L'orthographe, un enjeu essentiel pour l'insertion des jeunes

L'orthographe, un enjeu essentiel pour l'insertion des jeunes

Partager ce contenu sur :

Revenant sur la première édition du baromètre de l’orthographe établi par le Projet Voltaire, service en ligne personnalisé de remise à niveau en orthographe, son cofondateur, Pascal Hostachy, souligne l'enjeu de la maîtrise de la grammaire et de l'orthographe pour les jeunes. Par Amicie Rabourdin

Le Projet Voltaire a publié les résultats de la première édition du Baromètre Voltaire, en juin 2015. Celui-ci mesure le niveau d’acquisition d’un échantillon de 84 règles de base visant à éviter les fautes dans les communications courantes. Règles qui sont censées être maîtrisées au collège et qui sont classées en deux catégories : grammaticale (la capacité à écrire un mot en conformité avec une règle de grammaire) et lexicale (la manière d’orthographier un mot tel qu’il figure dans le dictionnaire).

Pascal Hostachy, cofondateur du Projet Voltaire en 2008, apporte un regard sur les enjeux de  l'acquisition de l'orthographe.

Quels résultats de ce baromètre vous semblent le plus frappant ?

Pascal Hostachy : La baisse du niveau d’orthographe en cinq ans ! Selon les résultats de cette étude menée dans notre base de données sur toutes les classes d’âge, du collège à l’âge adulte, les Français maîtrisent aujourd’hui 45 % des règles d’orthographe. C’était 51% en 2010. Tout en ayant conscience que le niveau avait baissé en une génération, je pensais qu’il s’était stabilisé.
Les autres résultats n’ont pas été une surprise : le meilleur niveau des femmes que celui des hommes, et la plus grande difficulté d’acquisition des règles de grammaire que des règles lexicales. Un point est rassurant : le niveau d’orthographe monte en fonction de l’âge, des collégiens aux lycéens, des étudiants aux adultes. L’enseignement joue un rôle, mais aussi le temps d’exposition à la langue française. A 45 ans, on a lu plus de choses qu’à 15 ans !

Ce meilleur niveau est peut-être aussi dû à une formation de base plus solide ?

Il est certain que nous ne savons pas ce que deviendront les générations actuelles qui reçoivent un enseignement de la langue française bien différent de celui qu’ont reçu les adultes. Les jeunes baignent aussi dans une communication écrite instantanée permanente, beaucoup plus que notre génération. Ils écrivent tous les jours dans un langage très proche de la langue française mais en même temps "à côté de la plaque" en ce qui concerne la grammaire. Je ne suis pas contre la communication par SMS ou sur Facebook, mais le jour où les jeunes ont à écrire correctement, il leur faut fournir un réel effort pour différencier le français classique de ce langage. Si nous-mêmes avions baigné dans celui-ci, aurions-nous su tirer notre épingle du jeu ?

Quel est le point d’appui du Projet Voltaire ?

La préoccupation des entreprises quant à l’orthographe des candidats lors des recrutements ! Si aujourd’hui, le Projet Voltaire travaille avec plus de 800 établissements scolaires, c’est dû en grande partie au fait que nous avons répercuté cette préoccupation. Pour la très grande majorité des postes, le premier tri des CV se fait sur l'orthographe. En entreprise, aujourd’hui, on écrit beaucoup à des clients, des partenaires, à sa hiérarchie ou son équipe. Ce sont autant d’occasions de s’exposer. Et devant les fautes d’orthographe, plus précisément les fautes de grammaire, l’interlocuteur se pose des questions sur le sérieux, le professionnalisme de l’auteur. Cela touche aussi l’image de marque de l’entreprise.

Y a-t-il d’autres enjeux de la maîtrise de l’orthographe pour les jeunes ?

Oui, cette question va bien au-delà du recrutement et de l'emploi. Une civilisation repose sur des fondamentaux, dont la culture, qui, elle-même, repose sur la langue, et celle-ci, sur la grammaire. Devant l’effritement des fondamentaux de notre langue, c’est nécessaire d’agir. Simplifier la grammaire française, pourquoi pas, c’est un autre débat. Mais s’affranchir de la grammaire nous fait perdre beaucoup sur le plan culturel. C’est un véritable enjeu qui, d’ailleurs, concerne aussi d’autres pays, langues et cultures.
Enfin, il s’agit de comprendre et de se faire comprendre. La subtilité du message, très importante, dépend du ton, de la tournure, de la structure de la phrase. Si on enlève la grammaire, on perd la subtilité du discours. Et plus l’élaboration du discours est pauvre, plus le passage à l’acte est rapide. Aller vers une société qui s’exprime avec moins de subtilité, c’est aller vers une société plus violente.

Le Projet Voltaire

Cet entrainement en ligne personnalisé à la grammaire et à l’orthographe s’adresse d'abord aux personnes en souffrance avec l’orthographe, s’adaptant en permanence à leur niveau et leur permettant de progresser à leur rythme. Depuis 2008, plus de deux millions de Français se sont entraînés avec le Projet Voltaire. Afin de valider leurs acquis, ils ont la possibilité de passer un examen : le Certificat Voltaire. À ce jour, 50 000 personnes ont été certifiées, c’est-à-dire qu’elles ont obtenu un score attestant leur niveau en orthographe.

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.