La discipline positive : comment réinventer les rapports d’autorité ?

La discipline positive : comment réinventer les rapports d’autorité ?

Partager ce contenu sur :

Ni punitive, ni permissive, la discipline positive promeut une approche éducative bienveillante. A l'occasion de la Journée de la non-violence éducative ce 30 avril, explications avec Christine Jarrosson, directrice des établissements Sainte-Bernadette à Audaux (64) où les adultes se forment depuis peu à cette pédagogie.

Qu’est-ce que la discipline positive ?

La discipline positive propose d’amener les jeunes à accepter les règles du vivre-ensemble par l’encouragement et la co-construction et non par la contrainte. La médiation, pratiquée à Apprentis d’Auteuil depuis de nombreuses années pour le règlement des conflits, correspond déjà à la philosophie de la discipline positive : chercher ensemble la solution à un problème.

Pourquoi avoir mis en place la discipline positive dans votre établissement ?

A la lecture de l’ouvrage La Discipline positive pour les adolescents de Jane Nelsen (1), j’ai trouvé un écho évident à la démarche éducative bienveillante d'Apprentis d'Auteuil. Au sein d’une même communauté éducative, certains adultes privilégient une réponse immédiate de sanction ou de punition, alors que d’autres prennent le temps de l’écoute et du dialogue. Pour les jeunes en grande difficulté que nous accueillons, il est important que tous les adultes puissent adopter une posture commune de sanction éducative.

Comment avez-vous procédé ?

Béatrice Sabaté, la psychologue clinicienne qui a adapté cette méthode pédagogique américaine en France, est venue dans l’établissement au mois de janvier pour une première information de l’ensemble des professionnels de l’établissement en contact avec des élèves : enseignants, éducateurs, surveillants de nuit, maîtresses de maison…. La formation en elle-même a débuté en avril sur la base du volontariat. Les échos de cette première intervention ont été très favorables, et déjà plusieurs personnes ont acheté l’ouvrage car le sujet touche tous les parents d’adolescents.

Qu’avez-vous pu mettre en place dans l’établissement depuis cette formation ?

Dans notre établissement, nous sommes souvent confrontés à la violence verbale. Les insultes sont fréquentes entre jeunes et deviennent banales. Nous avons donc travaillé cette question pendant les heures de vie de classe ou en groupes de parole avec le psychologue de l’établissement. Le climat en classe s’est vraiment amélioré depuis. Lorsque les élèves prennent conscience que les grossièretés et les insultes instaurent un climat propice aux agressions physiques, les comportements changent. Le fait que les jeunes cherchent collectivement une solution apaise le climat et tout le monde (élèves, enseignants, éducateurs) travaille dans de meilleures conditions. 

Quelle est la prochaine étape ?

Dès l’année prochaine, les professeurs principaux et les éducateurs de vie scolaire mettront en place la discipline positive avec les élèves sur les temps de vie de classe. Ensuite, nous voudrions y associer les parents pour en faire un outil d’aide à la parentalité. Présentée dès l’admission et reprise lors des rencontres avec les familles, la mise en œuvre de cette démarche devrait susciter une cohérence de réponse éducative autour des jeunes.

Cela veut-il dire que les adultes n’exercent plus leur autorité sur les élèves ?

Utiliser la discipline positive ne veut pas dire que la sanction n’existe plus et que les adultes n’ont plus d’autorité. Avec cette méthode, nous associons les jeunes à la recherche de solutions. Lorsqu’un jeune dérape, si la sanction est comprise et acceptée, les excuses seront sincères et l’évolution sera durable. Si la mesure est juste, les jeunes n’accumuleront pas de ressentiment et n’imagineront pas de représailles. La discipline positive n’exclue pas l’autorité "verticale" mais invite à une autorité "horizontale" entre pairs.

Photo : Karim, éducateur, et un jeune du FJT de Loos-en-Gohelle (62)

(1) "La discipline positive pour les adolescents Accompagner et encourager nos ados avec fermeté et bienveillance" de Jane Nelsen et Lynn Lott. La Discipline Positive est une approche de l’éducation basée sur les travaux des psychiatres autrichiens Alfred Adler et Rudolf Dreikurs.

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.