Sandrine Chailan, conseillère en économie sociale et familiale

Sandrine Chailan, conseillère en économie sociale et familiale

Partager ce contenu sur :

Salariée dans un service d'accompagnement éducatif à domicile pour Apprentis d'Auteuil, Sandrine Chailan, conseillère en économie sociale et familiale, suit des familles en difficulté dans leur vie quotidienne. Témoignage.


"Quand on pense à ma profession, conseiller en économie sociale et familiale, on a essentiellement à l'esprit l’image de travailleurs sociaux qui aident des personnes en difficulté pécuniaire à gérer leur budget. J'accompagne certes parfois les bénéficiaires à réfléchir à leur façon de gérer leurs finances en leur faisant prendre conscience de leur relation à l'argent. (Et en montant, du coup, des dossiers de surendettement avec eux.) Mais mon champ d'intervention est beaucoup plus vaste. Mon but est de leur permettre d’acquérir de nouveaux réflexes dans de nombreux domaines de leur vie quotidienne

A Apprentis d’Auteuil, les conseillers en économie sociale et familiale interviennent essentiellement auprès de jeunes, en les aidant à équilibrer leurs dépenses, régler leurs factures, accéder à leurs droits, gérer leur vie quotidienne (budget des courses, remplir un dossier administratif, etc.).
Mais aussi, de plus en plus, comme c’est le cas pour moi, auprès des familles. Le service d'accompagnement à domicile intensif dans lequel j'exerce sur la ville du Mans accompagne 15 familles orientées par l'Aide sociale à l'enfance rencontrant des difficultés dans l’éducation de leurs enfants. La plupart de mes interventions ont lieu au domicile pour être au plus près des besoins des parents dans leur environnement. Ou dans les administrations.
Mon rôle est de permettre aux parents d'accéder plus facilement à leur rôle éducatif auprès de leurs enfants et de faire émerger leurs compétences !

 
Je travaille également au bureau. Sur mon ordinateur, je rédige des bilans pour l’Aide sociale à l’enfance. Je téléphone aussi à des travailleurs sociaux, aux écoles, à la PMI, la CAF, Pôle Emploi, etc. pour la bonne prise en compte des situations...
Je reçois aussi régulièrement les familles à notre service, en binôme avec une collègue éducatrice spécialisée, pour des entretiens. A cette occasion, je leur propose souvent des ateliers d’activités manuelles, comme la confection de doudous ou la préparation de repas. Ou des ateliers ludiques de travail sur les règles, pour leur permettre de mettre eux-mêmes en place et de prolonger ce type de liens avec leurs enfants, une fois la mesure terminée.
Je les invite aussi à s’ouvrir sur leur environnement de proximité. J'agis, en fait, en fonction des besoins et des personnes. En ce moment, par exemple, je travaille sur des couchers compliqués... Ainsi remobilisés, les parents se consacrent davantage à l’éducation de leurs enfants et retrouvent l'envie de passer de bons moments avec eux. 

 

Chaque semaine, nous nous retrouvons en équipe avec la psychologue. C’est l’occasion de passer en revue certaines situations ou de relire ensemble les bilans que nous envoyons à l’Aide sociale à l'enfance en fin de prise en charge. C’est important de croiser nos regards et de nous soutenir mutuellement. Nous suivons les familles pour des périodes de six mois, des mesures la plupart du temps au moins renouvelées une fois.
Les qualités requises pour exercer ce métier ? Etre à l’écoute de l’autre et ne pas le juger, les personnes doivent avoir une entière confiance en nous. Il faut également faire preuve de souplesse et de sens de l’organisation, pouvoir s'ajuster
Ma joie, c’est lorsque je vois les familles se transformer au fil du temps et les sourires renaître sur le visage des enfants. Notre métier est en pleine expansion depuis cinq ans. Nous sommes avant tout des pédagogues, une fonction passionnante et qui porte du fruit !"

LE POINT DE VUE D'ANNE HOURY, CHEF DE SERVICE EDUCATIF
au Service d'Accompagnement Educatif à Domicile des établissement Saint Martin

"La présence d’un conseiller en économie sociale et familial dans notre équipe de travailleurs sociaux nous a paru évidente à l'ouverture du service, il y a cinq ans. Bénéficier des compétences d'un tel professionnel, expert et régulateur de la vie quotidienne, éclaire sur certains points, permet d’ouvrir le regard et donne la possibilité de se rendre plus disponibles aux enfants, premiers destinataires de nos mesures. Ceci d’autant plus que notre service suit plusieurs familles dont les parents souffrent d’un handicap, et qui nécessitent un accompagnement plus spécifique."

La fondation Apprentis d’Auteuil agit depuis 150 ans pour former et éduquer la jeunesse en difficulté. Avec plus de 80 formations, nous aidons les jeunes en difficulté à s’insérer dans la société tout en accompagnant les familles dans leur rôle éducatif. Nous agissons au plus près des familles avec des structures d’accueil pour enfants ou adolescents en difficultés confiés par les parents ou l’aide sociale à l’enfance. Nous proposons des accompagnements avec ou sans internat. 5 000 collaborateurs aident chaque jour à la prise en charge des jeunes en difficultés et à lutter contre l’échec scolaire. Ils contribuent à leur construire un projet de vie avec un parcours personnalisé. Ce soutien aux jeunes en difficulté et aux enfants déscolarisés permet de découvrir le potentiel et le talent de chacun d’entre eux. Pour soutenir notre association d’aide à l’enfance – n’hésitez pas à faire un don à notre fondation. Apprentis d’auteuil – fondation protection de l’enfance.