Regarder la vidéo

Sortants de l'aide sociale à l'enfance : Apprentis d'Auteuil fait des propositions

Partager ce contenu sur :

Qui connaît la situation réelle des jeunes sortant du champ de la protection de l’enfance ? Dans "Prendre le Parti des jeunes", son livre blanc, Apprentis d'Auteuil fait des propositions concrètes pour que ces jeunes, tout juste majeurs, ne soient pas abandonnés à leur sort. Un appel à la mobilisation !

La galère ! Les 18-25 ans qui relèvent de la protection de l'enfance n’hésitent pas à utiliser ce terme lorsque, le jour de leur dix-huitième anniversaire, le couperet tombe : les aides publiques cessent, sauf si les jeunes ont signé un contrat jeune majeur (1). L’Aide sociale à l’enfance (ASE) ne les prend plus en charge. Ils doivent, par eux-mêmes, trouver un logement, un travail, se nourrir. Une étape très difficile à franchir pour les garçons ou les filles dont les liens familiaux sont distendus, voire rompus.

Le témoignage d’Annie bouleverse les internautes

« J'ai vu beaucoup de jeunes partir, du jour au lendemain, ils ont été mis à la rue. » Cette vidéo diffusée sur Facebook a été visionnée plus de 400 000 fois ! Annie, 19 ans, accueillie dans une Maison d’enfants d’Apprentis d’Auteuil, témoigne de son inquiétude quant à la fin de la prise en charge par l’Aide sociale à l’enfance (ASE) qui arrive parfois le jour où les jeunes deviennent majeurs. Un passage à la vie adulte brutal, pour ceux qui ont passé quelques années, voire toute leur enfance entre familles d’accueil et Maisons d’enfants à caractère social. Et qui risque d’engendrer solitude et marginalisation chez ces jeunes souvent vulnérables. Un tiers des SDF seraient ainsi des anciens jeunes de l'Aide sociale à l'enfance. Dans son livre blanc « Prendre le parti des jeunes », Apprentis d’Auteuil fait ainsi deux propositions spécifiques sur la question des sortants de l’ASE.

Pour éviter que la fin de cet accompagnement ne s’apparente à un abandon pour des jeunes qui ont passé une grande partie de leur enfance ou de leur adolescence dans une Maison d’enfants à caractère social (MECS), Apprentis d’Auteuil plaide pour :

  • le développement, dans chaque département, de dispositifs dédiés à l’accompagnement des jeunes sortants des structures de l’ASE.
    Les politiques départementales ne doivent plus être hétérogènes et insuffisantes dans la prise en charge des plus de 18 ans, au risque de compromettre plus encore l'insertion des jeunes les plus vulnérables.

  • l'assouplissement de l'accès aux contrats jeunes majeurs.
    Soit la possibilité pour chaque jeune accueilli dans les dispositifs de l’ASE, inscrit dans un parcours d’insertion ou de formation, et privé de liens familiaux, de bénéficier d’un contrat jeune majeur. Pour prolonger ainsi les aides (soutien éducatif, psychologique, hébergement, allocation financière...) dont un jeune bénéficie pendant sa minorité, et l'aider à gagner en autonomie.

(1) Octroyé par les conseils départementaux, le contrat jeune majeur permet de prolonger la prise en charge du jeune jusqu’à ses 21 ans et au-delà si son année scolaire ou universitaire est engagée. Confrontés à des choix budgétaires délicats en ces temps de crise économique, les conseils départementaux en accordent de moins en moins. Le contrat jeune majeur est renouvelable selon des calendriers variés en fonction des conseils, tous les ans, tous les six mois, voire, tous les mois... 

Mobilisons-nous !

Dans "Prendre le Parti des jeunes", son livre blanc, vrai manifeste, Apprentis d’Auteuil propose 20 mesures urgentes, fruits des expériences, des angoisses, des envies, du courage, des rêves des jeunes mais aussi des parents, des éducateurs et des experts. Pour que les hommes et les femmes politiques soient, enfin, à l’écoute de la jeunesse en difficulté et intègrent ses idées dans les programmes électoraux 2017.
Si, vous aussi, vous souhaitez faire entendre la parole des jeunes, prenez leur Parti sur www.jeunesse2017.fr et n’hésitez pas à partager sur les réseaux sociaux Facebook, Twitter, Youtube.

L'expérience d'Apprentis d'Auteuil auprès des jeunes sortants de l'ASE

Pour venir en aide aux jeunes sortant des dispositifs de protection de l'enfance, Apprentis d'Auteuil a créé La Touline - ou lance-amarres - le nom du cordage qui relie le navire au quai ou à un autre navire. "Il sert de lien et résume parfaitement le dispositif mis en place dans l’accompagnement des jeunes sortant de la protection de l’enfance" explique Cécile Valla, responsable nationale de ce dispositif. 
Lancé à Dijon en janvier 2016, puis à Lille, à Paris, en Loire-Atlantique-Vendée et dans le Val-d’Oise, c'est un lieu d’écoute et de rencontre entre jeunes de plus de 17 ans, sortants des établissements d’Apprentis d’Auteuil depuis moins de trois ans. Un lieu où un coordinateur et des bénévoles accompagnent les jeunes dans leurs démarches en vue d’une insertion socio-professionnelle réussie. Dans cet ancrage humain, chacun peut vivre au mieux le passage de l'âge adulte, accéder à l'emploi, s'insérer dans la société... prendre sa vie en main.
Au-delà de l’apprentissage à l’autonomie initié, dès l’âge de 16 ans, dans ses établissements, avec l’aide de chargés d’insertion, d’assistants de service social ou de conseillers en économie sociale et familiale, au-delà de La Touline, Apprentis d'Auteuil s'engage pour que les 18-25 ans ne soient plus les grands oubliés des politiques sociales ! Pour qu’ils puissent être autonomes, responsables, trouvent un travail, un logement et puissent se faire entendre et comprendre par la société.

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.