Fondation catholique reconnue d’utilité publique, acteur engagé de la prévention et de la protection de l’enfance, Apprentis d’Auteuil développe en France et à l’international des programmes d’accueil, d’éducation, de formation et d’insertion pour redonner aux jeunes et aux familles fragilisés ce qui leur manque le plus : la confiance.
LA CONFIANCE PEUT SAUVER L’AVENIR.

Actualités

Des champions du monde de l’insertion des jeunes

En France, les missions locales ont pour objectif l'insertion sociale et professionnelle des jeunes de 16 à 25 ans. 460 antennes leur proposent un accompagnement global : emploi, social, santé, logement, mobilité...

Crédit photo : Charles André de l'Atelier de l'emploi 

"Trouver un boulot grâce à une mission locale ? C’est Mission Impossible ! Comment des gens qui n’ont jamais cherché un travail peuvent nous aider à en trouver un ?!" L’opinion des jeunes du programme Double Ascension de l’ESCP est arrêtée : les missions locales, c’est du bidon.

Catherine Belotti, experte dans le champ de l'innovation sociale et de la diversité, n'est pas de cet avis. Pour elle, les missions locales constituent un maillon éminemment efficace dans l'accompagnement des jeunes vers l'emploi. Elle me recommande donc un certain Djamal Cherad. A Corbeil-Essonnes, lui et ses équipes accompliraient un travail remarquable. Il serait un excellent manager, motivant, qui saurait développer les compétences - de ses équipes comme des jeunes qu’il accompagne - et qui aurait développé un réseau d’entreprises considérable.
Direction Corbeil-Essonnes, donc. Corbeil-Essonnes, les terres de l’énergique maire et sénateur Serge Dassault. Une banlieue mignonne avec de charmantes maisons, mais aussi la ville de la fameuse cité des Tarterêts.

« Pour s’occuper des gens abîmés, il faut des champions du monde ! »

Les personnels des missions locales n’ont jamais cherché un emploi ? Titulaire d’un master en management, Djamal Cherad a mis un an et demi à trouver un travail alors qu’il était major de sa promo et que tous ses camarades se faisaient « chasser » avant même la fin de leurs études…
Il en a donc envoyé, des candidatures. Il en a passé, des entretiens, avant de « trouver sa vocation » un peu par hasard, en animant des ateliers de recherche d’emploi pour se rendre utile pendant cette période difficile. Le job hunting, il en connaît donc un rayon. Et dans ses équipes, nombreux sont ceux venus de cabinets de recrutement ou de l’intérim. Bref, tout sauf des fonctionnaires poussiéreux ou des doux rêveurs avançant à deux à l’heure : « Si on me dit « Je veux faire ce travail parce que j’aime les jeunes » lors d’un entretien de recrutement, je renvoie les candidats vers le bénévolat! La première chose que je dis en entretien, c’est qu’il vaut mieux aller travailler ailleurs si l’on compte ses heures. Pour s'occuper des gens abîmés, il faut des champions du monde ! »

Chercher du travail c’est un travail

Djamal va plus loin : « Nous ne sommes pas un guichet distributeur de dispositifs d’insertion ! Notre métier, c’est l’ingénierie de projet à fort impact sur les territoires. Je veux donc des vrais pros, des gens capables de s’adapter et de faire preuve d’empathie, qui ont la culture du service rendu à un client et capables de bien travailler en mode projet.» Djamal est fier du chemin parcouru : à la tête d’une « simple » mission locale au départ, sa structure a aujourd’hui la charge du dernier plan local pour l’insertion et l’emploi d’Ile-de-France : en 2004, suite à l’expérimentation réussie de ses méthodologies adaptées aux adultes (70% ont été placés avec succès cette année-là), la « mission locale » est devenue la mission intercommunale vers l’emploi, s’adressant désormais aux populations de tous âges.
Djamal est fier mais inquiet : «Malheureusement, nous avons un métier d’avenir. Aujourd’hui, nous avons une convention collective, nous sommes presque une multinationale ! Et notre activité est, hélas, vouée à croître. Or nous avons de en moins de temps pour exercer notre vrai métier. Nos conseillers sont désormais à 50% sur de la gestion pure. C'est la Machine à justifier !» Mais il n’abandonnera pas car il a « ça » dans les tripes : «Nous exerçons un métier qui, à lui seul, donne un sens à une vie quand il est bien fait. La semaine dernière, une personne qui a mis 15 ans à décrocher un CDI est venue nous offrir à tous une boîte de chocolat pour nous remercier : il était devenu comme tout le monde. Quoi de plus beau que voir des gens grandir ?»
Cette méthodologie, c’est de ne pas se cantonner à l’accompagnement. De travailler, dans un premier temps, à cerner les besoins réels des jeunes accompagnés, en lien avec ceux des entreprises, plutôt que se contenter de leur « trouver un taf ».
La plupart du temps, avant de pouvoir décrocher un emploi, ces jeunes doivent apprendre certaines bases : les codes, les règles de socialisation, un certain savoir-être.

[embed]http://www.dailymotion.com/video/xnqp70_jeunes-et-emploi-apprendre-les-regles-du-jeu-pour-ouvrir-les-portes_news?start=2#from=embediframe[/embed]Une fois ces codes appris, ces jeunes pourront déployer les ressources considérables issues de leurs parcours heurtés. [embed]

www.dailymotion.com/video/xnrh4t_prendre-confiance-en-soi-donc-dans-la-societe_news, Djamal Cherad se voit comme un médecin guérissant les maux de la citoyenneté : en apprenant aux jeunes « les codes » sans lesquels les portes des entreprises resteront fermées, on leur donne les armes pour croire en eux. L'emploi comme un moyen au service de l'intégration active dans la société.