage élevé, inégalités sociales, pauvreté…, si les difficultés de ces territoires éloignés de la métropole sont connues, leurs richesses le sont moins. Apprentis d’Auteuil, les Compagnons du devoir, le Service militaire adapté (SMA) et le Secours catholique ont donc choisi de consacrer une journée d'échanges et de débat à ce sujet le 17 novembre.

Une première

« Nos quatre institutions engagées au service de la jeunesse ont décidé de se réunir pour la première fois pour mettre en lumière les formidables initiatives qui existent dans ces territoires et qui constituent une richesse nationale trop souvent ignorée », déclarait Eric Dujoncquoy, directeur DOM d’Apprentis d’Auteuil en ouverture de cette journée qui rassemblait 200 participants, dont 70 jeunes, de différents territoires ultramarins (Martinique, Guadeloupe, Guyane, La Réunion et Mayotte).


Pourquoi être venu à cette journée ? « Pour m’enrichir des autres. » « Pour se rencontrer, se connaître, parler de sa culture. » « Pour accompagner les élèves mais aussi pour représenter mon île, mes origines, ma culture », ont expliqué pêle-mêle les participants.  Et Lucas, tout juste arrivé de la Martinique, d’ajouter : « Moi, je suis venu pour partager mes convictions. Chez nous, le vivre-ensemble et la vie de famille sont très importants. Les fêtes de Noël par exemple sont des moments forts où nous nous rassemblons. »

Défi jeunes

La matinée était dévolue au Défi jeunes, une grande consultation menée en 2016 par les jeunes du Secours catholique auprès des jeunes des Outre-mer. Au total, près de 1000 jeunes âgés de 18 à 25 ans ont ainsi fait part de leurs difficultés et de leurs souhaits en matière d’emploi, d’éducation ou de vivre-ensemble. « Le Défi jeunes nous a permis de parler de ce que nous vivons dans l’ensemble des Outre-mer, de nos difficultés communes pour accéder à l’emploi ou à la formation, note Séverine, bénévole au Secours catholique. Car la métropole de connaît pas suffisamment la jeunesse de ces territoires. Ce qui ressortait aussi de cette consultation, c’est la volonté des jeunes de prendre la parole et d’être consultés avant la mise en place de tout dispositif pour la jeunesse. Nous avons des choses à dire ! ».

Cultiver l'esprit d'entreprendre

Le début d’après-midi était consacré aux témoignages de Béatrice Viannay-Galvani, déléguée générale de l’association 100 000 entrepreneurs, de Souria Adele, comédienne et militante associative et de Thierry Lauzéa, artisan chocolatier qui a relancé la filière du cacao en Martinique. Tous sont venus témoigner de leur parcours et ont incité les jeunes à entreprendre. « Les jeunes ultramarins doivent prendre en main leur destin et dire ce qu'ils veulent, a notamment lancé Thierry Lauzéa à l'assemblée. Faites, agissez, à nous adultes de vous faire une place ! »

Travail en ateliers

L’après-midi s’est ensuite poursuivie par un travail en ateliers sur différentes thématiques : « Le vivre-ensemble et l’interculturalité dans les Outre-Mer », « L’accompagnement des jeunes ultramarins vers un emploi et vers l’insertion dans la société », « Vers une mobilité gagnante pour les jeunes et pour les territoires » et « Une expérience professionnelle Outre-mer : quelle plus-value pour l’intéressé et pour l’entreprise. »

Puis, Thierry Bert, rapporteur général des Assises des Outre-mer, qui représentait Annick Girardin, ministre des Outre-Mer, est venu parler de l’importance du travail mené au cours de cette journée qui viendra alimenter la réflexion actuelle des Assises des Outre-mer et le livre bleu qui devrait voir le jour au printemps prochain.

 

Table ronde

Enfin, la journée s’est achevée par une table ronde réunissant les représentants des quatre associations – Nicolas Truelle pour Apprentis d’Auteuil, Jean-Claude Bellanger pour les Compagnons du devoir, Véronique Fayet pour le Secours catholique, et Thierry de Ladoucette pour le Service militaire adapté – afin de mettre en commun les idées et bonnes pratiques qui ont émergées au cours de cette journée. Les enseignements cette journée ont ensuite été présentés le lendemain à la Journée des Outre-mer développement (JOMD) qui réunit chaque année les acteurs économiques des Outre-Mer.

Une délégation de jeunes d'Apprentis d'Auteuil  

Au total, 21 jeunes et 12 adultes d'Apprentis d'Auteuil ont fait le voyage depuis La Martinique, La Guadeloupe, La Réunion et Mayotte pour participer à la rencontre du 17 novembre. Grâce au partenariat avec l'ANCV, TF1 initiatives et la fédération française de rugby, les jeunes ont pu être logés dans une auberge de jeunesse dans le Marais et faire différentes activités pour découvrir Paris : balade en bateau mouche, visite de la tour Eiffel, de Montmartre, du musée Grévin et des coulisses du grand Rex. Ils ont également pu assister au match de rugby France-Afrique du Sud au stade de France et déjeuner au Flam's près des champs Elysées.

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.