Comment accompagner les élèves dyslexiques ?

Comment accompagner les élèves dyslexiques ?

Partager ce contenu sur :

Le collège Saint-Roch (82) a ouvert au mois de septembre un dispositif pour mieux aider les élèves qui rencontrent des troubles de l’apprentissage. Présentation.

Ils sont trois à être assis autour de petites tables rectangulaires installées au centre de la pièce. Sujet du jour de cette classe ULIS (1) ouverte en septembre au collège Saint-Roch pour aider les élèves ayant des troubles spécifiques de l’apprentissage ? Un travail autour des homonymes « vers », « ver » « verre » et « vert ». Ces élèves souffrent de dyslexie, de dysorthographie ou de dysphasie (troubles de l’attention, ndlr), ce qui rend leur écriture peu lisible et leur accès au sens d’un texte particulièrement difficile », explique Amandine Lacoste, l’une des enseignantes à l’origine du projet. 

Ces trois élèves (qui seront dix à terme) sont scolarisés « en inclusion », c’est-à-dire, au sein d’une classe classique. Ils bénéficient de neuf heures d’accompagnement spécifique, réparties dans la semaine, pendant lesquelles ils retravaillent surtout des notions de mathématiques et de français.

Nous leur laissons le temps d’apprendre autrement, de se tromper, précise l’enseignante. Le but est de les impliquer pour qu’ils (re)prennent du plaisir dans leurs apprentissages. Pour cela, nous utilisons les jeux et des logiciels adaptés pour grossir la taille d’un texte sur écran, par exemple. Et un système d’évaluation positive qui permet aux élèves d’être valorisés et de reprendre confiance en eux. » 

Après un an d’expérimentation, les résultats sont là : « Aujourd’hui, je fais un peu moins de fautes, constate Mathias, 14 ans, en 5ème. Mon écriture s’est améliorée. Maintenant, j’aime un peu plus l’école. »

(1) Unité localisée pour l’inclusion scolaire. Elle permet l’accueil dans un établissement d’un petit groupe d’élèves présentant le même type de handicap (source MEN).

Témoignage

"A l’école maternelle, je confondais le "p" et le "b", se souvient Mathis, 12 ans. J’ai eu des difficultés à apprendre à lire dès le CP. Au fur à mesure des années, je ne comprenais plus rien. L’orthophoniste m’a conseillé d’aller au collège Saint-Roch. Ici, quand je ne comprends pas, on m’explique d’une autre façon. Depuis, j’ai progressé partout. Ça m’encourage à continuer. "

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.