Au Mans, un collège pour les décrocheurs

Au Mans, un collège pour les décrocheurs

Partager ce contenu sur :

Apprentis d'Auteuil a ouvert au Mans le collège Nouvelle Chance, un établissement expérimental destiné aux jeunes en rupture avec l'école. Objectif : les remettre sur les rails des apprentissages et leur redonner confiance.

La matinée de ce lundi d’automne débute, pour Maxime et Matthew, par le français. Ces deux jeunes de 14 et 15 ans, déjà au collège Nouvelle Chance l’année dernière, rempilent pour une année supplémentaire. L’exception. Car la plupart des jeunes passeront au plus un an dans ce collège ouvert aux 13-16 ans déscolarisés ou en risque de décrochage. Un an pour reprendre confiance, raccrocher aux apprentissages, définir une orientation scolaire ou de formation professionnelle. Séquence du jour pour les deux adolescents ? Il s’agit de trouver, à partir des lettres formant leur prénom, des adjectifs qualificatifs positifs, pour composer un acrostiche. Plus compliqué qu’il n’y parait. " On se lance des fleurs, je n’aime pas ça", lâche Matthew...

En rejet du système scolaire

Redonner confiance, insuffler chez ces jeunes l’envie d’avancer, de croire en leur avenir, tels sont les premiers objectifs de cette structure montée par Apprentis d’Auteuil en partenariat avec le Rectorat de Nantes et la direction diocésaine de l’enseignement catholique de la Sarthe.

 

Les élèves sont d’abord identifiés par les chefs d’établissement des collèges publics ou privés du département, des dossiers constitués, en lien avec le jeune et sa famille, puis deux commissions d’admission sont organisées, l’une au mois d’octobre, l’autre au mois de décembre, le collège pouvant accueillir 30 élèves. C’est avec son plein accord et celui de sa famille, après avis de la commission d’admission, que le jeune intègre le collège Nouvelle Chance.

Profil des jeunes ? " Ce sont des décrocheurs âgés de 13 à 16 ans, certains ont été déscolarisés pendant plusieurs mois, exclus d’établissements, explique Thomas Etourneau, le directeur. Ils présentent parfois des difficultés familiales ou psychologiques et globalement, un rejet du système scolaire. Les niveaux sont assez disparates. "

Fixer ensemble des objectifs

Autant de projets qui motivent, renforcent l’estime de soi et permettent de travailler les fondamentaux du socle de compétences par des biais détournés. Tous les lundis, le directeur reçoit chaque élève pour un point, des objectifs sont fixés pour la semaine. Le vendredi, un bilan est rempli par le jeune et l’équipe, puis transmis à la famille.

Après les vacances de la Toussaint, les jeunes retenus par la commission d’admission d’octobre ont rejoint Maxime et Matthiew dans les nouveaux locaux du collège Nouvelle Chance, tous proches de la gare du Mans. Avec, au fond d’eux, l’envie d’avancer.

Un suivi individualisé

 

L'établissement propose un suivi individualisé et une équipe d’enseignants et d’éducateurs polyvalente et très motivée. À leur arrivée, les jeunes bénéficient d’un diagnostic sur leur niveau (français, maths, histoire-géographie et anglais), à partir duquel est bâti leur projet.

" Notre objectif est de les emmener le plus loin possible, souligne Cécile Lehoux, professeur d’histoire-géographie et de lettres. Pour cela, nous personnalisons au maximum leur travail et mettons en place des projets pour travailler autrement. "

Des projets pour se remotiver

Ainsi sont développés, parallèlement aux apprentissages par disciplines, un projet avec l’école du cirque, un autre avec une compagnie théâtrale du Mans, la participation au concours La caravane des 10 mots, l’implication de l’association EGEE pour aider les jeunes à rédiger un CV, se présenter en entreprise.

Pour renforcer la réflexion et l’argumentation dans le respect de l’autre, les élèves participent à un débat philo et un conseil de coopération hebdomadaires. Tous les matins, durant le " quoi de neuf ? ", un jeune présente le sujet de son choix (Alexandre le grand, Zinedine Zidane…).

« J’ai passé toute mon année scolaire au collège Nouvelle chance l’année dernière. Je n’allais plus en cours, j’avais de gros soucis personnels… Au début, cela a été très difficile pour moi, j’avais du mal à retrouver un rythme, car j’étais braquée contre l’école. Et puis, petit à petit, j’ai compris que mon avenir était en jeu, que les personnes étaient là pour nous, vraiment à l’écoute. Il y a eu comme un déclic. J’ai passé le brevet des collèges et je l’ai eu. Je suis en 2de générale maintenant. C’est encore compliqué en maths pour moi, alors je reviens ici dire bonjour de temps en temps et demander un petit coup de pouce. Mon projet est de devenir éducatrice. » Léa, 16 ans

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.