Claudine Toniutti, musicienne-écoutante au collège Saint-Paul

Claudine Toniutti, musicienne-écoutante au collège Saint-Paul

Partager ce contenu sur :

Chanteuse de formation, Claudine Toniutti propose aux jeunes du collège de Saint-Paul sur Isère d'Apprentis d'Auteuil (73) un accompagnement par le son, l'écoute et la relaxation qui leur permet de retrouver confiance en eux et motivation. Interview Agnès Perrot.

En quoi consiste votre mission ?


Formée au chant et au travail avec les sons, je viens en aide, avec les outils qui me sont propres, aux élèves du collège Saint-Paul qui souhaitent se confier, explorer leurs difficultés scolaires ou se détendre. Je travaille notamment avec eux sur des problèmes de lecture ou d'apprentissage et je leur propose des séances d'écoute active individualisée ou de relaxation en groupe. Je me dis musicienne-écoutante !
De par leur histoire, beaucoup de jeunes manquent d’estime d’eux-mêmes et n’osent pas regarder leurs qualités, se lancer ou prendre des risques... Or, il suffit souvent de poser sur eux un regard bienveillant et de leur donner des outils pour qu'ils se mettent à vivre autrement, en devenant plus habiles relationnellement et en apprenant avec plus de motivation à l'école !

Quelle est votre formation ? 

Un peu atypique… Chanteuse à la base, et forte d’une vingtaine d’années de spectacles, concerts et autres séminaires à destination d'adultes, j’ai d’abord suivi, pour moi et les personnes que j’avais en stage, une formation en psychophonie, ce travail sur la voix utilisé par de nombreuses sages-femmes lors des préparations à la naissance (chant prénatal) qui permet d'accéder une meilleure expression de soi. Sans oublier des ateliers de yoga du son et un premier degré certifiant en sophrologie. Je suis par ailleurs formée à la méthode Warnke®, venue d'Allemagne, qui permet de  venir en aide à des enfants dyslexiques ou dyspraxiques.

Comment travaillez-vous avec le public "dys" ?

Avec ces jeunes en difficultés scolaires spécifiques (dyslexiques, dysorthographiques, dyspraxiques), qui ont des problèmes d’apprentissage très importants, notamment en ce qui concerne la lecture et l’orthographe, l'intérêt est de leur permettre de pouvoir s’entraîner à reconnaître des sons qu’ils ont tendance à confondre au moyen d’un logiciel spécifique. Et de stimuler ainsi les fonctions de base de leur cerveau pour une meilleure gestion des informations visuelles et cognitives. 

Ce que je fais avec la méthode Warnke® qui entraîne ces fonctions de base déficitaires dans les domaines de la vision, de l'audition et de la motricité. Les recherches scientifiques ont en effet démontré que certaines difficultés d'apprentissage de ces enfants "dys" sont basées sur des déficits de leur traitement central des informations. Leur cerveau est trop lent et ils doivent compenser leurs déficits par de gros efforts.

Ces enfants s'entraînent donc sous mon contrôle à partir d'un appareil spécifique. Par ailleurs, ils effectuent avec moi, à un autre moment de nos séances, des mouvements du corps particuliers, dont du jonglage rythmique ou des mouvements croisés, qui leur permettent de créer de nouveaux automatismes. Résultat, leur écoute est stimulée, leur compréhension et leur mémorisation entraînées, ils finissent leur travail scolaire plus rapidement, sont plus calmes à la maison, leurs notes remontent…

A t- on des retours sur cette méthode ? 

Elle a été validée par plusieurs études scientifiques de la Faculté de Médecine d’Hanovre ou encore récemment par une autre étude soutenue par le Ministère de la recherche à Berlin. Tous ces travaux montrent la possibilité d’entraîner les fonctions de base du cerveau grâce à la neuroplasticité. Ils mettent en évidence un transfert très positif et plus efficace que les approches thérapeutiques traditionnelles sur la lecture, l’orthographe, la graphomotricité etc. Une étude montre même, par imagerie médicale, des effets très bénéfiques sur des adultes.

Et avec les autres jeunes non "dys", que faites-vous ? 

Tout dépend de la raison pour laquelle ils viennent me trouver… En lien avec les éducateurs qui les repèrent et les invitent à expérimenter la démarche, je leur propose à la fois des séances de relaxation en groupe au cours desquels ils apprennent à gérer leurs émotions et leur stress par la visualisation positive et la respiration. Ou, s'ils en éprouvent le besoin, un suivi d'écoute active  individuel, dans un local convivial, en retrait de l'espace scolaire, qui me permet de faire venir leurs parents s'ils le souhaitent. La parole s’ouvre, des nœuds se défont, des lettres s’écrivent (lorsque les mots n’arrivent pas à sortir)… Autant de moments pleins d’émotions ! 

Pourquoi ce "métier" ?

J’ai été moi-même en difficulté à l’école. Une expérience qui m'a marquée, et m'a, du coup, poussée à vouloir comprendre et aider jeunes et moins jeunes à avancer de manière positive. Je me sers de ce vécu pour accompagner au mieux les collégiens de Saint-Paul. 

De quoi êtes-vous la plus fière ?

De pas mal de choses... Dont le retour récent de certains parents qui m'ont dit combien leur enfant avait été transformé par la démarche. Cela m'a vraiment touchée ! On doute toujours de soi et de ses compétences. Ces témoignages m’ont également confortée dans ma légitimité et me donnent encore plus envie de poursuivre ma mission ! Que leurs auteurs en soient remerciés. 

Tess et Rachel, 14 et 12 ans

"On aime beaucoup venir aux séances proposées par Claudine en relaxation. Elle nous concocte aussi des bandes son qu'on peut écouter sur nos MP3 le soir avant de nous endormir ou à la maison. Cela aide à vider l'esprit. Après, on se sent mieux, on est calme, détendu, reposé. Ces exercices aident aussi à se remettre en question sur ce qu'on a fait et ce qu'on veut faire. Ils sont vraiment précieux !"

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.