Journées nationales d'action contre l'illettrisme, l'exemple de Savoirs pour réussir Paris

Journées nationales d'action contre l'illettrisme, l'exemple de Savoirs pour réussir Paris

Partager ce contenu sur :

A l’occasion des troisièmes Journées nationales d’action contre l’illettrisme, qui se déroulent du 5 au 10 septembre, zoom sur l’association "Savoirs pour Réussir" Paris, partenaire d'Apprentis d’Auteuil. Par Agnès Perrot.

En 2013, la lutte contre l’illettrisme est déclarée Grande cause nationale et une campagne nationale de sensibilisation lancée dans les média. L’année suivante, les premières Journées nationales d’action contre l’illettrisme sont mises en place. Menées par  l'ANLCI et adossées à la Journée internationale pour l’alphabétisation, elles visent à mieux faire connaître la problématique de l’illettrisme.

Aujourd'hui en France, 2,5 millions de personnes, soit 7 % de la population âgée de 18 à 65 ans, ne maîtrisent pas les compétences de base nécessaires en lecture, écriture et calcul pour être autonomes dans des situations de leur vie quotidienne après avoir été scolarisées : écrire un message, lire le carnet scolaire de leurs enfants, comprendre une notice de médicament, une consigne de travail ou de sécurité, utiliser une consigne automatique de billets, lire un plan, faire un calcul... Il s’agit pour ces personnes de renouer avec la culture de l’écrit grâce à des formations ou un tutorat proposés par des associations.

Savoirs pour Réussir Paris

Ainsi en va-t-il de Savoirs pour réussir Paris, association soutenue par Apprentis d'Auteuil et montée en 2009 à Belleville. Créé sous l'impulsion de la Fondation Caisse d'Epargne pour la solidarité (FCEs), le dispositif national Savoirs pour réussir, dont Savoirs pour réussir Paris dépend, est déployé à travers des associations autonomes dans une dizaine de villes en France. Il a pour objectif de redonner le goût d’apprendre à des jeunes de 16 à 25 ans en grande difficulté de lecture et d’écriture.

Le travail mené par l'antenne parisienne permet à ses bénéficiaires de lutter contre leur situation en  retrouvant une meilleure estime d'eux-mêmes. Le centre est ouvert toute l'année, avec des entrées et des sorties permanentes. Il comprend deux salariées et un service civique 24 heures par semaine.

"Ici, on ne refait pas comme à l'école, souligne Marie Chassagnon, chef de projet. Notre ambition est de déclencher l'appétence, pour permettre de réconcilier nos bénéficiaires avec les apprentissages afin qu’ils puissent donner du sens à leurs projets de vie. Nous les suivons en partant de leurs compétences et de l’utilité des savoirs de base dans leur vie quotidienne."

Après un diagnostic de leur situation globale, un parcours personnalisé est proposé aux jeunes. Il prend  la forme d'un accompagnement individuel et/ou d'ateliers culturels thématiques, comme un travail avec les Archives nationales autour de lettres d'amour de personnages historiques. Ou, plus récemment, le projet Lire au Moyen Âge, mené avec la basilique de Saint-Denis, et qui a consisté à fabriquer un vitrail racontant une histoire créée de toutes pièces par les bénéficiaires.

Des bénévoles enthousiastes

Au local de l'association, une équipe de bénévoles formés fait travailler les bénéficiaires du lundi au vendredi. Ainsi en va-t-il de Danielle Mouly, qui collabore depuis quatre ans avec Savoirs pour réussir Paris. "C'est un réel plaisir de travailler avec ces jeunes, souligne-t-elle. Ils sont très ouverts et attachants. Je les suis soit en ateliers collectifs, deux matinées par semaine, soit en tutorat individuel, avec en ce moment, un étudiant féru de poésie. Pour le faire progresser, je travaille beaucoup à partir de textes poétiques classiques, comme les Fleurs du Mal de Baudelaire ou des fables de La Fontaine, que je choisis en fonction de mes coups de coeur. On revient sur les mots, l'expression grammaticale, etc. Puis je lui demande d'écrire un texte personnel à partir du poème. Ses rendus sont souvent très émouvants ! "

Confiance en soi retrouvée

Le profil type de l’apprenant suivi par Savoirs pour réussir Paris est un jeune scolarisé en langue française ayant décroché des apprentissages fondamentaux pour raisons pédagogiques ou familiales. Ainsi en va-t-il de Jennifer, 19 ans (1), suivie depuis un peu plus d'un an par l'association et qui s'apprête à la quitter. Elle vient de trouver une formation.

"C'est la Mission locale qui m'a mise en lien avec Savoirs pour réussir Paris, explique la jeune femme. J'ai décroché du lycée il y a deux ans car je n'arrivais pas à suivre, n'ayant pas du tout été scolarisée en primaire. Ma mère avait peur de me mettre à l'école et j'ai passé toute mon enfance à la maison avec mon petit frère et les enfants que ma mère gardait. J'ai repris confiance en moi petit à petit, et ma peur de ne pas réussir s'est débloquée. Grâce à Savoirs pour réussir, j'ai rattrapé l'essentiel de mes lacunes, je me suis mise à lire pour de vrai et je n'ai plus hésité à m'exprimer à l'oral. En plus, j'ai découvert l'expression par le dessin, grâce à des ateliers géniaux au Musée en Herbe ! Maintenant, j'accueille tous les nouveaux qui arrivent !"

En 2015, 147 jeunes ont été suivis par Savoirs pour réussir Paris.

(1)  Le prénom de la personne a été changé.

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.